RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Val et dans l'Orage.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes du Val et de l'Orage.

Robert Baratheon, Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn,
Quellon Greyjoy et Doran Martell sont très attendus.

Partagez|

Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 21:27




Serah Greyjoy, née Timbal

En la balance, l'or et le fer sont un.
Passe ta souris sur la photo
   
Âge : 21 ans
Situation familiale : Mariée, depuis peu, à Victarion Greyjoy
Statut : Noble de la maison Greyjoy
Localisation : Pyk
Métier : Ahah! Les métiers sont pour les faibles qui ne savent pas se servir d'une épée! - Serah
Particularités : La première tient dans sa main droite et porte le nom de "Diplomatie". Nous parlons ici de l'épée de la dame qui, loin d'être rutilante, a été maintes fois aiguisée, autant à la pierre que sur les os d'ennemis. Quant au second, tout de bois taillé, rond, il est rustre, à l'image de sa porteuse, et se nomme pour sa part "Patience". Il va sans dire que Serah adore faire montre de Patience et user de Diplomatie…
Allégeance : Les Greyjoy, et plus largement, les Îles de Fer. Westeros pique sa curiosité, est une contrée exotique qu'elle se plairait à explorer, tout en sachant pertinemment que son cœur et son âme demeureront à jamais de sel et de fer.
Description de la famille : Fille unique, père encore en vie, mère décédée en couche d’un frère mort-né. Elle a peut-être un frère ou une sœur, ou plusieurs, ici ou là engendrés par les conquêtes de pillage de son père, mais… Elle s’en moque. Denys et Donnel Timbal sont ses cousins, de la branche principale de la famille Timbal. Elle ne les a jamais spécialement enviés, n’étant pas quelqu’un de matérialiste. Serah aime sa famille mais son tempérament profondément indépendant ne l'enchaîne pas à elle.
Compétences particulières : Bonne combattante au duo épée et bouclier, bonne archère, cavalière convenable, javeliste convenable. Jouït, de par sa condition de femme, d'une excellente agilité et est très prompte, ce qui tend à déstabiliser ses adversaires.
Faiblesses du personnage : Ignorante en matière de couture, broderies, protocole... Tout ce qui fait d'une femme une femme, selon la définition de la cour westerossi, lui est inconnu, et est donc un handicap aux yeux des continentaux. Sa condition de femme la prive de la force qu'ont les hommes, hommes qui la sous-estiment gravement et dont elle doit sans cesse essuyer le mépris... Cette condescendance machiste à son égard a enflammé un caractère déjà très affirmé, qui la fait partir au quart de tour à la moindre provocation. Serah a énormément de problèmes de self-control, ce qui causera probablement sa perte…
Groupe : Les Îles de Fer
Rang personnalisé : Fer Née
Avatar : Gaia Weiss
Autre ? : si vous avez quelque chose à ajouter, facultatif.

Dans le monde de Westeros où les femmes sont soumises à leurs conjoints masculins, Serah détonne. Elle n’est certes pas la première à souhaiter s’émanciper, prouver qu’avoir son appareil reproductif à l’intérieur de son corps ne l’amoindrit pas, elle n’en demeure pas moins une pionnière dans l’art de l’assumer tout à fait pour autant. En tant que pionnière, elle déguste, doit essuyer non seulement les remarques misogynes et dégradantes des hommes, mais également l’incompréhension des femmes, leurs remarques et regards désapprobateurs. Elle ne marche pas droit, selon sa génération et les précédentes, tous genres confondus, et n’a de cesse de lutter contre les esprits étriqués, conditionnés, qui cherchent à tout prix à la ramener dans ce qu’ils estiment être « le droit chemin ». Pour certains, ils sont persuadés de le faire dans son intérêt, et se positionnent en sauveurs… Ce qui enrage Serah encore plus que le reste.
Habituée à devoir sans cesse défendre chacun de ses gestes, chacune de ses paroles, engagées, défendre le fait d’avoir une opinion et le droit de l’exprimer, la femme, pourtant jeune, est déjà bien plus endurcie, même pour une fer-née, qu’elle ne devrait l’être. Intellectuellement plus capable que la moyenne, la frustration née de l’absence de profondeur récurrente dans ses conversations au quotidien l’a conduite à se détacher, à réévaluer ce qui a réellement de l’importance et ce qui n’en a pas. Evidemment, étant donné son jeune âge, un rien l’enflamme et elle a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’atteindre le stade de désintérêt qu’elle s’est fixé.

Endurcie mais pas aigrie, il est de notoriété publique, au même titre que son penchant à distribuer les gnons à qui mieux mieux, que c’est une excellente vivante. Elle apprécie l’humour sous toutes ses formes, en particulier le noir et le gras, aime boire, chanter, et se risque même régulièrement à raconter des histoires de marins. Plus vrais que nature, elle n’est pas spécialement bonne oratrice, mais la passion qu’elle met dans ses récits compense largement ses quelques hésitations ici et là. Assortis d’expression faciales et d’intonations comiques, ils ne sont pas toujours tout à fait vrais, parfois allègrement enjolivés, mais ils laissent systématiquement une impression de chaleur à ceux qui les entendent. Evidemment, ce n’est pas quelque chose qui s’invente. Cette façon de narrer, elle l’a apprise en mer, du cambusier, celui-là même avec lequel elle a développé un sens de la répartie cinglant et particulièrement incisif. Lui-même quelque peu diminué physiquement à cause d’une vieille blessure à la jambe a dû à son tour essuyer remarques, moqueries et autres hostilités verbales de la part des siens. Si les raisons de son statut de paria sont différentes de celles de Serah, il n’empêche que son expérience et celle vécue par la jeune femme sont comparables, et c’est tout naturellement qu’un lien de soutient dans l’adversité s’est créé entre eux.

Elevée comme un homme à partir du moment où son père, Darren, a perdu une épouse dont il était profondément épris, elle sait mieux manier les armes que la littérature. Sa féminité s’arrête à un langage relativement châtié en temps normal, au vocabulaire très riche, qui se dégrade et se fleurit de façon exponentielle avec le nombre de verres d’alcool qu’elle consomme. Fière, orgueilleuse, elle honnit s’humilier et estime que tenter de se faire passer pour un homme en versant dans la vulgarité est une humiliation, un manque de respect vis-à-vis d’elle-même. Elle compte forcer la main de ses pairs à l’accepter comme femme capable, comme égale, et non à la voir comme un homme dans un corps de femme. La nuance, bien que pouvant sembler ténue, est capitale pour elle, qui s’estime et s’aime telle quelle, sans complexes (ni narcissisme). A ses yeux, ce n’est pas elle le problème, mais les autres, idée renforcée par l’estime et l’approbation d’un père aimant et complaisant, qu’elle respecte et admire plus que jamais. Sa fille est telle qu’il l’a voulue. Fière, et capable autant mentalement que physiquement de briser le nez du premier qui tentera de la soumettre (à part lui, bien évidemment).

Dénuée de passion pour les belles choses, les belles robes, les beaux bijoux, Serah aime ce qui n’a pas de prix, ce qui ne peut s’acheter, ce qui se conquiert. La liberté, le vent marin, les embruns, la vue du cœur de la mer, l’adrénaline face aux trombes d’eau, le plaisir de la découverte… Malgré son caractère trop affirmé pour une femme, elle est d’une extrême simplicité, très aisée à combler, s’attachant aux détails plus qu’au reste. Un cadeau d’apparence risible mais fait main aura une valeur inestimable à ses yeux, bien plus qu’un cadeau hors de prix, mais dénué d’âme. Quant aux « cadeaux » qu’elle se fait à elle-même lors des raids, ils n’ont pas la moindre valeur. Ce sont des trophées, qu’elle entasse dans la demeure familiale parce que c’est la tradition, mais elle préfère ramener dix sacs de céréales qui permettront aux insulaires de manger un mois ou deux qu’une superbe babiole en or. Elle la vole, la babiole, pour le principe et parce qu’elle peut se revendre contre plus de sacs de céréales, mais… Vraiment, c’est sans intérêt. Pour preuve, quand elle s’est suffisamment vantée à son goût de ses trophées (ce qui arrive très rapidement, la dame se lassant en un clin d’œil et n’étant pas particulièrement vantarde pour commencer), elle en fait des offrandes au Dieu Noyé. Serah est d’une grande piété, et sait se montrer d’une humilité choquante comparée à l’orgueil qu’elle manifeste de temps à autres.
Que pensez-vous du règne d'Aerys II Targaryen ?
Rien. Absolument rien.
Plus que cela, en fait… Il y a des choses dont je me fiche, vous voyez… La reproduction des bigorneaux, le système de défense d’une crevette, pour ne citer que ça… Le règne d’Aerys II Targaryen (s’il vous plaît) doit se situer quelque part à mi-chemin entre les deux. Je n’ai pas la moindre raison de m’y intéresser dans l’absolu, et d’autres choses en tête. La politique est l’affaire des monarques. Suis-je monarque ? Non. Ai-je une chance de le devenir ? Non. Alors pourquoi m’intéresserai-je à quelqu’un qui a aussi peu d’impact sur ma vie ?

Vous savez, ce qui a de l’impact ? La nourriture, par exemple. J’ai, en ce qui me concerne, la chance d’être née parmi les privilégiés des Fer-nés, et peux donc manger à ma fin, mais cette chance s’accompagne de la responsabilité qu’il en soit de même pour tous les fer-nés sous notre responsabilité. Les raids sont grisants, pour des centaines de raisons différentes… Mais leur objectif premier demeure l’ambition de ramener de quoi rendre la vie dans l’archipel agréable, et avant tout… Possible, parce que même en rasant nos arbres pour tenter de donner dans l’agriculture, je doute que l’air marin et l’eau salée nous permette de rendre la pratique viable…

Vous voyez, ça ce sont des préoccupations de Fer-né. Savoir qui pose son séant sur le trône de fer, en sachant qu’en cas de chute du monarque, un autre prendra sa place et sera sensiblement pareil au précédent… Me laisse de marbre. Je commencerai peut-être à m’y intéresser le jour où une femme siégera. Là… C’est possible que je me mette à suivre l’affaire de près… D’ici là, le trône pourrait bien finir au fond de la Néra avec son propriétaire que ça ne me ferait rien…
- Serah

Participerez-vous au Tournoi d'Harrenhal ?
Quand on m’a annoncé qu’il allait y avoir un tournois en grandes pompes pour la fille d’un sinistre Lord dont j’ai perdu le nom, ma première réaction a été d’éclater de rire. Quel genre de père demande à des hommes de combattre pour divertir sa fille ? Et de combattre à cheval et en armure, en plus ! Participera-t-elle, pour avoir sa part d’amusement, au moins ? Et si pas, quel genre de fille peut apprécier de voir des hommes se battre, pas même pour elle mais juste parce que le roi a dit « Nous voulons » ? Cette idée m’a semblé grotesque à tellement de niveaux que j’ai d’abord cru à une plaisanterie. Quand il s’est avéré que non, ce n’en était pas une, j’ai commencé à réfléchir. Il est rapidement devenu péremptoire que Victarion s’y rendrait. Dès lors, la décision d’y aller ou pas s’est imposée d’elle-même. Cette décision, je l’ai d’abord subie je l’avoue, l’idée de quitter Pyk pour un rassemblement de continentaux coincés et hostiles me blasant au plus haut point. Et puis assez vite, le plaisir du voyage et l’excitation de l’inconnu a remplacé le blase. D’ici une poignée d’heures, nous emprunteront l’embouchure de la Néra et poursuivrons notre route en remontant le fleuve, pour terminer à Harrenhal, non pas en conquérants, mais en invités. Cette idée, je l’avoue, m’amuse énormément. Alors, oui, il y a une part de risque… Mais c’est justement ça qui fait le sel de l’expérience. Ces personnes ne nous connaissent pas, et nous ne les connaissons pas, ou que de réputation. Leurs mœurs, leurs personnes… Tout est source de nouveauté pour moi, et je suis impatiente de voir ce que ça va donner, impatiente de leur donner un aperçu de ce à quoi ressemble une véritable fer-née… - Serah


De vous à nous


Je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises
Moi, Serah Greyjoy, certifie sur l'honneur avoir lu le règlement, avoir plus de seize ans et être d'accord pour que tout arrive à mon personnage durant son aventure sur De Cendre et De Fer. Je laisse le choix au propriétaire de ce scénario pour que mon personnage soit mené à mourir ou pas au cours de l'aventure.

Je n’en ai pas.
Je joue, manifestement C’est déjà pas mal Razz





   
Awash with Blood
   


Dernière édition par Serah Greyjoy le Lun 15 Mai - 16:54, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 21:27


L'Histoire

"Peu importe qu'ils m'aiment, pourvu qu'ils me craignent..."



Nous ne semons pas.

 
Citation :
Le vent, brusque, violent, cingle ses joues de fillette. Agressées par lui, elles prennent une teinte légèrement rosées, exhalent une bien frêle chaleur que la fine brume marine, la bruine et les embruns ont tôt fait de balayer. Serah est debout sur le pont d’un navire, maltraité par un temps sévère et capricieux. Plusieurs cheveux d’une pâleur de lune ont trouvé pertinent de s’échapper du lacet de cuir que la fillette a noué pour les retenir… Dans l’indifférence de leur propriétaire, qui ne prête pas la moindre attention à leurs mouvements saccadés, à leurs versatiles allées et venues, tant qu’ils épargnent les deux calots bleu acier dont elle a cruellement besoin, car face à elle se trouve un géant blond à la barbe fournie, montagne de muscles inébranlable, au regard implacable. Dans leurs mains à chacun se trouve un bâton. Darren est confiant, calme et posé, détendu. Il toise de son œil dur la frêle chose qui lui sert de fille, qui lui servira, s’il plaît au Dieu Noyé, de fils, elle et sa posture, jambes légèrement en décalé, bien campée sur ses appuis, genoux sensiblement fléchis et bâton en avant. Elle est totalement concentrée sur lui, satisfait de la voir garder son équilibre sans le moindre effort apparent, malgré la houle du vaisseau. Elle est une fer-née, s’enorgueillit-il.

La leçon est brève. Serah, tellement focalisée sur son adversaire, en a négligé tout le reste de son environnement, ce qui ouvre à l’infini les possibilités de Darren (bien qu’il n’en ait aucunement besoin pour terrasser sa gamine de huit ans). Pourtant, d’un signe discret, le géant blond invite l’un de ses hommes à, pendant que lui-même se charge de la distraire, la prendre à revers. Moins d’une minute après le début des hostilités, elle est à terre, allongée sur le dos, le bout du bâton de son père fiché dans son épaule pour la garder au sol. Mauvaise, elle rue, se débat, obligeant Darren à raffermir sa poigne, rendant la pression du bâton douloureuse. « C’est injuste ! » commence-t-elle à hurler, entre autres protestations. Sans perdre son calme ni relâcher son guerrier en devenir, le cadet des Timbal s’agenouille près de son petit corps de toute jeune fille et la dévisage avec intensité, ce qui contraint cette dernière bien plus que le bâton. « Injuste ? » répète-t-il, avec une intonation délibérément incrédule, pour souligner le caractère absurde de la chose. « Tu attends d’un combat dont une vie dépend de la justesse ? » Vive d’esprit, elle comprend rapidement le point que son père vient de marquer et détourne les yeux de honte, s’emparant du bout du bâton qui meurtrit son épaule pour tenter de l’en libérer, cherchant à échapper au sermon. Se faisant, son regard croise celui de plusieurs membres d’équipage, tous affichant un sourire moqueur, accroissant son sentiment d’humiliation. Observateur et perspicace, Darren le voit, tout comme il voit également l’occasion d’inculquer une autre leçon.

Refusant de rendre sa liberté à la jeune seiche, il appuie plus fort encore et vient s’agenouiller près d’elle pour lui murmurer quelques mots. « Ce n’est une humiliation que si tu décides que c’en est une… L’humilité, c’est de savoir qu’on ne sait rien, c’est accepter ses défaites et s’en servir d’appuis pour aller de l’avant… Si tu te sens humiliée, c’est que tu as déjà l’orgueil de penser que tu sais déjà tout. Et je ne le tolérerai pas… » Les bulles d’acier de la gamine suivent la silhouette de son père, qui se redresse et finit, enfin, par la libérer de la pression de son arme. Pourtant, elle ne se relève pas tout de suite, ayant besoin de plusieurs longues secondes pour ingérer, digérer et comprendre le message que son père a tenté de lui faire passer…

Quand c’est le cas, les traits de son visage, jusqu’alors crispés de colère, se détendent visiblement, pour adopter une expression de pure détermination, qu’elle lève aussi bravement que possible en guise de bouclier aux membres d’équipage, qui la fixent toujours de leurs regards et sourires moqueurs, tandis qu’elle se relève. Ceci fait, sans rien dire, elle se remet en position, prête pour un nouvel échange. Darren s’autorise une moue appréciatrice. Il parviendra à en faire quelque chose, il en est certain. « Que ça te serve de leçon… » car là était le premier point… « Même si un adversaire te fait face, ne néglige pas le reste. Tu peux gagner trois cents combats, tu ne peux en perdre qu’un, et la négligence est pour beaucoup responsable dans les défaites… Au même titre que l’orgueil. » Ceci dit, l’entraînement repris.

~


Citation :
Elle veut son regard fier, et dur comme un roc. Le dos chargé d’un large sac en toile de jute, où une partie du larcin du raid dont elle vient de rentrer cliquète joyeusement au gré des mouvements rythmés par son pas assuré, elle peut. Entourée du reste des hommes ayant participé au pillage, son père en tête, c’est un sourire de conquérante aux lippes qu’elle traverse le hall de la demeure de Lord Timbal. Dans son sac, de l’argenterie de plus ou moins bonne qualité, des candélabres ou porte-encens récupérés dans les septuaires, quelques bijoux et pièces de monnaie… Rien qui ne se refonde pour en faire autre chose. D’autres à son côté portent des caisses autant que des sacs, de céréales, de viande séchée, de légumineuses, de vins et autres denrées. Des prises très diverses pour un raid rentable. La branche cadette de la famille Timbal a de quoi fêter son retour, ce qui est l’ambition de Darren, sitôt le versement d’une faible partie de son butin à son frère effectué. A la suite de quoi, il le sait, ils iront tous festoyer.

Ce n’est pas le premier raid de Serah. A bientôt vingt-et-un ans, elle peut se vanter d’avoir déjà participé à de nombreux raids, et tué son premier homme, donc théoriquement être devenue un homme, il y a déjà longtemps. De ce fait, cette partie du retour ne l’impressionne plus autant que la première fois, même si le sentiment de fierté demeure, quant à lui, intact. Cette fierté, elle la mérite, selon elle, car pour la gagner, elle a dû travailler d’arrache-pied, bien plus que n’importe quel homme n’a jamais dû le faire, pour la simple raison qu’elle est une femme. C’est au prix de son sang et de sa sueur, mais surtout pas de ses larmes, qu’elle a conquis le respect des hommes de son père et l’assurance qui est la sienne aujourd’hui. Telle un roc, elle est inébranlable. Telle une forteresse construite pour un python rocheux, elle est imprenable.

Le pas décidé, la tête droite le nez haut, son regard, jusqu’alors fixé sur le dos de son père qui la précède, dévie, attiré par la présence de deux silhouettes massives là où elle ne s’attendait pas à en voir. En effet, près de la porte menant à la halle de la demeure ancestrale des Timbal se tiennent deux hommes à l’imposante carrure, et pas des moindres : son cousin, Denys, et nul autre que le prince Victarion. Sur le visage de ce dernier, Serah ne rate rien de l’étonnement qu’il peine à dissimuler. Sa réaction est tout à fait commune, mais c’est plus fort qu’elle, elle se braque. Ses traits propres traits, jusqu’alors gais, se ferment comme une huître pour se masquer d’une expression d’extrême hauteur, son regard se détournant de lui comme s’il n’était rien.

A son grand dam, à la vue du groupe, les deux héritiers se mettent en marche et viennent à leur rencontre. La poigne qu’ils échangent avec Darren est chaleureuse. Denys, au courant depuis plus longtemps des excentricités de son oncle (excentricités tolérées, et non encouragées, parce qu’il est le frère de Lord Timbal, que tous sont au courant de pourquoi Serah est son unique enfant, et qu’il n’impose à personne d’autre de la prendre dans son équipage) demeure égal à lui-même face à son oncle et sa cousine. Victarion, pour sa part, dévisage la jeune femme avec un dédain qu’il ne cherche même plus à masquer. « Vous manquez d’hommes… » commence-t-il, son regard pâle allant de Darren à sa fille, « … pour avoir besoin d’emmener vos femmes en mer ? » Darren ouvre la bouche pour répondre, mais Serah est plus rapide. « Si c’est le besoin qui pousse les hommes, c’est probablement celui de discernement qui vous pousse à côtoyer Denys. » Comme une cascade d’eau froide, la nuée d’yeux masculins tombe sur elle, accusateurs, à l’exception des billes azurées de son géniteur, qui peine à masquer son amusement. Serah, pour sa part, ne lâche rien. Victarion a beau la dépasser de plusieurs têtes, la dominer de toute sa taille, le poids de ses larcins forçant ses épaules à s’affaisser n’arrangeant rien, elle maintient fermement son regard, dur, refusant de céder, refusant de le baisser.

Un silence pesant s’installe, enveloppant les deux jeunes gens d’un cocon de tension, qui s’étend suffisamment pour mettre le reste des personnes en présence. Ce moment, relativement intense, est interrompu par son cousin, qui, après s’être éclairci la gorge, invite le groupe de marins à entrer dans la halle, afin de présenter leur butin à son père. La troupe se remettant en marche, Serah met ensuite un point d’honneur à nier l’existence de ce prince, qui a commis l’impair de la vexer. Ce n’est pas le premier, ce ne sera certainement pas le dernier, mais elle ne supporte pas les remarques teintées de misogynie et n’aura de cesse de les combattre, plus ou moins subtilement. Son cas est unique, ou peu s’en faut, chez les fer-nés, et que ce ne soit plus le cas est un combat quotidien où gagner du terrain est tellement difficile que prendre le temps de souffler est suffisant pour reculer… La jeune femme de l’admet pas, ne le tolère pas, qu’on soit prince ou qu’on ne le soit pas.

~


Citation :
Si on lui avait prédit six mois plus tôt qu’elle se retrouverait les pieds dans la mer glacée, les vagues attaquant ses mollets ainsi que ceux de Victarion Greyjoy, lui faisant face, elle aurait ri à gorge déployée. Pourtant la voilà. Indomptable, le vent charrie les embruns, fouette son visage et invite ses cheveux vaguement coiffés à en faire de même. Sa robe est d’une extrême simplicité. En tissu blanc rappelant celui des voiles d’un navire, sa coupe est sobre et minimaliste. Sans manches, le col est coupé en V, laissé à nu, déchiré. Un simple boot de corde tient lieu de ceinture, ceignant sa taille fine et laissant deviner, l’eau marine ajoutant son grain de sel et créant un léger effet de transparence, une poitrine ferme et jeune aux mamelons que le froid fait saillir.

Dans les mains de Victarion, celles de Serah, deux fois plus petites. Elle n’a aucun mal à imaginer, pendant la litanie de l’Homme-Noyé, ces doigts massifs se serrer autour de sa gorge et la lui rompre net… Un frisson nait au creux de ses reins et se met à courir le long de son échine. Il est muet, ses iris, aussi gris que le temps, ne la quittent pas, ne s’aventurent jamais au-delà de son visage. Serah ignore s’il est d’avantage indifférent que résigné, se demande si elle ne préférerait pas un regard amer ou courroucé, qui lui indiquerait de façon claire à quoi elle peut s’attendre. L’incertitude l’angoisse, et ce, bien plus qu’elle ne veut l’avouer…

« Laisse Victarion Greyjoy et Serah Timbal, tes servants, renaître de la mer comme tu l’as été. Bénis-les par le sel, bénis-les par la pierre, bénis-les par le fer. Ecoutez les vagues, écoutez-Le. Il nous parle, et nous dit que Victarion Greyjoy ne devait avoir d’autre femme que Serah Timbal. Laissez la mer se lever, les vagues emporter vos folles vanités… » Se tournant vers Victarion, le prêtre du Dieu- Noyé lui oint le front d’eau salé, et déleste ses mains de l’une de celles de Serah. Entourée des deux hommes, la jeune femme est conduite de plusieurs pas vers la mer, jusqu’à ce que son niveau atteigne sa taille. Arrivés là, Victarion, sans lâcher sa main, demeure immobile à son côté, tandis que le prêtre pose la sienne à la naissance de son cou… Et appuie, la contraignant à s’immerger tout à fait. « Laisse l’ancienne Serah Timbal se noyer, et renaître en Serah Greyjoy. Ce qui est mort ne saurait mourir, mais renaît, plus résistant, et plus fort. Ce qui est mort ne saurait mourir ! » Le prêtre redresse Serah, l’extirpant des flots, laissant le vent porter jusqu’à leurs oreilles l’écho de sa prière, l’assemblée réunie pour l’union, scander « Ce qui est mort ne saurait mourir ! ».

« Ce qui est mort ne saurait mourir… » répète encore une fois la jeune mariée, luttant de toutes ses forces pour ne pas claquer des dents. Le prêtre la lâche, et sa main retombe mollement le long de son corps. Ses calots bleu acier trouvent ceux de son père, à une trentaine de mètres. Ils sont insondables. Pour la première fois de sa vie, elle ne parvient pas à le lire. Elle sait parfaitement que son mariage est politique, qu’on ne refuse pas à son souverain l’honneur qu’il nous fait quand il propose de marier l’un de ses fils à notre fille, mais elle aurait aimé savoir si cette perspective l’a enchanté… En place et lieu, depuis l’annonce, elle n’a eu droit qu’à une distance relativement froide. Il ne sourit pas. Elle non plus. Déglutissant avec peine, elle jette un œil cette fois vers Victarion, comme si elle le voyait pour la première fois. Il est séduisant, dire le contraire serait mentir… Mais seront-ils capables de s’entendre ? Elle serre les dents. Que ça soit le cas ou non, qu’ils l’aient voulu ou pas, ils sont à présent mari et femme au regard du Dieu-Noyé, ce qui, pour Serah, dépasse de loin toutes ses considérations personnelles… Advienne que pourra, What is dead may never die, bit rises again, harder and stronger.





   
Awash with Blood
   


Dernière édition par Serah Greyjoy le Lun 15 Mai - 16:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
♒︎ La Sirène Bleue♒︎ La Sirène Bleue
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : La Sirène Bleue, Sisi, Siggy, Sig
Corbeaux : 146
Avatar : Katheryn Winnick
Date d'inscription : 19/04/2017
Localisation : Harrenhal

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 21:30

Cousine de mon monsieur et femme de mon cousin

Bienvenue parmi nouuuuus


the little mermaid ♒︎ Feeling used and abused, but i still love you baby.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
avatar
The Bright Emerald
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 422
Avatar : Jodie Comer
Date d'inscription : 23/04/2017

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 21:43

Cette badass Cool

Bienvenue en nos contrées


More than just beautiful curves
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Du sel sur les plaiesDu sel sur les plaies
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Vic, prince de sel, démon marin, fils du kraken.
Corbeaux : 442
Avatar : Jordan Patrick Smith.
Date d'inscription : 01/04/2017
Localisation : Harrenhal pour le tournoi.

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 21:54

MA FEMME
MA DAME DE FER
MA MIENNE. I love you

Merci de tenter le rôle, n'hésites pas à m'harceler !
Bienvenue !


We are ironborn. We're not subjects. We're not slaves. We do not plow the field or toil in the mine. We take what is ours. — We do not sow   
what is dead may never die
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 22:03

Merciiiiii les filles

J'espère que t'es accroché à ton dentier Victarion, parce que du sang, tu vas en avoir! :V
Si tant est que ce que je vais faire de Serah puisse te plaire, bien évidemment



   
Awash with Blood
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'étoile RieuseL'étoile Rieuse
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 110
Avatar : Katie McGrath
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 22:05

Oh la jolie choupette

Super choix de scénario Soit la bienvenue parmi nous et si tu as besoin de quoi que ce soit, ou si tu as des questions n'hésite pas a me contacter (moi/Melhavak/Rhaegar)


A maid with laughing purple eyes
When the night has come That I've lost my way around You're my light against the darkness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 22:08

Katie

Merci beaucoup Ashara, je prends note!



   
Awash with Blood
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Serpent's WhoreThe Serpent's Whore
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Bâtarde, essentiellement. Pute, catin, elle doit connaître toutes les variantes de ce terme. Dans un but plus affectif elle voit passer beauté, chérie ... Les gens ne manquent pas d'imagination à son sujet !
Corbeaux : 173
Avatar : Sibylla Deen
Date d'inscription : 10/04/2017
Localisation : Harrenhal

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Jeu 11 Mai - 22:51

Bienvenuuuuuuue pls tue moi pas même si je fais bander ton n'époux, j'te preterais Oberyn en réparation


Oberyn & Ellaria
the sun prince and his sunset whore
Revenir en haut Aller en bas
avatar
The Mad King
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : Le Fol
Corbeaux : 146
Avatar : Jason Isaacs.
Date d'inscription : 06/04/2017
Localisation : Dans la demeure des Rois, le Donjon Rouge.

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 6:19

Une sauvage!

Qu'on la brule!

Bienvenue par ici toi et bon courage pour ta fiche!


The Mad King

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 7:08

Prêtes-le moi d'abord pour pas que j'vous vois et t'auras le clitoris sauf!
Merci Ella

Un roi fou!
Qu'on le backstab!
Arrow

Merci beaucoup n_n



   
Awash with Blood
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 7:22

Bienvenue sur le fofo ^^
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Little Cat
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 116
Avatar : Sophie Turner
Date d'inscription : 01/04/2017
Localisation : Harrenhal

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 9:39

Cet avatar
Bienvenue par ici **
Très bon choix de perso !
Courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Fer Née
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 106
Avatar : Gaïa Weiss
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Harrenhal, le temps du tournois

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 11:48

Merci Davos n_n

Merci Cat'



   
Awash with Blood
   
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée) Ven 12 Mai - 15:06

Ce choix de scénario, cet avatar.

Bienvenue sur le forum, en espérant que tu te plaises parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée)

Revenir en haut Aller en bas

Serah Greyjoy - De fer nous sommes (Terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Nous sommes tous des enfants, il n'y a que le prix des jouets qui change
» Tout nous sépare et pourtant, nous sommes si proche. [PV] TERMINE
» Nous sommes complet pour le tirage
» Nous sommes tous devenus des fous au service de Dieu ♛ Calixte [VALIDEE]
» Nous sommes sept...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: wanted :: When you play to the game of thrones... :: You win :: Îles de Fer-