RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Val et dans l'Orage.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes du Val et de l'Orage.

Robert Baratheon, Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn,
Quellon Greyjoy et Doran Martell sont très attendus.

Partagez|

Talia⸗ un petit vent de douceur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
L'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 117
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

MessageSujet: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 5 Avr - 22:35



   
Talia Vanbois
“Quelle musique, le silence !”
Passe ta souris sur la photo
   
   Âge : 17 ans
   Situation familiale : Troisième fille d'Elys Vanbois et d'Alys Arryn
   Statut : Célibataire
   Localisation : Habituellement aux Eyrié, auprès de sa mère. Mais, ne pouvant rater un tel évènement, elle est actuellement au Tournoi d'Harrenhal en compagnie de son cousin, Elbert.
   Métier : /
   Particularités : Ses yeux de biches lui valent d'être appréciée par la gent masculine même si elle n'y prête pas attention.
   Allégeance : au suzerain du Val, Jon Arryn
   Description de la famille : Son père est un chevalier de la maison Vanbois et sa mère est la soeur du suzerain du Val. Elle a sept soeurs dont deux qui sont déjà mariées : l'aînée avec Denys Arryn et sa seconde grande soeur avec un homme de la maison Hardyng.
   Compétences particulières : Talia est une jeune femme bien éduquée, respectant au mieux les manières et montrant toujours le meilleur profil de sa personne. On lui donne un certain don pour la musique et son talent est respecté au sein du Val.
   Faiblesses du personnage : Les mots ne lui viennent pas aussi facilement que les notes de musique, on lui reproche souvent d'être bien silencieuse. De plus, sa peur lui joue souvent des tours et peut mener à des réactions inattendues.
   Groupe : Val d'Arryn
   Rang personnalisé : L'astre du Val
   Avatar : Caitlin Stasey
   Autre ? : /

   
* Troisième fille d'Alys Arryn et d'Elys Vanbois et loin d'être la dernière, étant donné qu'elle a sept soeurs en tout mais aucun frère, au grand dam de sa mère

* Elle n'a jamais été fiancée, sa convalescence a retardé tout engagement de ce genre

* Talia a un goût prononcé pour la musique, on dit qu'elle arrivait à décrypter une partition avant de savoir lire. Elle joue depuis toute petite de son instrument de prédilection : psaltérion. Depuis quelques temps, elle a découvert le gusli et l'apprécie par sa ressemblance avec son premier instrument.

* A 14 ans, elle a été traumatisée d'une attaque perpétuée par les clans des montagnes où elle a mis plusieurs mois à s'en remettre. Encore aujourd'hui, le bruit de l'acier lui rappelle cette atroce souvenir.

* Elle a depuis cette attaque, un chat du nom de Balerion, même si la jeune femme n'a jamais connu un félin aussi peureux que celui-ci. Néanmoins, sa petite frimousse adorable fait oublier ce léger détail.

* Lady Vanbois aime les forêts luxuriantes pour s'y promener et y composer divers morceaux.

* Elle a une certaine horreur de parler en public, préférant communiquer par le biais de son instrument plutôt que par sa douce voix.

* Depuis sa tendre enfance, elle a développé certaine phobie comme celle d'avoir peur dans le noir, ainsi elle s'endort toujours avec une petite bougie brillante dans l'obscurité. Les araignées et les insectes aux nombreuses pattes s'ajoutent à la liste.
   
   
Que pensez-vous du règne d'Aerys II Targaryen ?
Aurais-je dû me pencher davantage sur le sujet du roi ? Il est vrai que les rumeurs à son sujet sont loin de dépeindre un personnage glorieux depuis les récents évènements et la folie qu’on lui prête. Est-ce que ces récents faits dévoilent pleinement la psychologie de sa majesté ? J’ose espérer qu’il s’agisse d’une mauvaise passe, comme je l’ai moi-même vécu et qu’il retrouvera ses esprits. Malheureusement, la guérison de l’esprit ne dépend aucunement de notre condition physique ou de nos richesses. Chacun est bâti différemment et il en va de même de notre mental. Je préfère ne pas m’attarder davantage sur ce détail, j’ai confiance en l’avenir et davantage aux barrières naturelles protégeant notre royaume. Au dos d’un dragon, les montagnes n’étaient qu’une colline à leurs yeux, désormais, ils ne sont plus et cette séparation rocheuse me permet de dormir sereinement. Pour autant, si sa folie s’avérait vraie, je me demande ce qui se passerait… Un homme sans toute sa tête ne peut diriger un royaume, un tel pouvoir ne pourrait qu’être une aubaine pour dévoiler toute cette noirceur au profond de son âme. Ne pouvant agir réellement sur le plan politique, il ne me reste que la foi qui subsiste. J’ai déposé une chandelle devant l’autel de l’Aïeule afin qu’il guide le roi vers un chemin plus digne de sa position et diminuer ainsi les effusions de sang. Est-ce que ma prière sera écoutée ? Un peu d’espoir ne fait pas de mal et le tournoi s’annonce plus ou moins révélateur de l’état mental du roi.

Si ce chemin ne devait plus exister, espérons qu’une solution pacifiste pourra être trouvée… Après, il n’a pas toujours été ainsi d’après les dires de mon père.

   
Participerez-vous au Tournoi d'Harrenhal ?
Si je vous dis que je n’y vais pas de bon cœur, vous y croyez ? Le tournoi sonne avec un certain mot : la violence. Depuis, ce fameux épisode de l’attaque des clans de la montagne, il m’est insupportable d’entendre le bruit de l’acier s’entrechoquant. Il m’est difficile de faire abstraction à cette peur, me replongeant dans mes souvenirs et tremblant de tout mon corps par la frénésie qu’elle procure. J’ai peur… C’est un fait qu’on ne peut oublier et je n’ai jamais été une fille courageuse. Si j’avais été un homme, j’aurais fait un piètre chevalier, préférant fuir que combattre. Pourtant, j’ai accepté de venir et je n’ai pu me résoudre à faire honte à mon père ou à refuser la demande d’Elbert concernant ma présence. Je suis célibataire et mon père espère sincèrement que je me fasse remarquer parmi la fine fleur de Westeros. Même s’il ne manque pas de filles à marier, il n’oublie pas les alliances qu’offrent notre sexe. Puis, j’avais pu remarquer dans mon regard qu’il n’hésiterait pas à m’envoyer aux sœurs du silence si j’osais le contredire. Comme toujours, la gentille Talia s’est tue, en mettant de côté sa crainte, pour ne pas déplaire à cet homme dont la chance ne sourit guère. Puis, si en plus, Elbert en mettait une couche concernant ma venue, il ne m’était plus possible de me défiler. Ainsi, je redoutais les longues journées de joute, attendant avec impatience les banquets s’y déroulant pour oublier ces affreuses journées et danser jusqu’au aurore.


   
De vous à nous


   
Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises
Moi, Talia Vanbois, certifie sur l'honneur avoir lu le règlement, avoir plus de seize ans et être d'accord pour que tout arrive à mon personnage durant son aventure sur De Cendre et De Fer. Je donne mon accord pour que mon personnage soit mené à mourir si je venais à devenir inactif.
   

   
Nilahiah
Coucou    je m'appelle Marine, je suis une petite rôliste adorant l'univers de Game of Thrones, âgé de 20 ans (enfin avec un an de plus bientôt). Sinon, je suis étudiante en pharmacie et je vais faire mon maximum pour venir vous embêter entre deux mécanismes de chimie organique.

   


Dernière édition par Talia Vanbois le Mer 12 Avr - 1:28, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 117
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 5 Avr - 22:36


   
L'Histoire

   
Si on veut connaître un peuple, il faut écouter sa musique.

   

   
Il était une fois

     Encore une fille… C’était certainement la pensée de ma mère lorsqu’on lui rapporta l’objet de ses entrailles. J’avais beau avoir une jolie frimousse, cela ne devait rien enlever à la déception qui devait briller comme un phare dans son regard. Ce n’était pas comme si on ne me l’avait jamais reprochée et soulignée bons nombres de fois quand je cherchais l’attention ou que j’étais la cause de bêtise, que mon sexe était un défaut. Malgré ces moments de folie, jeune, j’étais-ce qui se comparait le mieux à un mobilier qu’on disposait à sa guise dans une pièce. Il suffisait de me mettre un jouet entre les mains ou un peu de graphite avec une feuille, pour qu’aucun son ne sorte de ma bouche. Puis, si jamais ce n’était pas le cas, je pouvais ressentir le regard de ma mère, portant à nouveau l’espoir dans son ventre. C’était durant ces périodes de gestation qu’elle semblait plus heureuse et plus apaisée, il lui arrivait même des excès de tendresse, comme si elle essayait d’appâter les dieux pour souligner qu’elle était une bonne mère et qu’elle pouvait mériter de faire naître un potentiel héritier du Val. Elle n’était pas seule dans son malheur, sa belle-sœur, Rowena, n’arrivait aucunement à concevoir et sa seule satisfaction était qu’elle arrivait à terme dans ses grossesses contrairement à elle. Je n’en voulais pas à ma mère, après tout, étais-je en âge de saisir toute l’importance d’avoir un héritier ? Mes pensées d’enfant se tournaient bien plus vers l’amusement avec mes sœurs et mon cousin, Elbert.

    L’été, nous étions au sein des Eyriés, tandis qu’à l’approche de l’hiver, nous retrouvions les terres de la maison de mon père, les Chênes-en-fer. Je n’arrivais pas à discerner, lequel de ces lieux, je m’y trouvais le mieux. Les Eyrié avaient ce côté imposant mais à la fois délicat dans la conception et sa position au sein des montagnes de la Lune. Les Chênes-en-fer étaient un vrai havre de paix, entourés d’une forêt verdoyante et d’un lac à l’eau limpide. C’était là-bas que j’avais pris goût à la nature, à l’atmosphère pouvant régner parmi ces arbres et aux bruits aussi mélodieux qu’une symphonie. Le gazouillement des oiseaux me donna l’envie de caresser les cordes d’un instrument pour y reproduire cette même mélodie. Ce fut un psaltérion qui attira mon attention, semblable à une cithare, sous une forme de trapèze avec une caisse de résonance plate. Contre mon buste ou sur mes genoux, il me suffisait de pincer les cordes pour y émettre un son cristallin. Je me pris rapidement de passion, prenant plaisir à m’exercer et à entraîner ma dextérité. Il était plus facile de m’entendre jouer que d’entendre ma propre voix. Je trouvais les notes bien plus expressives que notre propre langage. C’était pour cette raison que la Septa en charge de mon éducation, me confisquait l’objet, me forçant à m’exprimer et à devenir tant bien que mal une jeune femme qu’on aimerait épouser. Pourtant, sans cette barrière que constituait la musique, je me sentais vulnérable et j’éprouvais des difficultés à aller vers les autres. J’avais ce petit côté réservé, rougissant si l’attention à mon égard était pesante et fuyant si une échappatoire était visible. J’étais un petit animal sauvage, semblable à une biche à l’approche des chasseurs. À l’entente d’un brin de mélodie, ce cœur affolé s’apaisait et mes pieds se mouvaient au rythme des notes ce qui était un bon point, étant donné que la danse faisait partie des qualités demandées à une jeune femme. Mon éducation était des plus protocolaire, suivant à la lettre les recommandations pour me donner l’étoffe d’une demoiselle qu’on exposerait plus tard. Tout était dans le contrôle, l’impossibilité d’exprimer pleinement ses émotions et devant sans arrêt baisser la tête face à la gent masculine. Mon rôle ne serait pas de diriger une région ou une armée prête à déferler sur l’ennemi, simplement de concevoir ces guerriers et ces dirigeants. Est-ce juste ? La question ne m’avait jamais frôlée l’esprit, n’ayant jamais pu apercevoir un contre-exemple parmi la noblesse valoise. Les choses étaient faites ainsi et le sexe déterminait notre influence.

   Mon cousin, Elbert, de trois années mon aîné était celui qui dirigerait un jour les terres du Val. C’était l’héritier, neveu du suzerain et orphelin par la mort de son père et l’abandon de sa mère. Même s’il avait vécu sa propre tragédie, il ne le montrait pas et grandissait dans un but bien plus noble : être l’étoile montante de cette région. Nous avions grandi ensemble, se poursuivant dans les couloirs du château et ne se lassant jamais l’un de l’autre. Je le considérais davantage que mes propres sœurs et gamine, je rêvais qu’ils deviennent plus bien qu’un simple cousin. En grandissant, je m’étais rendue compte que mes rêves étaient irréalisables, car un tel mariage n’apporterait rien de plus au Val et qu’il était préférable d’y gagner une alliance. C’était pour cette raison que je ne pouvais m’offrir à lui, étant donné que cette voie pouvait me mener droit vers les Sœurs du Silence. Mon père serait fou d’apprendre une telle relation et il n’hésiterait pas une seconde à sauver l’honneur de la maison Vanbois plutôt que mon âme. Pourtant, j’avais failli céder. C’était un soir, j’avais reçu un mot d’Elbert de la part d’un domestique durant la journée, me donnant rendez-vous dans le jardin gardé par la statue d’Alyssa Arryn, pleurant pour l’éternité. Je pouvais encore me rappeler du froid qu’il y régnait durant cette nuit sans lune et du parcours pour y retrouver mon cher cousin. J’avais cru plusieurs fois me faire repérer par les patrouilles circulant dans les couloirs du château, or, il n’en fut rien. J’approchais timidement du jardin, n’étant absolument pas habituée d’être debout à une heure aussi tardive. Je sentis une main agrippée mon bras, sentant mon cœur faire un bond dans ma cage thoracique avant de voir le visage familier de l’héritier du Val. La soirée débuta comme les promenades qu’on avait l’habitude de faire dans ce même lieu. Je buvais littéralement ses paroles, le laissant mener la discussion et souligner ses dernières prouesses. Puis, l’atmosphère changea du tout au tout, ses mains n’étaient plus là à enlacer mes doigts, mais il semblait remonter le long de mon bras pour m’attirer vers lui. Ses lèvres se posèrent sur les miennes ce qui était pour le moins inattendu. Mon cœur battait la chamade tandis que je le regardais avec des yeux ronds. Je pouvais encore sentir la chaleur de son baiser sur mes lèvres, ce qui fut comme un électrochoc. La panique s’empara de moi, mes mains lâchèrent les siennes et je pris la fuite comme simple réponse. Ma réaction était excessive, il m’avait juste embrassé tandis que je concevais l’idée de m’éloigner des Eyriés. Une part de moi redoutait d’avoir apprécié ce cours moment et succomber à ce vice. Je ne pouvais écouter mon cœur ou même mon corps, cela allait à l’encontre de mon éducation et de mes croyances. Le lendemain ne sembla guère apaiser mes craintes et j’annonçai sur-le-champ mon choix de retourner aux Chênes-en-fer, prétextant que ma mère aurait besoin de moi pour les préparatifs du mariage entre ma grande sœur et un membre de la maison Hardying. On me déconseilla de prendre la route, les clans de la montagne devenaient chaque jour plus féroce, ne semblant plus redouter la menace des chevaliers du Val. Ne voulant retarder davantage mon départ, j’acceptai le risque même si on me fit partir sous bonne escorte et en compagnie de commerçants et de nobles de passage.

   La route jusqu’à la Porte de la Lune se passa sans soucis, ayant pris l’habitude des chemins escarpés et du vent soufflant sans arrêt contre le mont. La deuxième partie du voyage se fit en calèche tandis que j’observais le soleil décliné derrière les montagnes. Je n’arrivais toujours pas à mettre un ordre dans mon esprit et c’était pour cette raison que la situation me dépassa tout d’un coup. La route paisible se transforma en un brouhaha de cris et d’acier. Je retins mon souffle, enfonçant mon dos au plus profond de mon dossier et tentant de faire abstraction de mon environnement. Or, j’avais beau essayé d’imaginer une symphonie dans ma tête, celle-ci n’arrivait pas à faire disparaitre le son de cette violence. Je ne fis même plus la différence entre mes propres cris et ceux des autres. Mes barrières tombèrent une à une pour dévoiler ce petit animal paniqué au milieu de cette barbarie. Mes mains cherchèrent une issue et j’ouvrais précipitamment la porte de la calèche pour me retrouver nez à nez avec la réalité. Je tombais littéralement sur le sol maculé de sang avant de sentir une main se poser sur mon épaule et prononçant des paroles rassurantes. Elles n’eurent aucun effet, mon regard était voilé et lorsque cet homme tenta de me relever, je me mis à me débattre. Je perdais pied d’après les dires de ma dame de chambre, même après qu’on m’est assommée, je ne cessais de m’agiter. La fièvre s’empara de moi ainsi qu’une forme de maladie dont on n’arrivait pas à y donner un sens. Ainsi, le chemin se rallongea de plusieurs jours ne voulant pas prendre le risque que la route m’affaiblisse davantage. Sans mestre présent, on essayait de me soigner avec les remèdes disponibles. Parfois, ces décoctions avaient le don de m’apaiser, mais certaines créaient de nouveaux problèmes comme des vomissements ou des brûlures d’estomac. A mon arrivé aux Chênes-en-fer, je fus directement prise en charge par le mestre de la maison Vanbois et il réussit à stabiliser mon état.

   Durant plusieurs semaines, je fus alitée, incapable de me nourrir de moi-même ou tout autre effort de la sorte. J’étais à moitié consciente durant toute ma convalescence, ce qui m’empêcha d’assister au mariage de ma sœur ou d’être pleinement lucide de l’incident de Sombreval. Je mis plusieurs mois à me remettre sur pied et retrouver mon quotidien de Lady. Cet alitement me permit de lire divers récits et d’écrire de nouvelles musiques. Je me laissai du temps avant de retourner aux Eyriés, ce qui ne plaisait guère à mon père, souhaitant me marier assez rapidement et espérer certains liens commerciaux intéressants pour la maison Vanbois. Pourtant, ces mois durant, je n’avais cessé de repenser à ce baiser et à la signification de celui-ci. J’avais toujours ressenti quelques choses pour l’héritier du Val, mais je me demandais si c’était réciproque et ma panique m’avait empêché d’en connaître le sens. Ce doute me faisait craindre mon retour et mon attitude face à Elbert. Lui avais-je manqué ? Avait-il été inquiet ? Sans lettre de sa part, je craignais qu’il ait fait autres choses de son temps que de se soucier de sa tendre cousine. Ce fut la naissance de mon neveu qui me força à retourner aux Eyriés pour féliciter ma sœur et mon beau-frère, Denys Arryn. Rien n’avait réellement changer depuis mon départ, je retrouvais facilement mes marques et un autre évènement d’envergure se préparait : le tournoi d’Harrenhal. C’était avant de partir qu’Elbert me prit à part pour aborder le fameux sujet qui m’avait tant éveillé certaines nuits. Il n’y alla pas par quatre-chemins, ce qui s’était produit appartenait au passé et à rien d’autre. Cela semblait être clair dans ma tête, pourtant, je n’avais pas l’impression que cette entrevue clore à jamais ce chapitre…

   


Dernière édition par Talia Vanbois le Mer 12 Avr - 1:28, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The She-WolfThe She-Wolf
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord
Corbeaux : 515
Avatar : Gemma Arterton
Date d'inscription : 29/12/2016
Localisation : Harrenhal - cachée sous une armure, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 5 Avr - 22:45

Qu'elle est choupi j'ai hâte d'en savoir plus sur ta demoiselle, un peu de douceur dans ce monde de brut ça va faire du bien

Bon courage pour ta fichette en tout cas, n'hésite pas à embêter ton admin référant en cas de questions (Ashara/Rhaegar ) et puis tu sais aussi où me trouver au cas où

Amuse toi bien et à très vite en jeu je l'espère


She Wolf & Deer
don't damn me when i speak a piece of my mind, 'cause silence isn't golden when i'm holding it inside, 'cause i've been where i have been & i've seen what i have seen, it's all a part of me. be it a casual conversation to hold my tongue speaks of quiet reservations. my words may disturb, but at least there's a reaction. sometimes i wanna kill. sometimes i wanna cry. sometimes i could give up. sometimes i could give. it's only for a while, i hope you understand, i never wanted this to happen, didn't want to be a woman, so i hid inside my world.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
La plus délicate des fleurs peut se révéler poison
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 195
Avatar : Hailee Steinfield
Date d'inscription : 01/04/2017
Localisation : Harrenhal

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 5 Avr - 23:06

Bienvenue jeune fille Smile


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Du sel sur les plaiesDu sel sur les plaies
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Vic, prince de sel, démon marin, fils du kraken.
Corbeaux : 439
Avatar : Jordan Patrick Smith.
Date d'inscription : 01/04/2017
Localisation : Harrenhal pour le tournoi.

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 5 Avr - 23:26

Quelle jolie Valoise !
Bienvenue ! I love you


We are ironborn. We're not subjects. We're not slaves. We do not plow the field or toil in the mine. We take what is ours. — We do not sow   
what is dead may never die
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 329
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Jeu 6 Avr - 1:25

Coucou jolie sucrette
Soit la bienvenue parmi nous
Si tu as besoin de quoi que ce soit, de parler ou autre, je suis disponible par mp ou par la cb quand tu me croises

Amuse toi bien et bon courage pour ta fiche


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Jeu 6 Avr - 9:25

TU AS CRAQUE

Welcome ma douce Alia

Tu me réserves un lien d'amour ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Jeu 6 Avr - 10:28

Bienvenue sur le forum, et bon courage pour ta fichette.
Que de jolies demoiselle en ce moment.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Ven 7 Avr - 14:27

Je te jure que si tu me parles de Dickiemann ou Claisen, je te tape toi ou mieux je réplique à coup de thermodynamique

Bienvenue copine chimiste
Bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chantons Fort
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 115
Avatar : Peter Mooney
Date d'inscription : 02/04/2017
Localisation : Actuellement à Harrenhall

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Dim 9 Avr - 14:55

Je me répète sans doutes, mais que vous êtes jolie vous
Garrett aurait bien des choses agréables à raconter s'il venait à la croiser un jour

Une bienvenue officielle parmi nous et un bon courage pour la suite de ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Lun 10 Avr - 3:01

Ow une Vanbois

Bienvenue !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Maître du JeuMaître du Jeu
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 431
Avatar : Toutes
Date d'inscription : 07/10/2015
Localisation : Partout

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur Mer 12 Avr - 12:29


Félicitations !

Il est des nôtres, il a fini sa fiche comme les autres ♫



Félicitations Talia Vanbois
Bravo jeune fou ! Tu es validé ! On espère que tu es prêt à te lancer dans l'aventure, car maintenant coloré, on t'y pousse ! Tu as quelque étapes à ne pas griller après ta validation, oh, pas de quoi t'inquiéter, des petites choses comme ça qui permettront au staff d'aller plus vite dans ses démarches. Par conséquent, on te demandera d'aller recenser ton avatar et si tu as une famille noble, et bien, la recenser si ce n'est pas déjà fais ! Si tu as pris un scénario ou un personnage d'une région dépeuplé, tu as des points, n'hésite pas à consulter notre magnifique système de points, qui sait. Enfin, tu peux poster ta fiche de liens et ta fiche rp, les membres pourront ainsi te demander des liens... ou des rp ! Tu peux aussi te rendre dans la zone flood, participer à nos super animations et flooder avec les autres membres ou plus simplement, nous rejoindre sur la chatbox pour passer un bon moment !

On te dit encore bravo pour ta validation, on te souhaite de passer un bon moment parmi nous et à très bientôt !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Talia⸗ un petit vent de douceur

Revenir en haut Aller en bas

Talia⸗ un petit vent de douceur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petit Faucon [ Vent ] [PRIORITAIRE]
» Petit Perroquet ~ Vent
» Animaux et végétaux du Vent
» Petit Romarin. || Chaton du Clan du Vent. || Pris.
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: wanted :: When you play to the game of thrones... :: You win :: Val d'Arryn-