RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Conflans, les Îles de Fer, l'Ouest et le Bief.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.
Nos Super-PV

Hoster Tully, Maege Mormont, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
, Robert Baratheon et Doran Martell sont très attendus.
Les Super-Scénario

Ethan Glover, Leo Staedmon, Mathis Rowan, Meria Wyl & Leyna Rogers
sont très attendus par leur créateurs.

Partagez|

La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Essos
Voir le profil de l'utilisateur
⚜️ SURNOM : La fleur de Lys.
⚜️ CORBEAUX : 33
⚜️ DRAGONS D'OR : 242
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire - Même si son coeur est déja pris.
⚜️ AVEC : Melhavak
⚜️ ft. : Emilia Clarke
⚜️ COPYRIGHT : Vava© - Tashderouye | Gifsign© - tumblr | Possessions© - Talie
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 18/11/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal
⚜️ MON MÉTIER : Danseuse | Prostituée
⚜️ POSSESSIONS :
Spoiler:
 


Message Sujet: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Jeu 23 Nov - 12:37


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

Une nuit courte, sans vie et sans repos. Tout du long elle avait prié son lit de lui offrir un lourd sommeil sans songes, en vain. Les traits tirés d'un visage derrière lequel dansait encore et encore, l'angoisse des pires scenarios, la lysienne qui avait tenté d'apaiser le cœur de sa fille n'avait su faire taire le sien devenu trop bruyant. Planant depuis l'aube sous les nuages du remords, elle attendait de l'apercevoir franchir les portes de l'auberge. Avait-elle eu raison d'attendre si longtemps ? Bien que pavé de bonnes intentions, son amant, son ami, ne savait entendre les cris muets de son amour et de sa bonne volonté. Chaque décision qu'elle pensait prendre pour leur bien, ou au mieux, semblait se retourner contre elle comme la pluie se mêle au vent.

Seren se demandait encore ce matin s'il n'était vain de vouloir toucher, ce qui derrière sa cosse de pierre, ressemblait à un cœur que le croc d'aucun remords n'avait la force de percer. Pourtant elle restait là, assise, dans l'espoir qu'on lui laisse une chance de s'expliquer, de changer ces choses si mal engagées. Le teint pâle, ses yeux oscillent entre l'activité tranquille des lieux et la porte de bois close. L'attente est l'un des supplices des plus cruels lorsque l'on sent l'ouragan s'en venir. Mais elle devait le dompter son ouragan, ou alors au moins essayer. Elle l'avait promis, à elle même, à l'enfant trop têtu qui avait fuis les possibles éclats de voix de ses parents au petit matin, à celui qui gisait sous son nombril aussi. C'est alors qu'il en franchit le pas sans porter plus d'attention à son monde. Son cœur se serrait un peu plus à chaque pas, c'est donc avant de flancher, bien loin de toute forme de courage, qu'elle quitta son assise pour aller à sa rencontre, lui agrippant fermement l'avant bras.

Elle eu le sentiment de voir la vie la quitter une seconde quand le regard si bleu et si noir de son aimé vint se joindre au sien. Seren ne savait si c'était la surprise d'avoir été ainsi saisi, ou si ce regard lui était réellement destiné, mais son serment trop lourd l'obligeait une fois encore à l'affronter.

- Je dois te parler. Maintenant.

Ferme et tamisée, sa voix tança sans frémir. La jeune femme réalisa d'un coup que jamais elle ne lui avait ordonné quoi que ce soit. Elle savait au combien il détestait ça, que sa nervosité n'en serait que plus pesante, ne rendant le dialogue que plus difficile. Sa main se défit de son avant bras avec une hésitation certaine avant qu'il ne la chasse, son regard cyan fuyant une fois encore la tempête.

- ... S'il te plait.

Fini-t-elle par ajouter d'un air plus confus. Peut-être ne serait-ce qu'ajouter du sel sur une plaie, mais on ne pourrait lui reprocher de prendre ce risque. Courageuse, mais pas téméraire. Elle entreprit de grimper les escaliers jusqu'à leur chambre, s'arrêtant devant cette dernière, elle la poussa avant d'ajouter sans un traitre regard maudissant sa faiblesse malheureuse.

- Écoute moi jusqu'au bout cette fois, sans claquer la porte, je t'en pris. Et si alors ça ne te convient pas, que tu décides que nous sommes un problème malgré tout, nous tâcherons de ne plus en être.

D'aucun la penserait parler pour ne rien dire, et pourtant. L'amertume dans sa voix semblait révéler une décision lourde de sens pour la lysienne désarçonnée depuis la veille, à mis chemin entre la raison et l'affliction.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Roturier
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : Mel
⚜️ CORBEAUX : 400
⚜️ DRAGONS D'OR : 138
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire | Secrètement amoureux, il refuse de l'admettre
⚜️ AVEC : Seren
⚜️ ft. : Colin O Donoghue
⚜️ COPYRIGHT : Avatar - Talie.
⚜️ MULTIFACE : Rhaegar Targaryen - Ashara Dayne - Ryella Royce
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 17/10/2015
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port Réal principalement
⚜️ MON MÉTIER : Tenancier de Bordel
⚜️ POSSESSIONS : Une superbe lysienne, et une fille forte courageuse


Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Jeu 23 Nov - 12:40


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

C'était furieux et rageur que le tenancier de l'Amazone Endormie c'était enfuit de cette fameux soirée qui n'annonceait des plus excellente. De bonne humeur et joyeux, il avait été ravis de pouvoir s'infiltrer parmi les nobles pour offrir une soirée de festivité digne de ce nom à son amante. Mais les dieux semblaient avoir décidé une nouvelle fois que rien ne se déroulerait comme le fer-né le souhaitait. Non bien au contraire, tout devait encore partir de travers et suivre un chemin aussi innatendu que désagréable. A croire que Melhavak était tout simplement maudit et que Savie était née pour etre en permanence un éternel problème pour lui. Oubliant tous les bon moments qu'ils avaient eu ensemble, sous la colère et l'humiliation, le batard ne retenait que le négatif des situations. Aussi courtoisement que possible, non sans un regard haineux envers les deux lysiennes qu'il avait tiré de leur condition d'esclave, le lysien était parti, emportant dans sa course, une carafe de vin et un verre. Il avait bien besoin de cela, même si rapidement l'alcool délicat fut trop peu pour lui.

-A ma putain de paternité !

Ivre pour noyé sa colère, tel était la façon dont Melhavak avait passé sa nuit. Traversant les tavernes, jouant de ses beaux yeux et de son éloquences pour se faire payer un coup sans dépenser un sous. Il jouait des mots pour essayer d'oublier, il chantait de manière approximative a cause de l'alcool pour brouiller sa pensée. Pourquoi ne lui avait elle rien dit au juste ? Pourquoi devait elle etre aussi idiote pour repeter les même erreurs ? N'était ce pas son silence qui les avaient poussé a la séparation ? Le batard en était convaincu, du moins, il essayait de s'en convaincre, non certains que la condition de son amante aurait un jour changer la décision qu'il avait prit ce jour la. Cependant, Melhavak demeurait Melhavak, toujours plus enclin a rejeter la faute sur les autres que se remettre en question. Un soupire quitta ses lèvres alcoolisé alors qu'il terminait son énième verre de la nuit. A sa putain de paternité disait il...

Loin de la taverne qui abritait la moitié de son cœur, le batard au sang de fer-né avait passé la nuit. Avait il seulement dormi ? Il en doutait, il n'en se souvenait plus trop. Melhavak se souvenait uniquement de sa longue marche silencieuse, plongé dans ses esprit embrumé par les vapeurs d'alcool qu'il avait ingurgité. Cependant, au petit jour il était rentré à la taverne.

-Votre gamine est partie c'matin, j'l'ai vue.

La voix du tavernier n'avait été qu'un murmure agaçant pour le fer-né qui secoua la tête en haussant les épaules.

-Grand bien lui fasse. Rend toi utile, et fait monté de l'eau pour un bain.

Loin d'etre aimable, Melhavak n'avait pas écouté le vieux tavernier ronchonné et sans doute l'insulté. Il n'avait que faire de lui, il n'avait que faire du monde en cet instant. Toutefois, alors qu'il allait se mettre en marche pour ses appartements, se fut la belle et douce Seren qui croisa son chemin. Décidant tout d'abord de l'ignorer pour récupéré de quoi se changer, il ne pu l'ignorer plus longtemps quand elle ce décida d'attrapé son poignet. Sur le coup, l'homme fut surpris, et demeura silencieux. Un soupire quitta ses lèvres quand la douce eut fini de parler. Bien qu'il était las, son regard ne pouvait trahir la colère qui animait encore et toujours ses pensées. Sans dire un mot, il la suiva jusqu'à leur chambre de fortune, mais ne lui adressa pas plus d'un regard. Dans se silence lourd, il attrapa une serviette et des vetements propre avant de se tourner finalement vers la blonde.

-En toute honnêté, j'ai plus envie d'un bain que de te parler.


Ses mots étaient d'une violence qu'il n'avait pas calculé et il se ravisa toutefois.

-Viens avec moi.

Haussant les épaules, il passa de nouveau le seuil de la chambre pour se rendre dans l'unique salle d'eau de la taverne. Comme prévue, l'eau avait été versée dans le bain et cela arracha un sourire satisfait au fer-né qui abandonna sans pudeur ses vêtements de la veille pour rejoindre le bain d'une chaleur forte agréable. Fermant les yeux quelques instants, heureux se sentir l'eau courir sur son corps, il soupira de plaisir avant de poser de nouveau son regard sur la lysienne.

-Je t'écoute Seren. Depuis quand le savais tu au juste ? Quand comptais tu me le dire ? Hm ?



Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Essos
Voir le profil de l'utilisateur
⚜️ SURNOM : La fleur de Lys.
⚜️ CORBEAUX : 33
⚜️ DRAGONS D'OR : 242
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire - Même si son coeur est déja pris.
⚜️ AVEC : Melhavak
⚜️ ft. : Emilia Clarke
⚜️ COPYRIGHT : Vava© - Tashderouye | Gifsign© - tumblr | Possessions© - Talie
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 18/11/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal
⚜️ MON MÉTIER : Danseuse | Prostituée
⚜️ POSSESSIONS :
Spoiler:
 


Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Jeu 23 Nov - 12:43


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

Une profonde inspiration. Comme pour soulager le tiraillement de son cœur face à la cruelle verve de son amant. Elle s'y attendait pourtant, son esprit lui avait déjà joué un millier de scenarios et dans chacun, la colère l'emportait sur la raison. Elle était si loin la douceur de ces années, au fin fond de son enfance, quand lorsque le monde se montrait trop brutal avec la petite fleur de Lys, elle trouvait refuge dans les bras et les mots de son chevalier. Blottie comme un oiseau frileux au fond du nid. Il l'invita cependant à le suivre. A milles lieues d'une possible réconciliation, il daignerait alors au moins l'écouter. C'était tout ce qu'elle souhaitait. Oui, dans un premier temps, ensuite, il faudrait aviser. Et même si son esprit s'était déjà préparé aux remontrances et à l'amertume, la suite l'effrayait si fort que son cœur hurlait dans sa poitrine. Encore un effort, il n'y avait nulle justice pour ceux qui se montraient incapables de se battre pour. Les poings serrés, elle le suivis sans piper mot. Ainsi, elle se trouvait bon grés malgré et comme chaque jour depuis une année, entre les feux croisés. Lui, le divin tyran à qui tout devait sourire, et Savie, la gamine révoltée s'évertuant à faire entendre sa voix sans saisir les nuances de ce monde. Elle leur en voulait, parfois, de ne pas l'épargner. Comme à cet instant précis où la porte close de ce bain laissa les deux amants gagner un semblant d'intimité.

Elle soupira, chassant cette idée de colère malvenue. Comme à chaque fois, c'était sa culpabilité qui prendrait le dessus, l'obligeant à se remettre en question et essayer de comprendre ce qu'elle avait fait de si mal pour en arriver là. Seren tourna et retourna ses explications, comme un objet étrange qu'on ne sait trop par quel bout prendre, quand il lui demanda enfin ses raisons, une fois confortablement installé tel le prince qu'il se voulait être. Il y avait toujours de l'agacement dans sa voix, et la situation laissait encore s'installer ce climat de dominance en sa faveur, comme il y a quelques minutes dans leur chambre, quand il piqua son égo à vif en repoussant le dialogue. La catin leva subrepticement les yeux, portant son regard sur Melhavak à travers un petit miroir posé là, un sourcil légèrement arqué. " Et si je le noyais ? " songea-t-elle ironiquement. Quand elle lui fit volte face à nouveau, ce fu pour ne lui adresser ni sourires ni regards. La lysienne se mis alors à déambuler dans la pièce, occupant une partie de l'espace qu'il laissait vacant, comme pour tenter vainement de garder de sa contenance.

- Je le sais depuis peu.

Un pieux mensonge, mais la jeune femme n'ayant pas pour habitude de lui mentir, elle savait qu'il lui serait un peu plus difficile de démêler le faux du vrai malgré ses talents à ce jeu. En réalité, elle en avait pris bien conscience avant leur départ de Port-Real, mais elle se garderait bien de le lui dire. Il s'agissait d'apaiser les tensions, non d'en créer de nouvelles, d'empirer les choses.

- C'est vrai, je reconnais mes tords, j'aurais pu t'en parler avant même d'être sûre, lorsque j'ai commencé à douter. Mais quelque chose m'en a empêché.

Toujours face à lui, elle s'appuya contre le linteau de la fenêtre, observant sans y prêter réellement attention à la rue en contrebas.

- Te souviens-tu ? Il y a quelques temps, nous avions abordé ce sujet justement. C'était juste avant que ne te viennes l'idée de nous emmener ici Savie et moi. Tu as dit, si je me souviens bien " Une autre Savie dans les pattes, je dois t'avouer, que ça ne me tente pas tellement. "

Ses yeux pour la première fois accusateurs se posèrent alors sur lui.

- C'est "ça", qui m'a fait peur.

Elle quitta son appuis, marquant une pause dans son récit. Peut-être pourrait-il comprendre ? Ou alors, serait-il capable cette fois encore de retourner cette crainte contre elle ? Dans les deux cas, la jeune femme n'espérait aucune excuse, aussi valable que son point de vue puisse l'être. Les mains jointes, la tête basse, elle se déplaça à nouveau d'un coin à l'autre de la pièce.

- Cependant, je ne pouvais le cacher. Pas seulement pour toi, ou par peur de voir se réitérer la même situation qu'il y a dix ans. J'ai cherché ce qui pouvait être le moment le plus opportun pour t'annoncer pareille chose. Celle qui me ferait le moins craindre un revers de médaille fortuit.


Seren s'adossa alors contre la petite commode où reposait le miroir. La fatigue tant nommée de ces derniers jours, mêlée à ses inquiétudes, se faisait affreusement ressentir. Elle se sentait tendue, quand ce n'était pas son petit qui lui manifestait son mécontentement face à la situation, par de gênantes douleurs en son bas ventre. Elle grimaça une seconde.

- Le banquet. Fini-t-elle par reprendre. J'ai pensé que ce serait "ce" moment. J'allais te le glisser, mais Savie est sortie comme un petit rat curieux de sous la table d'Oberyn avant de m'en laisser le temps. La suite, tu la connais.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Roturier
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : Mel
⚜️ CORBEAUX : 400
⚜️ DRAGONS D'OR : 138
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire | Secrètement amoureux, il refuse de l'admettre
⚜️ AVEC : Seren
⚜️ ft. : Colin O Donoghue
⚜️ COPYRIGHT : Avatar - Talie.
⚜️ MULTIFACE : Rhaegar Targaryen - Ashara Dayne - Ryella Royce
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 17/10/2015
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port Réal principalement
⚜️ MON MÉTIER : Tenancier de Bordel
⚜️ POSSESSIONS : Une superbe lysienne, et une fille forte courageuse


Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Jeu 23 Nov - 12:45


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

Etait elle sérieuse quand elle disait ces mots accusateur ? Haussant un sourcil surpris, l'homme avait laissé le silence s'installer entre eux, jugeant la lysienne qu'il avait devant elle. Aucun mouvement, aucun mot, il l'observait juste. Depuis quand trouvait elle le courage d'imposé sa volonté et ses mots face a lui ? Il ne l'avait jamais connu de la sorte et cela avait de quoi etre troublant bien qu'aucune expression passait sur son visage fatigué par la nuit de beuverie mouvementée. Depuis leur plus jeune age, Seren avait toujours été une petite créature soumise, douce et intelligente avec qui parler pouvait etre agréable et rafraîchissant, mais jamais elle ne l'avait accusé comme elle le faisait de la sorte sans baisser les yeux. Certes elle avait fini par baisser la tête, mais c'était si nouveau que Melhavak ne pouvait que se demander d'ou venait cette agréable nouveauté de la douce. S'ils s'étaient déjà disputé, cela n'avait rien de tout cela, c'était autre chose, sans douté était ce le fait qu'ils avaient grandit au final, qu'ils n'étaient plus les enfants d'hier qui se baladaient dans les rues de Lys. Ils n'étaient également plus les adolescents qui apprenaient a s'aimer sans se soucier du monde, sans se soucier des conséquences. Ils étaient aujourd'hui des adultes, des parents.

Sur l'instant, cette pensée donna le vertige au lysien qui perdit un peu de sa superbe dans le bain qu'il habitait en prince. Il avait voyagé, il s'était battu, il avait pris des sales coups, c'était demandé comment allait etre le lendemain alors qu'il n'avait plus un rond, mais rien ne l'avait autant effrayé que ce qu'il se passait maintenant. Le bâtard avait déjà eu Savie comme enfant, le plaçant directement de ce fait, dans la case de père, mais c'était différent, la gamine était arrivée a l'age de 10 ans, il ne l'avait pas véritablement vu grandir. Cette fois, tout était différent, c'était un bébé, une créature inoffensive et sans protection qui allait venir s'installer entre eux. Le fil des pensées de Melhavak se perdait dans les méandres de questions sans réponse, ne faisant que renforcer l'angoisse qui se resserrait sur son cœur de glace.

-Ne reste pas si loin, rejoint moi. Tu seras beaucoup mieux dans l'eau a te détendre, qu'a grimacer dans ton coin.

Il avait vu sa moue, il ne l'avait que trop bien étant donné qu'il l'observait. S'il ne savait pas ce que cela signifiait, il savait toutefois qu'il ne voulait pas la laisser ainsi. Depuis toujours, le garçon était quelqu'un de profondément protecteur, surtout envers la gamine blonde qu'il avait protegé plus d'une fois de son corps. Au fil des années, au fil du temps passé aux côtés de la vénéneuse Mysaria, Melhavak avait repoussé son instinct protecteur pour devenir quelqu'un d'égoiste. Toutefois, les chiens ne faisant pas des chats, le batard retournait sans cesse a ses bases, a son grand cœur qui se serrait douloureusement devant la détresse de son amante. Il l'avait fait souffrir une fois, il l'avait abandonné une fois, plus jamais il ne voulait refaire la même erreur. Certes c'était terrifiant, c'était angoissant, mais tant pis, la première fois, la jeune fille de 16 ans avait du faire face a la même situation, seule. Comment avait elle fait ? La était toute la question pour le fer-né qui ne disait rien, mais ne pensait pas moins du courage de sa belle.

-Je me suis jamais vu avec des enfants Seren, pas maintenant en tout cas. Je... ça m'angoisse, t'imagine pas a un point.

Relevant son regard aussi bleu et sombre que la mer dans les yeux de la lysienne, c'était bien la première fois que le batard fer-né ouvrait aussi facilement son cœur. Ce n'était pas de gueter de cœur, ce n'était pas facile, mais sa bien aimée avait assez subit sans que son égo soit encore un problème. Ils étaient tous les deux dans le même bateau, maintenant et toujours, comme auparavant. Le temps d'un instant, il se posa des questions sur sa paternité, se demandant si la petite créature dans le ventre de la blonde était bien le siens, mais sa jalousie le gifla pour seule réponse. De qui pouvait il etre autrement ? Possessif, Melhavak n'avait que très peu supporté d'offrir Seren aux hommes de la Capitale, rapidement elle n'était donc devenue qu'une danseuse, animant le Bordel sans jamais véritablement se donner. Elle était a lui, et uniquement a lui. Il secoua toutefois la tête pour reporter son attention sur la femme en face de lui et soupira doucement.

-Comment on va faire ? Je veux dire... Enfin... Je sais pas... Je... P'tain je perd mes mots, mais, ehm, comment on peut élever un enfant dans un bordel ? Je sais que certaine de mes filles ont des gosses qu'elles élèvent comme elles veulent, j'm'en fiche c'est pas mon soucis. Mais c'est pas la même pour nous, c'est...


Une nouvelle fois, le lysien se retrouva dans l'embarra alors qu'il ne trouvait pas ses mots. Ou du moins, les mots ne voulaient pas quitter ses lèvres. Encore trop pudique sur ses sentiments et ses pensées, Melhavak se contenta de tendre le bras vers la lysienne qui s'était approchée pour déposer sa main sur son petit ventre délicatement arrondit. Il n'y avait jamais fait vraiment attention, ce n'était pas vraiment ce qui l'interessait, aimant Seren pour ce qu'elle était, ce n'était pas un petit ventre qui l'avait perturbé, toutefois en cet instant, un leger sourire éclaira ses lèvres. Comme un enfant, oubliant le sujet de conversation plus, retrouvant ses problèmes de concentration habituel, Melhvak releva les yeux.

-Ce sera une fille ou un garçon selon toi ? J'aimerais bien un petit garçon, t'imagine, un petit blond comme toi ? Il ferait des ravages si en plus il a mes yeux.



Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Essos
Voir le profil de l'utilisateur
⚜️ SURNOM : La fleur de Lys.
⚜️ CORBEAUX : 33
⚜️ DRAGONS D'OR : 242
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire - Même si son coeur est déja pris.
⚜️ AVEC : Melhavak
⚜️ ft. : Emilia Clarke
⚜️ COPYRIGHT : Vava© - Tashderouye | Gifsign© - tumblr | Possessions© - Talie
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 18/11/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal
⚜️ MON MÉTIER : Danseuse | Prostituée
⚜️ POSSESSIONS :
Spoiler:
 


Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Jeu 23 Nov - 17:53


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

" Dis quelque chose je t'en supplie... " Pensa-t-elle si fort face au silence pesant qui s'était installé entre les deux amants. Sa gorge se nouait, elle hésitait à elle même le briser, mais au final pour dire quoi de plus ? Elle avait expliqué ses craintes, s'était excusée pour ses erreurs et avait même pris la peine de dénoncer ce qui la dérangeait. Et si le problème à cet instant  c'était ça ? Juste " ça " ? Passé le temps de la réalisation, puis celui de l'acceptation, Seren se rendait compte que son cœur battait alors aussi fort lorsque Savie occupait la place de son cadet. Cette envie de dévorer le monde quoi qu'il en coûte, si ne serait-ce que l'idée de leur vouloir du mal était perceptible par la jeune mère. C'était sûrement ça, une "mère". La sienne lui avait expliqué amusée qu'il était normal d'être habité par ce sentiment, ce besoin de protéger sa chaire et son sang. Elle disait que l'inverse prouvait d'une femme qu'elle n'était pas humaine, qu'elle ne possédait nul cœur. Lorsque Melhavak pris enfin à nouveau la parole, Seren soupira en secret, comme soulagée. La Chappe de plomb qui s'était abattue sur cette pièce semblait alors soudainement se faire moins lourde, plus supportable. Il l'invita à le rejoindre, d'une manière laissant entendre son désire de baisser les armes. S'il ne lui demanderait pas pardon pour sa colère qu'il estimerait toujours comme justifiée, elle savait que cette simple phrase, cette simple invitation était l'image du drapeau blanc que l'on agite.

- ... C'est juste un peu de fatigue, ne t'inquiète pas. Elle se redressa alors, entreprenant de se rapprocher de lui. Ca ira sûrement beaucoup mieux après une véritable bonne nuit de sommeil.

Et un peu plus de ménagement aussi, mais ne voulant surtout pas que cela soit perçu comme une nouvelle pique, elle se garderait bien de faire ce commentaire à voix haute. La lysienne ne se plaindrait sûrement pas si la conversation prenait une tournure plus calme, s'ils pouvaient se permettre, cette fois-ci, d'exprimer l'un comme l'autre le fond de leur pensée sans qu'aucune porte ne soit claquée. Elle s'était alors installée sur le rebord du baquet, de manière à pouvoir lui faire face encore, mais être plus proche de lui. Son estomac se noua en l'écoutant avouer ses craintes. Si la femme voulait chercher à les apaiser sans attendre, la gamine de Lys murmurait, elle, à l'oreille de la femme que c'était encore une fois de sa faute et s'empressait de vouloir chouiner sur sa culpabilité. La jeune femme se contenta de lui offrir une oreille attentive. C'était si rare de le voir ainsi s'ouvrir, lui qui condamnait ce genre de comportements, les percevant comme une preuve de faiblesse. Seren se saisit avec douceur de son visage marqué par la fatigue, comme pour l'obliger à soutenir son regard.

- N'importe qui à ta place serait terrifié à l'idée de voir une petite chose comme celle-ci s'inviter dans sa vie. Elle marqua une pause, inspirant profondément avant de poursuivre. Savie est entrée dans la tienne tardivement, en tout cas, juste assez pour que celui-ci soit un peu comme ton tout premier. Si j'en crois ce que l'on m'a dit à moi il y a dix ans, c'est humain de douter, de voir cela comme un défis dont on est persuadé ne pas avoir la force pour le surmonter. Tu risques même de t'inquiéter avec les mois passant de ce que cet enfant risque de penser de toi, et de si tu serais capable de te montrer digne de son affection. Ce n'est pas être faible, c'est juste... Devenir un parent à part entière. Et c'est angoissant lorsque l'on ne s'y est pas préparé.

A son regard détourné, l'intonation de sa voix, Seren semblait avouer à demi-mot ses propres craintes. Celles qui l'avaient habité il y a longtemps, qui s'emparaient d'elle à nouveau aujourd'hui. En fait, peut-être qu'être parent c'était juste comme une maladie dont on ne guérissait jamais vraiment. Il n'y avait aucune cure, il fallait seulement apprendre à s'en accommoder, à la connaître suffisamment pour comprendre ce qu'il nous était possible ou non de faire face à elle, et ne rien lâcher pour autant. Curieuse métaphore pour quelqu'un qui cherchait à faire ressortir tout les bons côtés de la chose, mais il n'y avait probablement aucun mal à la percevoir ainsi. Après tout, l'alcool rendaient les gens ivres, parfois même malade, et cela n'avait jamais empêcher le monde de toujours en redemander. Le contact de la main du Fer-Né contre son ventre, le sourire qui s'empara de son visage, tout ceci provoqua chez la jeune femme une envolée folle de petits papillons dans son estomac. C'est avec tendresse qu'elle s'empara de cette main, glissant ses phalanges entre les siennes.

- Et tu ne serais pas jaloux de voir un autre homme dans ma vie ? Vraiment ?

A nouveau la présence de ce petit sourire fourbe au coin des lèvres de la jeune femme. Dans le fond, elle en avait envie elle aussi, d'un petit garçon. Elle avait déjà élevé une fille qui, malgré ses travers, faisait sa fierté, elle voulait maintenant pouvoir compter sur la présence d'un fils. Mais... Un peut-être plus calme que son aîné ? Déjà, parce que cela aurait de ça d'être plus reposant pour ses parents, mais aussi parce qu'il pourrait peut-être aider à canaliser la fougue de sa sœur ? Un léger éclat de rire perça sa vilaine provocation, alors que de sa main libre, elle ne se priva pas d'éclabousser le tenancier.

- J'aimerais ça, un fils. Et puis, lorsque j'attendais Savie, j'étais persuadée du début à la fin que ce serait une fille. Je ne sais pas vraiment comment expliquer ça... Mais là cette fois, rien. Je n'arrive pas à me dire que ça pourrait être l'un ou l'autre. J'ose donc être superstitieuse, et imaginer qu'il s'agisse d'un petit garçon.

Elle observa l'eau du bain dans laquelle reposait son amant. Finalement, malgré ses réticences, c'est vrai que tremper là dedans en sa compagnie était tentant. Seren se mordilla la lèvre inférieure, avant de glisser une main dans sa nuque, délassant le gros de sa tenue.

- Laisse moi te prendre au mot Sombre-Mer, fais moi un peu de place.

La fille de joie n'aurait su exprimer la sensation de bien-être qui l'envahis en plongeant dans cette baignoire, autrement que part ce gémissement de satisfaction qui s'échappa d'entre ses lèvres. Elle laissa alors doucement sa tête balloter vers l'arrière, cherchant l'appuie confortable de l'épaule du lysien.

- Je pense que l'on ne devrait pas s'inquiéter pour lui. Comme tu l'as toi même dit, nous sommes "nous". Et si d'autres tenanciers, nobles et crèves la faim ont su faire face, nous sommes capables, et probablement bien plus encore qu'eux. Elle tourna légèrement la tête, comme pour l'observer. Parce que tu m'as moi, et plus important encore, moi je t'ais toi. Dans le fond, peu importe que nous soyons trois, quatre, ou même dix. Il y a plusieurs mois, je t'ai juré de ne jamais lâcher prise, et surtout promis de nous pousser plus haut et plus loin encore que mes propres forces ne pourraient me le permettre. Sache que malgré tout, même aujourd'hui, je n'ai pas changé d'avis.







Revenir en haut Aller en bas
avatar
Roturier
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : Mel
⚜️ CORBEAUX : 400
⚜️ DRAGONS D'OR : 138
⚜️ STATUT MARITALE : Célibataire | Secrètement amoureux, il refuse de l'admettre
⚜️ AVEC : Seren
⚜️ ft. : Colin O Donoghue
⚜️ COPYRIGHT : Avatar - Talie.
⚜️ MULTIFACE : Rhaegar Targaryen - Ashara Dayne - Ryella Royce
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 17/10/2015
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port Réal principalement
⚜️ MON MÉTIER : Tenancier de Bordel
⚜️ POSSESSIONS : Une superbe lysienne, et une fille forte courageuse


Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak] Dim 14 Jan - 20:27


Seren & Melhavak



We wrote a story in the fog on the windows that night
But the ending is the same every damn time,

Il était agréable de l'écouter parler, d'utiliser les mots justes comme si elle les choisissait avec soin alors qu'au final, c'était tout naturel pour elle. Jolie catin de Lys, personne ne lui avait apprit a aussi bien parler, du moins c'était ce que songeait Melhavak et c'était pour cela que son coeur s'emportait quand il écoutait la voix de la douce s'élever. Elle était faible, fragile, souvent agaçante quand il n'était pas de bonne humeur, mais elle était en même temps sa raison, son reconfort, celle qui appaisait ses craintes d'un geste de la main. C'était si simple pour elle, si simple pour sa douce danseuse, c'était presque un art a par entière de la voir aussi bien faire. Plusieurs fois, il avait hésité a répondre a la douce qui titiait sa fierté, mais il n'avait rien fait, pas plus qu'il ne l'avait injurier quand elle s'était risqué a lui envoyer de l'eau au visage. A quoi bon a vrai dire? Il s'était contenté de soupiré et de grogner en agitant la tête. Elle allait le payer, a un moment ou un autre, c'était certain. Pour l'instant, il l'écoutait encore, comme un eternel acro a cette voix délicate qu'il aimait tant.

Finalement, pour le plus grand bonheur de ses yeux avide de beauté, elle avait laissé sa robe tombé sur le sol, dévoilant sa peau nacré que tous voulait. Mais cette peau, ce parfait corps de lysien était sien, et il ne put s'empecher d'esquisser un sourire satisfait alors qu'elle ondulait devant lui pour rejoindre l'eau tiede du bain. Se redressant lègèrement, le batard avait fait un peu de place a la douce pour qu'elle puisse trouver place entre ses jambes, alors qu'il passait ses bras ensuite autour d'elle, toujours silencieusement, accrocher a sa voix. Distraitement, l'une de ses mains était revenue sur perdre sur le ventre légèrement arrondit de la jeune femme. Comment avait il pu passer face a un tel détail, maintenant qu'il le savait, cela lui paraissait presque évident bien que se petit bidon aurait pu etre du a bien d'autre chose. Un petit lui poussait sous ce petit ventre, c'était presque fascinant. Profitant qu'elle ai la tete légèrement tourné, il lui vola un baiser avant d'hausser les épaules.

-Bien sur que nous y arriverons, c'est même certain. Comment puis je échouer? Cependant, si c'est encore un demon qui sort de ton ventre, c'est Savie qui s'en occupera. J'suis certain que ça la calmera.


Un rire passa entre ses lèvres, alors que de sa main libre, il attrapa le savon poser non loin pour commencer a savonner le corps de sa bien aimée. D'un sens, si c'était une Savie deuxième du nom qui venait au monde, jamais Melhavak n'aurait aucun doute quand a sa paternité, toutefois, pour le bien de sa santé mentale, il aurait tout donné pour avoir une autre fille, mais cette fois comme Seren. Une enfant douce, calme et docile, l'opposé de Savie. Il n'y avait aucun doute quand au fait qu'il aimait sa première fille, mais bon dieu, comme il détestait se voir dans un miroir quand il la regardait. Car au final, ce qu'il reprochait a la gamine, c'était ses propres défauts au même age. Enfin, sans doute était elle beaucoup plus idiote, mais cela elle devait le tenir de Seren, impossible qu’être insupportable a ce point vienne de lui.

-Si tu commences à aimer notre fils plus que tu ne m'aimes moi, alors oui, je serais jaloux de lui et je le détesterais. Mais comme je sais que ton coeur met acquis, je n'ai aucune raison de détester ce ptit etre innocent qui va nous rejoindre.

Un sourire brillait sur les lèvres du fer-né qui parlait comme avec certitude qu'il allait avoir un fils. Après tout, quoi de plus normal pour ses yeux d'homme? Il avait eu une fille, maintenant il allait avoir un fils, tout allait de soit. Joyeux, le lysien se mit même a chantonner légèrement en continuant de laisser ses mains glisser sur le corps de la lysienne. A le voir en cet instant, c'était comme si la tempête était passé et qu'il ne s'était rien produit. Au final, l'égo du garçon était facilement apaisable, et la belle avait agit du mieux face a la situation.

-Peut etre ne devrions nous pas aller aux Iles de Fer après le Tournoi? Ce n'est pas un lieu des plus charmant et si tu a besoin de repos, aller jusqu'au Joyau de Lys devrait etre amplement suffisant.

Inquiet, le doux lysien était alors qu'il était tendre dans ses gestes. Si Seren portait son enfant, en aucun cas il ne voulait voir le perdre par sa négligence a lui. Il savait que bien des femmes faisaient des fausses couche, et en cet instant, alors qu'il s'habituait a l'idée d'etre de nouveau père, il redoutait cet évènement.





Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak]

Revenir en haut Aller en bas

La bouche obéit mal lorsque le coeur murmure. | [Pv. Melhavak]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nuage de Minette-Coeur Mélée :2ème entrainement
» daisy caniche x bichon 4 ans ( ta patte sur mon coeur)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» L' EAU et le COEUR
» 1.07/1.08 : Un dernier battement de coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Flashback-