RSS
RSS

Nous manquons de membres dans Dorne, Le Conflans, le Val et l'Orage.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.

Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
et Doran Martell sont très attendus.
Venez nombreux participer à l'animation What If et au Souk.
Le nouveau système de vote aux top-sites a été mis en place.
La série reprend le 16/07 (ou 17/07 selon votre point de vue).
Merci d'éviter tout spoiler sur la chatbox et favorisez le flood crée pour ça, à la place.
Les inscriptions pour les joutes sont désormais closes.
Les spectateurs eux peuvent encore s'inscrire.

Partagez|

L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 352
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement
Métier : Tenancier de Bordel

Message Sujet: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Sam 29 Avr - 15:54


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming
D'ici quelques mois, aurait sans doute lieu ce que l'on nommait déjà, le plus grand tournoi jamais organiser : le Tournoi d'Harrenhal. Cela faisait maintenant un an qu'il avait été annoncé et tous étaient convié a venir voir jouter les plus grands chevaliers des Sept Couronnes. Le lysien au sang de fer-né avait bien du mal a cacher son excitation a chaque fois qu'il en entendait parler. Cela faisait peut etre dix ans qu'il vivaient a Westeros, jamais il n'avait participer a un tournoi, jamais il n'avait vu de chevalier jouter. Il en avait entendu parler, mais il n'avait jamais vu ces spectacles qui faisait tant parler d'eux. Il se sentait un peu comme un gamin, quand il s'imaginait déjà a Harrenhal, parmi les petits gens pour observer ce qui faisait venir autant de monde en un pareil lieu. Car personne ne pouvait mentir sur Harrenhal, la forteresse était bien loin d'etre le lieu le plus charmant des Sept Couronnes. Pour y etre passer lors de son voyage pour les Iles de Fer, ce n'était pas avec une joie certaine que Melhavak avait envie d'y remettre les pieds. Lieu d'histoire certes, mais lieu lugubre et dérangeant également.

Aujourd'hui n'était pas l'une des journées les plus belles à la capitale;; Il faisait gris et il faisait froid, le temps d'un instant le lysien regretta la douce cité insulaire qui l'avait vu naitre et grandir. La bas, on connaissait les tempêtes violente et des douces pluies, mais il faisait presque toujours beau, personne ne connaissait la neige. Ici, le climat était changeant, et depuis peu, c'était l'hiver disait on. En 10 ans, le gamin de l'ile de Lys qu'il était, avait eu le temps de se faire au changement climatique, mais ce n'était pas pour autant qu'il aimait, préférant de loin quand le soleil caressait sa peau. Un soupire quitta les lèvres de Melhavak, alors qu'il détachait enfin le regard de la fenêtre, quittant ainsi la vision d'une cité triste et au ralentie.

Aujourd'hui, les affaires fonctionnaient au ralentie. Les hommes ne se faisaient pas nombreux dans le bordel, c'était plus les habituer, les manteaux d'or qui avaient l'habitude de venir ici une fois leur service terminé. Gardien de la paix de la cité, nombreux étaient ceux que Melhavak avait connu par l'unique présence de Savie. Gamine turbulente comme lui l'avait été au même age, le tenancier ne comptait plus le nombre de fois où sa fille avait été reconduite a l'Amazone Endormie par les soldat du guet. Si elle avait un garçon, nul doute que le lysien aurait fini par l'envoyer servir le guet si il le pouvait.

-Seren?

La voix suave avait finalement interpeller sa compagne qui n'avait aucune représentation de prévue pour aujourd'hui. Melhavak se garda quelques instant pour observer sa douce amie qui était devenue la plus belle femme qu'il lui ai été donné de voir. S'approchant doucement de la jeune lysienne, il repoussa délicatement sa chevelure d'or et d'argent pour déposer un tendre baiser dans sa nuque.

-Savie n'est pas avec toi?

Un leger rire passa entre les lèvres du lysien, c'était une évidence, car l'enfant n'était pas dans la pièce, mais elle pouvait très bien être simplement partie chercher quelque chose. Ainsi donc seul dans la chambre qu'il avait attribué a sa douce amie, Melhavak pouvait profiter de l'absence de sa fille pour parler avec Seren.

-Es ce que ta nouvelle vie te plait mon aimée?


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vois avec ton cœurVois avec ton cœur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 78
Avatar : Emilia Clarke
Date d'inscription : 18/04/2017
Localisation : Port-Real
Métier : Prostituée

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Sam 29 Avr - 21:04


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak





Le regard inquisiteur, Seren observait sa progéniture en contrebas en compagnie d'autres mouflets. Même si Savie n'avait plus les allures d'un mouton noir au cœur de la cité du roi dragon, sa mère ne pouvait se résigner à la laisser sans surveillance. De crainte oui, qu'on ne s'en prenne à elle, mais aussi en prévention des idées farfelues qui pouvaient bien traverser l'esprit de l'enfant. Une mère ressent ces choses là dit-on... Et eux, ils baroudaient là, comme si le monde leur appartenait du haut de leur innocence. Voir la vie à travers les yeux d'un enfant devrait se limiter à cela : Imaginer ce qui nous entour et le juger à travers le reflet déformé du miroir de la jeunesse et de l'ignorance. Bien que le temps ne semblait vouloir se montrer complice, elle ne daigna pas intervenir pour l'interrompre dans ses jeux. C'est donc dans un sourire aimant qu'elle la regardait s'éloigner à grandes enjambées de l'Amazone. Un soupire s'échappa d'entre ses lèvres rosées, priant qu'elle trouve cette fois-ci le chemin de la maison d'elle même et sans y être raccompagnée d'un quelconque redresseur de tords.

La lysienne se détourna alors de la rue vide de petits, au profit de sa couche sur laquelle elle se laissa retomber lourdement. Le visage enfouis dans ses draps, elle sentait soudainement l'ennuis la gagner, si bien que l'idée d'arpenter Port-Real lui traversa l'esprit... Avant de se raviser aussitôt. Elle n'aurait pas le courage de braver le froid à la manière de sa fille, Seren était une femme habituée au soleil, et portait à la chaleur un amour bien plus grand que tout le reste. Retrouvant une position assise moins suggestive, elle se pris à songer à Lys, se demander si sa mère se portait bien, et comme le corbeau est souvent de mauvais présage, elle eu une pensée pour son étrange ami laissé là bas. Il ne lui manquait pas vraiment, en fait, elle se réjouissait même de ne plus le voir tourner autour de Savie, à lui enseigner la rapine et le mensonge. D'une certaine manière, la jeune femme espérait même en silence que leurs routes n'aient plus à se recroiser. Tirée de ses pensées par l'entrée de son amant, Seren eu comme un léger sursaut. Dans un premier temps surprise de sa visite, lui qui avait toujours tant à faire, elle fini par très rapidement lui adresser un sourire aimant, son regard semblant retrouver de son éclat en la présence de celui qu'elle chérissait. La jeune femme le regarda un instant silencieuse, s'approcher d'elle et prendre place à ses côtés, lui offrant même un baiser dans la nuque qui lui arracha un léger rire.

- A vrai dire, tu la manques tout juste. Elle vient de filer droit devant elle avec un groupe de garnements dans son genre.

Lui répondit-elle la voix chantante, l'air amusée. Seren eu l'impression que la question lui fus maladroitement posée comme pour lancer un début de conversation, plus que part soucis de ne pas la trouver dans ses jupons. Melhavak n'était que trop conscient du caractère impétueux de leur petite, et encore plus de son incapacité à tenir en place... Quand cette dernière ne luttait pas contre le démon du sommeil qui l'avait prise en affection, bien entendu.  Elle fit mine de réfléchir quand il lui demanda si sa nouvelle vie lui convenait ainsi.

- Quelle question...

S'amusa t'elle. Les choses étaient différentes, mais de manière suffisamment intéressantes pour que la douce fleur de Lys y trouve son compte. Dans un sourire, elle tendit le cou afin de faire se rencontrer son front et la tempe de son ami.

- ...Peut importe où je suis, ma vie ne peut m'être que convenable. Tant que Savie et toi êtes non loin, je n'ai besoin de rien d'autre.

Seren reprit sa position initiale alors que son regard se perdit quelque part entre les lattes du plancher. Bien qu'elle ne craignait pas de mettre son cœur à nue face à lui, elle avait toujours éprouvé des difficultés à assumer son regard dans ce genre de moments. Si son corps était devenu celui d'une femme, son esprit avait su garder lui de sa candeur d'en-temps. Elle entrepris alors de poursuivre la conversation.

- Les affaires n'ont pas l'air de bien marcher aujourd'hui... Peut-être que je devrais essayer d'aider à inverser la tendance ?

La lysienne décrocha son regard du sol, inclinant légèrement la tête sur le côté, elle glissa affectueusement ses doigts entre ceux de Melhavak, et ce avec une douceur innée. Un peu comme pour tenter d'y faire parvenir un peu de sa chaleur à elle. Elle se mordilla la lèvre inférieure avant de question à son tour.

- Et toi ? ... Tu ne regrettes pas notre venue ?




I'm Bleeding out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 352
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement
Métier : Tenancier de Bordel

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Mar 2 Mai - 22:24


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming
Du ciel gris qui avait pris place au dessus de la ville, commença a tomber de l'eau. Une pluie fine, une pluie sans doute froide qui glissait doucement sur le verre de la fenetre. C'était une melodie peu commune a Lys, celle de l'eau qui ricoche contre les fenetres, pourtant, c'est sans aucun doute l'une des plus belle. Durant quelques instants, le lysien se perd dans la contemplation du son, cherchant a s'en souvenir pour essayer de le rejouer ensuite sur sa lyre. Durant quelques instants, la voix de Seren ne lui parvient pas vraiment, il comprend vaguement que leur fille est partie jouer, et qu'elle reviendra sans doute avec de boue de la tête aux pieds. Un leger rire passe entre les lèvres de Melhavak a cette pensée, Savie allait sans doute encore se faire passer un savon, mais dans le fond, rien ne l'amuserait plus.

Son regard qui s'était posé sur la fenetre, l'abandonna pour venir observer une toute autre beauté. Sa beauté de Lys, son amie et amante, qu'il aimait depuis si longtemps qu'il en avait oublié l'origine de cet amour. Faisant vibrer son coeur d'une symphonie bien plus enivrante. Cependant, malgré les doux noms qu'il pouvait donner à sa compagne, jamais il n'avait dit à vive voix ses sentiments. Il en avait toujours été incapable, que ce soit avec elle, avec Mysa ou même les diverses personnes dont il avait pu etre proche, jamais il n'avait pu se livrer sur ses sentiments.

Écoutant les propos de Seren, le jeune homme attrapa finalement la jeune femme par la taille, l'entrainant sans un mot, dans sa chute sur le lit. Si il avait prévu de parler a sa lysienne, il n'avait pas spécialement prévu de parler de ses sentiments, alors autant esquiver le sujet autant que possible pour l'instant. Un rire passa entre les lèvres de Melhavak alors qu'il déposait un nouveau baiser dans la nuque de la demoiselle.

-Si tu dois danser aujourd'hui, c'est pour moi et uniquement pour moi. Ce n'est qu'un jour moins riche que les autres, voila tout.

Un leger sourire sur ses lèvres, et il regarda ensuite le plafond de la piece. Le fer-né ne savait pas vraiment ce qu'il recherchait en regardant le plafond neutre, il n'y avait pas reelement de mode d'emploi pour répondre a la dernière question de la lysienne. A vrai dire, il ne s'était jamais vraiment poser cette question. Il ne s'était jamais demandé comme aurait été sa vie actuellement si il avait décidé de ne pas honnorer sa promesse. Pour lui, c'était un peu comme une évidence, une évidence que la place de Seren et de Savie était à ses cotés. Il ne s'était pourtant jamais imaginer père ou quoi que ce soit.

-Si je regrette? Tous les jours. Tous les jours je me dis que j'aurais du etre un lache sans parole!

Melhavak tourna la tête vers Seren, laissa passer quelques seconde avant de s'appuyer sur un coude et venir lui voler un baiser en riant.

-Tu en as d'autres des questions idiotes comme ça? Je ne vais pas te mentir que je n'avais pas prévu l'arriver d'un enfant dans ma vie, mais bon. Si c'était le prix pour te retrouver, alors je le payerais encore et encore.

Il se stopa quelques secondes de plus, faisant mine de réfléchir.

-Enfin, ça dépend. Car une autre Savie dans les pattes, je dois t'avouer, que ça ne me tente pas tellement. On en a assez d'une, tu ne crois pas? Comment tu as fais pendant 10 ans?


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vois avec ton cœurVois avec ton cœur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 78
Avatar : Emilia Clarke
Date d'inscription : 18/04/2017
Localisation : Port-Real
Métier : Prostituée

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Mer 10 Mai - 1:08


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak




Un instant de flottement. Comme si la jeune femme s'attendait cette fois-ci à ce que le silence d'une éternité sans amour ne soit enfin brisé. Un doux rêve, comme une prière, un espoir que l'on cache et que l'on refoule au profit du jour prochain, de la nouvelle routine, et à nouveau du silence. Elle s'évada une seconde en remarquant la pluie qui battait à présent le pavé de la cité, songeant à son enfant là dehors qui ne devait certainement pas se sentir le moins du monde gênée par les intempéries. Pourvue qu'elle ne rentre qu'en souillon, et sans rhume pouvant la clouer au lit les jours à venir. L'idée de la voir ainsi malade l'angoissait à chaque fois, le moindre éternuement devenait dans l'esprit de la mère une véritable catastrophe. Quand son attention se porta à nouveau sur lui, délaissant la mélopée envoutante de la pluie, la lysienne se sentie parcourue d'un frisson sur lequel aucun autre nom que celui de "Melhavak" ne pouvait être apposé. Même si son cœur chérissait l'idée de voir franchir ses lèvres, l'expression de son attachement pour elle, la jeune femme ne pouvait contredire les yeux du Fer-né. Il avait cette manière de la regarder qui la rendait unique. Elle avait souvent contemplé le reflet de son image dans les yeux des hommes qui convoitaient ses services, mais aucun n'avait jamais cette étincelle, ce petit quelque chose qui lui laissait dire " Il n'y a que toi qui soit fait pour moi ".

Brisant sans vergogne cette pseudo alchimie que l'on pourrait s'imaginer à sens unique, comme si les mots eux seuls savaient faire du bruit, Mel agrippa Seren par la taille et l'entraina avec lui dans sa chute vers le lit. Au début surprise, la jeune femme tendit d'instinct la main pour agripper le rebord de la fenêtre, en vain. Quand il évoqua l'idée que sa danse ne pourrait que lui être réservée à lui et à lui seul aujourd'hui, la lysienne lui lança un regard de défis certain. Approchant son visage du sien, laissant leurs lèvres se frôler l'espace d'une seconde.

- Alors ça... Il va falloir le mériter.

Aussitôt dit, un demi sourire satisfait s'empara de son visage alors qu'elle s'éloignait de lui, se laissant retomber sagement sur la couche à ses côtés.  Mais... Elle perdit rapidement son sourire mesquin, au profit de la moue de celle que l'on offusque. Elle avait timidement démantelé sa carapace pour lui soumettre l'hypothèse d'une sincérité, et lui, il osait dire qu'il regrettait en s'amusant même de sa boutade, le bougre, le scélérat, le truand, l'arsouille de seconde main...
Quand amusé, il tendit le cou pour venir lui voler un baiser, la jeune femme plissa le nez, le regard faussement vexé, ses lèvres pincées. Elle profita même de la situation pour venir tendre une main vengeresse vers ses côtes et le pincer rageusement à travers ses vêtements, sans réellement chercher à le blesser. Seren hésita à l'interrompre une seconde, bien entendu qu'elle avait d'autres questions "stupides" à lui poser. Mais à quoi bon ? Soit elle les trouvait elle même idiotes, soit il les tournerait en dérision sans y apporter l'ombre d'une réponse. Il fini par lui dire également qu'une seconde Savie n'était pas un projet à envisager, pour son bien être tant physique que mental, ce que la jolie blonde acquiesça d'un rire amusé. Si le destin lui offrait un jour à nouveau de donner la vie, Seren ne s'en plaindrait pas. Loin d'elle l'idée de renouveler l'expérience, les mois et les mois de tortures qu'il en découlait pour quelques minutes, tout au plus quelques heures de plaisirs. Non, ça n'en valait pas la peine. Mais s'ils étaient les siens, alors ça irait... Même si dans le fond... Elle priait pour qu'ils ne ressemblent jamais plus au monstre de témérité qu'elle avait enfanté. Son regard se perdit à nouveau dans le rien, la dernière phrase de son amant l'ayant guidée dans les méandres de sa mémoire, et poussée à avoir une pensée pour Aevan. Pendant quelque secondes, elle songea à Lys, et la famille qu'elle y avait laissé, tant à ce que cet homme avait fait pour elle.

- De la patience, de l'amour... Et une "excellente" nourrice.

Elle avait appuyé ce mot dans le seul but que prône l'ironie du propos. Bien qu'il savait tenir Savie et l'occuper, que la fillette lui vouait une admiration certaine, Seren le tenait pour responsable de bon nombre des mauvaises frasques de sa fille. Elle ne pouvait non plus nier qu'elle avait appris à grandir en sa compagnie, à se forger une image encore trouble à travers ses mots tout aussi vagues et son attitude tangente. Seren bouscula sans un mot son amant, le renversant sur le dos alors qu'elle prenait nonchalamment place sur lui, comme s'il n'était rien de plus que la couche la plus confortable qui lui soit offerte. Ses mains se joignirent alors au niveau de son torse, alors qu'elle y déposait son menton contre.

- Enfin... "il" n'était pas spécialement le précepteur que j'aurais rêvé voir prendre en charge Savie, mais au moins, il savait la tenir en respect, c'était impressionnant de voir la manière dont la petite buvait chacune de ses paroles. Et il me donnait moins l'impression d'être... " Livrée à moi même " pendant tout ce temps. J'avais l'illusion d'avoir une épaule sur laquelle me reposer, un ami. Mais aujourd'hui, je me dis qu'il n'en était rien, et que comme beaucoup de choses, il n'y voyait qu'un intérêt certain.


Seren réalisa qu'elle n'avait jamais pris réellement le temps de parler de lui à Mel, pas plus qu'à d'autres. Elle ne cachait pas son existence où cette pseudo relation amicale, non, mais elle avait le sentiment qu'il était juste inutile d'en parler plus que de raison. La lysienne préférait se concentrer sur les choses de sa vie du jour, et non sur son passé, elle avait déjà suffisamment à faire à son gout.





I'm Bleeding out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 352
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement
Métier : Tenancier de Bordel

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Jeu 11 Mai - 3:08


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming
À chaque fois que ses sombres yeux bleu se posait sur la lysienne, le bâtard fer-né ne pouvait s'empêcher de remercier la déesse pour avoir mis une telle femme sur son chemin. Il en avait même parfois honte de l'avoir à ses côtés depuis un an. Après l’avoir lachement abandonné quand il était partit à Dorne, il s’était attendu a ce qu’elle lui en veuille, qu’elle le déteste. Et pourtant, ils s’étaient sauté dans les bras en se retrouvant, oubliant totalement les 10 années de séparation. Elle lui avait pardonné, sans même cherché a comprendre, elle lui avait pardonné de l’avoir engrossé sans même s’occuper de l’enfant par la suite car il ne l’avait jamais su. Du moins c’était ce qu’il pensait, il n’en savait pas grand chose a vrai dire, le lysien ne lui avait jamais posée la question, sans doute ne voulait il pas connaitre la réponse a vrai dire.

Un sourire malicieux avait éclairé son visage quand la jeune femme avait prit possession de la situation. Qu’elle mouche l’avait elle bien piqué? Melhavak ne le savait pas trop, mais il n’allait pas s’en plaindre. Il l’a regardait tendrement en l’écoutant parler, alors que ses mains s’était tranquillement posée sur ses hanches qu’il caressait a travers le tissu. Le batard fer-né ne lui disait jamais, mais elle était définitivement son tresor. Sa perle rare qu’il aimait et cherissait au dela de tout. Cependant, quand la belle se mit a lui parler d’un certain “il”, le lysien ne put que froncer les sourcils, comme soudainement piqué dans sa fierté.

-Si tu n’avais pas gardé le secret sur ta grossesse, Savie aurait peut etre été moins infernal.

Sa voix était moins douce, ne cachant pas le soupçon de reproche qui pigmentait son timbre. Lui qui avait toujours pensé que le caractére de sa fille s’était forgée uniquement parce qu’elle lui ressemblait, il prenait les mots de Seren comme une stupide trahison. Savoir qu’un homme autre que lui avait compté pour sa fille, le rendait jaloux au possible. Cela en devenait presque insupportable de le savoir. Melhavak avait toujours été quelqu’un de possessif et de très orgueilleux, alors cela était bien loin de flatter de savoir qu’un inconnu avait contribué au caractère impétueux de sa fille, cela l’iritait au plus au point.

Le lysien abandonna les hanches de la jeune femme pour placer ses mains derrière la tête en soupirant.

-Et après, je me demandais pourquoi la gamine ne supportait pas mon autorité. Tout s’explique. T’aurais peut être dû l’amener avec tes valises.

Avec le temps et l'importance qu'on lui avait donné, Melhavak c'était pris a aimé etre respecter et avoir des gens sous son autorité. Adorant le fait d'etre mis en valeur, il avait très mal vécu le fait qu'une gamine de 9 ans remette en question cela. Si il avait laissé passer cela, connaitre maintenant la raison, le rendait extrêmement amère.


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vois avec ton cœurVois avec ton cœur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 78
Avatar : Emilia Clarke
Date d'inscription : 18/04/2017
Localisation : Port-Real
Métier : Prostituée

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Jeu 18 Mai - 17:41


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming


- Ben tiens...

Les mots pouvaient se montrer parfois bien plus tranchants que la plus aiguisée des lames. Quand le premier des reproches tomba, Seren aurait probablement préféré être assommée d'une masse. L'avait-elle blessé pour qu'ainsi il réagisse ? Détestait-il à ce point l'idée qu'un autre "il" puisse avoir eu un semblant d'importance dans la vie de ses lysiennes ? Elle eu dans un premier temps l'envie de s'excuser, avant que son cœur lui même ne soit étreint de sa vieille amertume. Durant dix longues années, elle avait songé à leur dernier échange, à la dispute qui avait éclaté juste avant le départ de Melhavak. Il lui était souvent arrivé de culpabiliser d'avoir été silencieuse. En faite, à chaque fois que son regard croisait les yeux bleus de sa fille, chaque fois que l'enfant la questionnait sur lui. Est-ce que cela aurait réellement changé quelque chose à leur vie dans le fond ? Il n'aurait jamais pu rester à ses côtés, et rien ne garantissait à la lysienne qu'il aurait été en mesure de lui offrir sa liberté à cette époque, en y réfléchissant bien. Au final, n'aurait-il pas plutôt quitté Lys la culpabilité dans l'âme de laisser un enfant derrière, bien malgré lui ? Seren avait tenté, tant bien que mal, de se consoler à partir de ces mots, mais aujourd'hui encore, on venait à le lui reprocher, ce silence. Alors, aujourd'hui non plus, le Fer-Né ne réussirait pas à comprendre la peur de ce jour, celle de le voir disparaître au moment même où elle rayonnait de pouvoir lui annoncer qu'ils se trouvaient plus proches que jamais. Depuis le jour où il s'était imposé comme son chevalier, son protecteur, Melhavak avait laissé son empreinte et son ombre planer sur le monde de Seren. Et là, on lui apprenait que pour la première fois depuis son enfer, elle allait à nouveau être livrée à elle même, une vie entre les mains en plus de la sienne.

Elle ne chercha pas à rétorquer quoi que ce soit, alimenter le désaccord par les mots leur avait suffisamment couté, et cette conversation concernant Savie s'était déjà jouée à leur arrivée à Port-Réal. Sa seconde pique lancée, la lysienne sentie comme un douloureux brasier envahir sa poitrine. Elle savait qu'Aevan avait contribué au caractère impétueux de Savie, à l'encourager dans cette voie. Mais il semblait l'oublier aujourd'hui, bercé par sa fierté, il avait été loin de l'image de l'enfant sage et docile de son temps. Pensait-il réellement que sa propre fille ai attendu après l'intervention de cet individu pour lui ressembler ? Ses yeux se fermèrent alors que ses lèvres pincées trahissaient ses pensées, comme lorsque l'on tente de lutter en silence contre la douleur lancinante d'un doigt resté coincé entre l'enclume et le marteau.  Seren laissa alors sans un mot son corps glisser de sa posture pour retrouver le contact de la couche, elle n'avait alors subitement plus que son dos à offrir à la vue de son amant. Le silence se faisait pesant, rythmé par le son régulier de la pluie battant le pavé, Seren fini par le briser, le regard figé dans le rien.

- Pour être sage comme tu sembles souhaiter qu'elle le soit, ce n'est pas ta présence qui aurait été requise, mais que ta fille naisse un peu plus à mon image...

Poussant sur ses bras, Seren retrouva alors une position assise. Elle observa le reste de la pièce, comme si un signe quelconque allait lui être fait, marquant une légère pause. La lysienne fini par prendre une profonde inspiration avant de soupirer.

- ... Mais, les dieux ont décidé de m'offrir à la place, un enfant plus ressemblant encore à son père que son propre reflet dans le miroir.

Toi aussi tu étais un diable, avait-elle envie de lui dire, mais elle préféra se contenter de sa timide accusation, qui, qu'il l'admette ou non, s'avérait crevante de vérité. Seren se pencha en avant, appuyant alors ses coudes contre ses genoux.

-  Savais-tu que Savie avait son rituel à Lys ? ... Chaque matin, elle quittait la... " Maison ", et prenait la direction du port. Elle y scrutait chaque bateau, chaque homme... Elle pouvait y passer des heures et ce dans, dans le seul espoir de te trouver parmi eux.

Elle releva la tête vers le plafond en soupirant, sans trop savoir pourquoi elle énonçait ces faits. Ces souvenirs.

- Sans jamais t'avoir vu, Savie t'aimait, t'idéalisait, avait fait de toi un héros qui viendrait un jour l'arracher à sa vie pour lui offrir la découverte du monde sur un plateau. J'ai essayé en vain de t'en vouloir après ton départ, mais chaque fois, elle revenait avec encore plus d'espoir que le jour de ton retour approchait, si bien qu'elle avait fini par m'en convaincre, et entretenir cette place qui porte ton nom.

Elle avait accompagné ses derniers mots d'une main glissant jusqu'à sa poitrine, comme une confidence qu'elle semblait se faire plus à elle même qu'à lui. A nouveau les mots poussèrent au fond de sa gorge, mais ceux-ci semblèrent lui brûler les lèvres au passage. Étouffant ses joues et ses yeux tendant à s'éveiller au rouge.

- Je ne me suis jamais réellement pardonnée mon silence, pas plus hier qu'aujourd'hui. J'osais imaginer que toi tu en aurais trouvé la force, mais il semblerait que non...






I'm Bleeding out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 352
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement
Métier : Tenancier de Bordel

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Mer 7 Juin - 17:48


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming


Etait il touché par les propos que la lysienne lui revelait comme cela? Sans aucun doute, toutefois le lysien s'était bien gardé d'en dire quoi que ce soit. Il s'était également bien gardé de s'excuser des propos déplacé qu'il avait pu avoir face a son amante. Un soupire passa entre ses lèvres, alors qu'il se redressa pour se mettre en position assise aux cotés de Seren. Sans dire un mot et sans même lui demander, il posa sa tête sur son épaule en fermant les yeux. La respiration lente, il songeait a la vie qu'ils auraient pu avoir si elle lui avait dit avant son dépars. Serait il resté au vu de l'amour qu'il avait pour elle? Il se plaisait a pense que oui, mais au final au fond de lui Melhavak savait qu'il aurait prit la fuite devant pareil responsabilité que celle d'un enfant non désiré a qui il n'aurait rien pu offrir. Il se plaisait a pensé qu'ils auraient pu etre une véritable famille, mais il savait qu'ils n'auraient jamais pu l'etre car elle était une prostituée et lui un batard.

-Tu crois qu'elle m'aimera un jour?

La question était glissé entre ses lèvres dans un timide murmure, une question timide et presque honteuse que le batard fer-né ne pouvait s'empecher de se demander. Malgré la relation père fille compliqué, Melhavak ne pouvait s'empecher d'apprecier la gamine car au final ils étaient cruellement pareil. Mais voila, ils se ressemblaient tellement qu'ils semblaient etre fait pour ne pas pouvoir coexister ensemble.

-J'imagine sa déception quand elle m'a vu, un homme qui ne savait même pas qu'elle existait et qui n'avait rien d'un hero. Tu lui avais dis que je ne savais rien de son existence?

De nouveau un soupire passa entre les lèvres du lysien qui quitta l'épaule de la belle pour s'étirer. Attrapant la taille de Seren, il l'entraina de nouveau dans sa chute sur le lit. C'était incroyable comme le lit était confortable et ne demandait qu'a etre occupé de tout le long de son corps, le temps d'un instant, Melhavak se felicita mentalement d'avoir acheter un pareil mobilier, mais il reprit toute fois rapidement le fil de ses pensées.

-Des fois, je me dis que cela aurait peut etre été plus simple si nous etions resté a Lys, si j'avais continué a travaillé avec mon grand père. Peut etre aurais je même fini par gagner le nom des Ormollen. Aurais pu avoir une vie si différente...

Regrettait il d'avoir quitté Lys? Oui et non. Il regrettait car cela ralongeait son ascension social, mais il ne regrettait pas car cela lui avait permit de faire des belles rencontrer et de voir le monde. Sans dire un mot, il se glissa au dessus de la jeune femme, lui volant un baiser avant de lui offrir un sourire affectueux.

-Mais bon, le passé est passé. Rien ne m'importe plus que l'avenir maintenant, un avenir radieux pour nous j'en suis certain. Imagine qu'un jour nous puissions devenir la maison Sombre-Mer. Seren Sombre Mer, ça sonne bien, même si ça fait beaucoup de "s"

Un rire passa entre ses lèvres, beaucoup plus joyeux que quelques minutes auparavant, loin de la jalousie et de la rencoeur. Finalement peut etre que la belle lysienne avait trouvé les mots juste pour apaiser le lysien si fougueux?


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Vois avec ton cœurVois avec ton cœur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 78
Avatar : Emilia Clarke
Date d'inscription : 18/04/2017
Localisation : Port-Real
Métier : Prostituée

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Dim 30 Juil - 10:41


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming
On disait souvent que les femmes étaient l'amour, la gloire et l'espérance aux cœurs des hommes. Même s'il s'en dépeignait une belle image, Seren ne savait réellement sa place et son rôle. Ce sont ses mots qui la touchèrent en premier, plus encore que son changement de ton drastique. Si Melhavak était un beau parleur, il n'avait jamais apprécié avouer ses tords et réclamer sa propre rédemption. Non, il se l'accordait lui même, préférant de loin jouer à l'inconscient lunatique dont l'attitude, en l'espace de quelques minutes, pouvait muer de la  froide nuit d'hiver au soleil de printemps. A mot couvert, ainsi le jeune père avoua ses inquiétudes et ses doutes. C'était si rare de l'entendre se confier, que lorsque que cela arrivait, il donnait l'impression d'un soldat offrant sa propre épée à l'ennemi pour mieux l'abattre. Elle tendit une main douce pour s'emparer du menton de son ami, cherchant l'homme derrière le voile de son regard.

- Savie t'aime depuis sa première bouffée d'air dans ce monde. Peut-être plus fort même que nous serions nous capable de le lui rendre. Elle afficha alors un demi sourire, à mi-chemin entre compassion, malice et tristesse. Vous êtes simplement beaucoup trop fières l'un et l'autre pour vous l'avouer.

La lysienne l'observa une seconde silencieuse, avant de l'abandonner à nouveau à son épaule. Il y avait comme le parfum d'une accusation timide dans son regard aimant. Elle œuvrait depuis le premier jour à ce que l'un et l'autre décide de baisser les armes. Si leur relation conflictuelle n'avait rien d'enviable, Seren saignait en silence à chaque haussement de voix, à chaque mauvais regard, le cœur pris dans un étaux invisible dont chacun possédait une moitié du levier.

- Elle n'est peut-être pas parfaite, mais qui peut prétendre l'être ? Nous ? Avait-elle ajouté, l'ironie dans la voix. Elle est notre fille. Et malheureusement, la pomme ne tombe jamais bien loin de son pommier.

Elle se laissa guider par les mains puis la chute. Elle n'avait jamais refusé sa main, et la sienne se tendait parfois même avant qu'il ne la quémande, qu'il ne pense en avoir besoin. Melhavak avait des rêves et des ambitions que d'autres roturiers penseraient fous. Mais pas pour elle. Même si l'attrait d'une vie simple la séduisait plus qu'autre chose, elle n'aurait jamais de cesse de le pousser plus haut que sa force ne le lui permettait.

- Elle aurait été différente, c'est certain. Celle que nous menons ne frôle peut-être pas non plus la perfection, mais elle est bien loin d'être misérable, et elle comporte un avantage. Seren marqua une courte pause, pour faire planer le suspense, mais aussi le temps de tourner la tête vers son amant étendu à ses côtés. Elle ne peut que s'améliorer, et, ça j'en suis certaine, te porter avec le temps plus haut encore que ce que Lys n'aurait jamais à t'offrir.

Un présent immuable que cette liberté qu'il lui offrait déjà. L'air toujours si impatient dans sa course bornée à la gloire et la reconnaissance qui semblait lui avoir tant manqué. Sans un mot, Melhavak bascula au dessus d'elle. Revenu à ses sentiments les meilleurs, il vola même un baiser au bec de la combe, souriant. Se tourner vers l'avenir, en voilà une sage décision. La mère de la lysienne lui disait toujours de voir plus loin que l'aube du jour à venir, qu'anticiper lui éviterait bien des malheurs. Se cœur se pinça une seconde, bercé par la mélancolie de vieux jours qu'elle ne saurait plus connaitre, avant que son attention ne se porte sur quelque chose de plus agréable à son oreille.

Former une véritable famille à travers ce nom, voilà ce qu'elle avait entendu. La catin n'avait jamais eu les yeux plus gros que le ventre, et la joie de ceux qu'elle chérissait lui suffisait comme trésor. Mais ça... C'était au delà de toutes merveilles. Son regard s'imbriqua dans celui du lysien, une étincelle de défis lui éclairant le regard. La provocation et l'insolence dans la voix, elle osait dans un sourire peint de malice alors lui rétorquer, comme une menace sans lendemain.

- Prends garde à tes mots Fer-Né ! Ceux-ci veulent me dire que tu aurais l'outrecuidance de faire un jour de moi ta femme. Je ne voudrais pas m'y attacher de trop s'ils sont trompeurs.

Elle glissa après son silence ses jambes par dessus ses reins, le faisant prisonnier de ses hanches. Otage de ses courbes et de sa chaleur, comme pour le marquer, dompter l'ouragan de Lys au sang des îles de Fer. Sa main s'éleva jusqu'à rencontrer la nuque du bâtard, s'assurant une prise certaine pour se redresser et ainsi prendre possession de l'espace qui les séparait.

- Je n'ai jamais été une femme de pouvoir, je n'ai jamais eu de grandes ambitions. Je ne suis pas non plus une guerrière, une femme à la verve chargée, ou à l'instinct de manipulation important, ni même très maligne. Quant à leurs jeux politiques, ils me font peur et j'ignore si un jour je serais capable de m'y faire. Mais si tu devais être certain d'une chose, c'est que peu importe ma place, je serais toujours ton ombre Melhavak.

Son front se heurta au sien avec pudeur. Cette assurance n'était pas la sienne, mais le besoin ardent de ces mots lui brûlait les lèvres, le cœur et l'âme.

- Que les dragons dévorent le monde de leur folie et de leur feu, je n'en ai cure. Ses doigts glissèrent dans sa sombre chevelure, tandis que ses yeux semblaient chercher l'approbation d'un regard aimant. Qu'importe ma liberté, je suis tienne. Si tu tombes, je m'attèlerais toujours à te relever, si tu saignes, à panser tes plaies. Même si aujourd'hui je m'en sais incapable, trop faible d'esprit pour l'envisager. Par les Septs, je te jure que s'ils s'opposaient demain tous à "mes" Sombre-Mer, alors j'apprendrais à montrer les crocs, et mordre plus fort que quiconque s'il le faut.





I'm Bleeding out
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Doux poison de LysDoux poison de Lys
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 352
Avatar : Colin O Donoghue
Date d'inscription : 17/10/2015
Localisation : Port Réal principalement
Métier : Tenancier de Bordel

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack Ven 4 Aoû - 11:30


L'appel du Voyage

Seren & Melhavak



When the sky truns grey and everything is screaming

Plongeant son regard aussi bleu que la mer dans celui de sa douce, jamais le lysien ne l'avait trouvé plus belle qu'en cet instant. Sans doute même qu'un petit frison avait parcouru son corps devant la détermination des mots de celle qu'il connaissait depuis sa plus tendre enfance. Toujours effacée et discrète, tel était la Seren qu'il avait toujours connu, la petite fille timide qu'il avait connu et protéger du monde. Un doux sourire éclaira son visage alors qu'il s'était permis de laisser sa main glisser sur sa joue pale et laiteuse, comme ils avaient grandit, comme ils étaient devenue différent de ce qu'ils étaient encore hier. D'un gamin voulant sauver le monde, il était devenu un homme voulant d'abord se sauver avant de penser aux autres. D'une fillette timide et fragile, elle était devenue une tempête en puissance, derrière ses traits fin et délicats d'une danseuse de Lys. Il refusait de l'admettre et même de songer a cela, mais c'était ainsi qu'il l'aimait.

-Prenez garde a vos mots Lysienne, je pourrais vous épouser sur le champs, vous posseder maintenant pour le reste de nos jours.

Son ton était taquin alors que le bout de son nez venait doucement rencontrer celui de la douce étendu sous son corps de fer-né. Un geste affecteux alors qu'il ne savait quoi répondre a sa bien aimée qui comme toujours lui ouvrait son coeur sans honte et sans gêne. Comment faisait elle pour etre ainsi? Tel était la question du batard de Lys alors qu'il s'était toujours évertué a cacher ses sentiments car ils n'étaient que faiblesse aux yeux de la belle Mysaria qui l'avait construit pour devenir cette machine d'ambition qu'il était désormais. Foutue lysienne a la langue mielleuse et dont la manipulation était un loisir, sans doute était ce elle la meilleur d'entre eux deux au final.

-Je ferais des efforts avec Savie, pour toi. Je te dis pas que ce sera facile, mais j'essayerais.

Il eut un petit pincement au coeur en disant cela, lui qui ne se remettait jamais en question, il eut l'impression de se trahir sur l'instant. Toutefois Melhavak chassa rapidement cette sensation de son esprit car en cet instant, il n'y avait que sa bien aimée qui comptait. Il l'avait blesser comme un idiot en laissant parler son égo, hors de question de recommencer maintenant.

-Il y a un tournoi dans un ou deux mois, un tournoi à Harrenhal, tous les seigneurs de toutes les couronnes sont convier. Peut etre pourrions nous y aller? Toi, moi et Savie? Elle veut voir le monde alors peut etre en profiter.

Le poison de Lys offrit un dernier sourire a sa douce avant de lui poser un baiser audacieux dans le cou, cependant sans trop s'aventurer.

-On pourra peut etre aller à mon premier Bordel également, et voir les iles de Fer.


Nothing can tear us apart
You’re brave, and kind, and honourable. Any man would be fortunate to be loved by you.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack

Revenir en haut Aller en bas

L'appel du voyage | Melhavak&Seren |FlashBack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [Flashback]Un premier voyage...
» Les gens du voyage
» Appel aux dons sauvetage canichous Refuge de Fontorbe
» Appel à l'insurrection.
» Voyage de Bougainville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Les Terres de la Couronne :: Port-Réal-