RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Conflans et le Val.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.

Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
et Doran Martell sont très attendus.
Venez nombreux participer à l'animation What If et au Souk.
Le nouveau système de vote aux top-sites a été mis en place.
La série reprend le 16/07 (ou 17/07 selon votre point de vue).
Merci d'éviter tout spoiler sur la chatbox et favorisez le flood crée pour ça, à la place.
Les inscriptions pour les joutes sont désormais closes.
Les spectateurs eux peuvent encore s'inscrire.

Partagez|

Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
L'astre du ValL'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 174
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Mer 7 Juin - 21:25


Éloignons-nous de l'agitation

Talia & Daryn



J’entrevoyais encore la dernière joute et le bruit de la chute d’un chevalier du Val. Je n’arrivais pas à reprendre mon souffle et je sentais mon cœur palpitait sous ma paume mise en travers de ma cage thoracique. J’aurais dû prétexter une maladie pour éviter ce cauchemar. Les joutes étaient montées en crescendo en termes de violence, comme lors de cette fameuse attaque… Tout était si calme avant les cris barbares retentissant dans la vallée et annonçant le pire. Je n’avais nullement besoin de fermer les yeux pour entrevoir leur allure et leur bruit bestial. Aucune humanité ne semblait émaner de leur corps, seule la violence mouvait leurs bras et leurs jambes. Aucune once de pitié n’avait traversé cet homme lorsqu’il avait tranché la tête d’un marchand itinérant. Seule la vue du sang avait semble-t-il satisfait leur appétit. Je secouais légèrement la tête pour sortir de ce mauvais souvenir, sentant mes mains tremblaient comme des feuilles. Je devais cesser de me tourmenter de cette manière et essayer d’aller de l’avant. Pourtant, il suffisait d’un objet, d’une attitude ou d’une personne pour que ces souvenirs refassent surface.

Je m’épongeais légèrement mon front avec mon mouchoir de poche avant de prêter à nouveau attention à mon environnement. J’avais quelque peu perdu la notion du temps et la voix du héraut m’annonça que les joutes avaient repris. J’allais me précipiter vers les tribunes, ayant en tête l’image de mon père mécontent de mon absence. J’imaginais déjà sa remontrance, me rappelant que c’était un honneur d’être présent auprès de la maison Arryn et que je ne devais aucunement décevoir mon oncle. Mais à quoi bon y retourner si c’est pour me donner en spectacle ? Je n’avais plus la force d’entendre un nouveau le hurlement d’un homme sous la douleur ou encore le bruit de l’impact. Je soupirais, tout en restant planter au milieu du chemin, sans savoir réellement où aller, étant donné que le cœur de l’activité était au niveau de la lice. Je me perdais dans la contemplation d’un blason, celui de la maison Whent, représentant neuf chauves-souris sur un champ jaune. Une maison récente, autrefois chevalier, ayant pris de l’importance suite à la folie ayant habité l’ancienne propriétaire de Harrenhal. Cette simple histoire rappelait que le vent pouvait tourner et être soit favorable, soit défavorable. Peut-être qu’un jour, Chênes-en-fer n’appartiendrait plus à la maison Vanbois et qu’une autre maison en prendrait la place. Cette idée était loin d’être rassurante, mais il était impossible d’entrevoir l’avenir et seule les prières pouvaient le rendre plus propice.

Je détachais mon regard pour le reporter vers les différents stands entourant les tribunes et offrant aux visiteurs mille et une saveur. Il n’y avait pas qu’à manger, certains marchands disposaient de bibelots venant de tout Westeros ou même d’Essos. Je me mis à parcourir les étales, touchant quelques fois les tissus pour en connaître la douceur ou même la rugosité. Mais mon attention se porta rapidement sur une étale bien particulière exposant des merveilles de la nature à mes yeux. Mon regard brillait comme jamais, comme si je retrouvais mon enfance face aux différentes poupées que je possédais. Seulement ici, il ne s’agissait en rien de jouets enfantins, mais bel et bien d’instrument s’éveillant sous une légère pression et libérant une symphonie unique. Je regardais à droite et à gauche, mais je ne vis aucunement le vendeur en question et je ne pus me résoudre de ne pas tâter un peu la bête. Je pris entre mes doigts, un instrument inconnu dans mon répertoire : une harpe. Mes doigts tremblaient d’excitation de manipuler un tel objet. Ainsi, doucement, je pinçais légèrement les cordes pour qu’une note diffuse dans l’air. Je reproduisis plusieurs fois le même geste pour en connaître tous les sons et les identifier dans une catégorie de sons aigus ou de sons graves. Je fus surprise de constater une légère ressemblance entre la harpe et le psaltérion même si la gestuelle et la posture restaient différentes. Prenant un peu plus mes aises, je me mis à jouer un bout de musique.

Or, au moment de reposer l’instrument, j’entendis des applaudissements. Ce simple bruit me fit avoir un long frisson le long de ma colonne vertébrale, ne m’attendant nullement à avoir un quelconque spectateur. Je me retournais vivement, en sentant une légère chaleur au niveau de mes joues. Puis, lorsque mes yeux se posèrent sur l’inconnu spectateur, je ne pus m’empêcher d’avoir un petit rire de crécelle. « Quelle surprise, je croyais être la seule à m’être désintéressée des joutes. » Je m’approchais du valois qui ne m’était aucunement inconnu, tout en m’exprimant d’une voix enjouée. « C’est un plaisir de vous revoir, Daryn. » Je ne pus m’empêcher de sourire comme une idiote, ayant en mémoire ses visites durant ma convalescence. C’était grâce à lui que j’avais pu étendre mes connaissances et m’intéresser à autres choses que la musique. A chacune de ses visites, il m’avait prêté de nouveaux livres que j’avais dévoré, étant donné que j’étais beaucoup trop faible pour effectuer le moindre effort. A cette époque, j’avais perdu beaucoup de poids, affolant même mes parents, étant donné que mon visage s’était légèrement creusé. Depuis, j’avais repris du poil de la bête et j’avais retrouvé une bonne partie de mon ancienne masse corporelle. « Comment se porte Neufcastel ? » Le hameau de Daryn était à une petite distance de Chênes-en-fer et pourtant, cela ne l’avait pas empêché de faire toute cette route pour me voir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le rêveurLe rêveur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 34
Avatar : Joshua Sasse
Date d'inscription : 27/05/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Sam 10 Juin - 22:40

Je plisse les yeux lorsque le chevalier du Val tomba a terre, me tenant le front montrant toute ma déception. Pourquoi me direz-vous ? Je viens juste de perdre mon pari avec mon frère Kyle qui adressa un sourire victorieux. J'avais parié que le chevalier du Val allez gagner cette joute et vous l'aurez compris Kyle avait parié sur l'autre chevalier. Généralement on fait souvent ça avec mes frères lors de ses tournois, histoire de pimenter un peu la journée et la rendre d'autant plus intéressante. Avec mes frères nous partageons la même passion pour les joutes, c'est a dire aucune, nous ne sommes pas du genre à apprécier ce genre de spectacle et pourtant nous sommes là, par obligation, car il faut se montrer et optionnellement nous trouver des femmes, c'est père qui nous l'a dit. Notre maison est connu dans le Val, mais pour ce qui est dans Westeros c'est une autre histoire, la raison pour laquelle mon père veut marier ses fils avec des filles de seigneurs venant de maison beaucoup plus prestigieuse, jamais évident. J'ai eu quelques prétendante, que j'ai refusé, heureusement mon père a accepter mes choix, je suis peut être trop difficile ? Ou trop rêveur ? Peut être bien mais je ne veux pas d'une femme inintéressante. Bref, après ce combat, ce fut le temps de la pause, mes deux frères restèrent a leurs place tandis que moi je me décide à ma dégourdir les jambes et pourquoi pas rencontrer du monde.

Je parcours donc les différents stand, goûtant quand je le peux certains produits venant de contrées lointaine, du moins au delà des Conflans, là ou je ne suis encore jamais allez. C'était très enrichissant, je me permet même de parler avec quelques personnes, apprendre à connaitre certaines personnes, leurs coutumes, j'aime toujours en apprendre un peu plus sur les coutumes des autres. Alors que j’étais perdu dans mes pensées, admirant le stand d'un habitant de Dorne, lorsque le héraut annonça le retour des joutes. Je soupira, il fallait donc y retourner, mais l'envie d'y était pas... Et si ? Non j'oserais pas quand même ? Et pourtant, je décide de ne pas y retourner, je préfère m'aérer l'esprit et me balader ici, en plus il y aura beaucoup moins de monde et ça sera d'autant plus agréable. Je continu donc ma petite balade parmi les stand, marchant longuement, discutant avec des habitants encore. Puis j'entendis de la musique qui attira mon attention, cherchant d'ou venait la source, je vagabonde parmi les stand jusqu’à la trouver. Et il se trouve que je connais cette personne, Talia Vanbois, une valoise que j’appréciai beaucoup, cela faisait longtemps que je ne l'avais pas vu. J'adresse un sourire amusé avant d'applaudir la jeune femme pour sa représentation. Comment attendu elle ria, c'était le but, elle était très contente de me voir et c'était réciproque.

" C'est un plaisir partagé Talia." Je répond tout en faisant une révérence. Je remarque tout de suite que la jeune femme a meilleure mine que la dernière fois ou je l'avais vu, suite a son attaque, la revoilà devenue une belle femme. "Permettez moi de vous dire que vous êtes ravissante, ça me fait plaisir de vous voir ainsi, si pleine de vie." Après ça, elle me demanda des nouvelles de Neufcastel, le fief des Hersy, j'adressa un sourire amusé avant de répondre. "Tout va bien du côté de Neufcastel, mon frère Thane va bientôt se marier, ce qui ravi mon père. Et vous très chers ? Comment vous portez vous ? Et votre père ?"

Le mariage de mon frère aîné est très attendu par mon père, enfin l'un de ses fils va se marier et en plus de ça il s'agit de l'aîné et donc l'héritier. Depuis que mon frère l'a annoncé, père me prend beaucoup moins la tête avec cette histoire de mariage, même si malgré tout il reste fidèle à lui même et ne manque pas de me rappeler quand il le faut, la dernière en date étant juste avant mon départ pour Harrenhal, alors que j'étais sur mon cheval prêt à partir, mon père ne c'est pas fait prier pour me dire que la principale raison de ma présence à ce tournoi était de me trouver une femme.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'astre du ValL'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 174
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Dim 30 Juil - 23:10


Éloignons-nous de l'agitation

Talia & Daryn



Ces retrouvailles me rappelaient à quel point du temps s’était écoulé depuis notre dernière rencontre. J’avais su au final surmonter cette épreuve, en grandir certainement et mettre de côté cette peur farouche, même si je ne pouvais l’oublier au final. Je l’avais constaté aujourd’hui, cette attaque m’avait marqué au fer-blanc et je porterais à jamais cette marque sur ma peau. C’était ainsi, je ne pouvais l’effacer et le seul moyen résidait en la brandissant tel un drapeau. Je le devais, il m’était impossible d’esquiver à jamais les tournois, étant donné qu’il était commun d’en organiser pour un mariage ou un anniversaire. Je devais être une digne représentante de la maison Vanbois et durant ce séjour, de la maison Arryn. Je voulais rendre fier mon père, lui montrer à quel point, il devait cesser de douter de moi et arrêter de mentionner un avenir de septa ou je ne sais quoi d’autres. Même si je redoutais le mariage par-dessus tout, je ne pouvais défier mon père, mon âge était plus qu’avancer et il devenait inconvenant que je reste sans mari. Les nobles commenceraient à douter de ma pureté et je m’imaginais mal subir un tel examen de la part d’un mestre. J’étais des plus pudiques et j’avais encore du mal à accepter mon corps après l’attaque.

J’étais heureuse de revoir Daryn, je le considérais comme un ami et il avait tant fait durant ma convalescence qu’il avait tout mon respect. Peut-être que lui, ça ne représentait pas grand-chose, mais pour ma part, si. Je n’avais pas eu de nombreuses visites et les siennes avaient énormément joué dans mon rétablissement. C’était grâce à lui et à ses livres que j’avais recommencé à manger correctement et à cesser de me priver. Je souris en entendant que c’était plaisir partagé de me revoir et je rougis légèrement en le voyant faire une révérence. C’était bien trop d’honneur et c’était plutôt à moi de lui rendre. Il me complimenta sur mon physique ce qui indiquait clairement que je ne ressemblais plus à cet être malade. « Vous l’êtes tout autant mon cher et c’est en partie grâce à vous que j’ai réussi à surmonter cette épreuve. » J’étais bien curieuse d’entendre les nouvelles du fief de Daryn, il faisait longtemps que je ne l’avais pas entendu mentionner son père lui trouver une nouvelle prétendante. Il semblait que la maison Hersy fût pleine de bonnes nouvelles et j’étais contente pour lui et sa famille qu’il y ait un mariage de prévu. « Vous féliciterez votre frère de ma part, je suis ravie qu’il ait trouvé chaussure à son pied. » Je fis un petit sourire malicieux tout en chuchotant ces quelques paroles. « Votre père doit désormais être moins pressant concernant votre propre mariage, non ? » J’émis un petit rire, tout en reprenant un peu de contenance et en posant ma main sur son bras. Je m’adressais à lui d’une voix agréable. « C’était trop tentant de le dire ! De mon côté, les jours commencent à être meilleur et mon propre père souhaite me trouver un époux au plus vite. J’espère que son choix ne se fera pas hâtivement. Je crains le pire avec lui et j’aimerais avoir un minimum d’intérêt mutuel avec mon futur époux. Sinon, il est en pleine forme même s’il aimerait avoir un garçon pour entendre autre chose que l’achat de nouvelles robes. » Même si mon père ne le disait pas ouvertement, je le voyais bien qu’il était rongé de ne pas avoir pu avoir d’enfant mâle pour lui apprendre le maniement des armes ou encore les stratégies de guerre. Peut-être qu’au final, il avait su combler ce vide avec la naissance de son petit-fils.

Je pris le bras de Daryn, pour l’indiquer que je souhaitais marcher le long des stands et découvrir d’autres mystères. « Alors, qu’avez-vous pu voir de particulier parmi toutes ces marchandises ? Je suis sûre que vous pouvez me surprendre ! » Après tout, il m’avait supporté un certain temps et j’osais espérer qu’il avait appris à me connaître un minimum. Puis, il avait fait naître d’autres intérêt que la musique et les livres en tout genre en faisaient désormais partis.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le rêveurLe rêveur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 34
Avatar : Joshua Sasse
Date d'inscription : 27/05/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Mar 1 Aoû - 18:21

Talia m’avoua que c’est en partie grâce à moi si elle a pu surmonter cette épreuve et qu’elle a reprit goût à la vie. Cette nouvelle me ravi au plus haut point, ça faisait toujours plaisir a entendre bien entendu. C’était bien entendu le but de la manœuvre, prendre soin de Talia Vanbois, j’ai toujours été ainsi, la famille Hersy a toujours était ainsi, prendre soin de ses amis, de ses alliés, une maison fidèle et dévoué aux Arryn. J’ai fais parti de l’expédition qui a poursuivis les barbares qui ont attaqué le convois des Vanbois en compagnie d’Elbert Arryn l’héritier, la maison Hersy était la première maison a se porter volontaire pour prêter main forte dans cette manœuvre périlleuse. J’étais fier d’avoir pu aider les Arryn et mon père était content de voir que son fils prenait se genre d'initiative, lui qui était tellement exaspéré par mon comportement par moment. Exaspéré est peut être un mot fort, mais il me voit comme un rêveur, utopiste, j’estime que j’ai des idées peut être un peu trop en avance sur leurs temps, ou alors il a peut être raison, peut être suis-je trop rêveur ? En partie pour ça que j’estime que je n suis pas apte a pouvoir reprendre la maison Hersy si jamais mon frère venait à décéder, ce que je n’espère pas.

- Vous m’en voyez honoré. Je sors ça tout en baissant la tête. Je suis ravi d’avoir été l’un des artisans de votre rétablissement, vous voir si mal en point à l’époque me faisait grande peine. Mais voir un si rayonnant sourire aujourd’hui est la plus belle des satisfactions. Charmeur moi ? Je suis un Hersy la question ne se pose pas.

Après ça, elle me demanda de féliciter mon frère pour son mariage a venir. Ce que je ferai bien entendu. Thane allait enfin être marié pour le plus grand bonheur de mon père, une maison prestigieuse en plus, et très riche, la maison en sortira grandit et c’est tant mieux. Maintenant que le cas de Thane était réglé, il allait être encore plus oppressant avec moi pour mon mariage et me trouver une lady de haute condition, il voulait le mieux pour ses fils. Talia me chuchota d’ailleur au sujet de mon père et son obsession a vouloir marier ses fils, elle demanda si il sera moins enclin a me mettre la pression pour me trouver une lady, ce a quoi j’adresse un sourire amusé avant de répondre :

- Haha.. Si seulement c’était le cas, je crains qu’au contraire, dans sa folie des mariages il ne veuille enchaîner sur le mariage de son second fils. Fort heureusement les préparatifs du mariage de Thane vont me laisser quelques jours de calme. Je dis ça avec un sourire aux lèvres.

Talia s’exprima ensuite sur son propre cas, il était question de mariage aussi, il est vrai que Talia arrivait a un âge relativement avancé et certains seigneurs peuvent être rebuté vis-à-vis de ça, a cause de la pureté et autres. Mais je ne doutais nullement qu’un seigneur tombe sous le charme de lady Vanbois, elle était d’une exceptionnelle beauté, quiconque aura la chance de se marier avec une pareille lady s’en verra combler a coup sûr. Comme moi elle craignait le choix de son père, être une femme à Westeros , c’était vraiment pas évident, je n’ose imaginer le genre de traitement que certains hommes pouvaient leur faire. Bref, elle finit par conclure que son père avait la grande forme, affirmant aussi que son père aurait préféré avoir un garçon, j’adresse un sourire amusé aux propos de la jeune Vanbois.

- C’est tout le mal que je vous souhaite Lady Vanbois, de trouver un seigneur bon et humble et qui saura vous chérir autant que vous le méritez. Il est vrai qu’il est plus agréable d’avoir un ou une partenaire avec qui on peut converser, avoir une attirances… C’est ce que je m’efforce de dire à père, il comprend mes paroles, l’une des raisons pour laquelle je ne suis pas encore marié à ce jour. J’ai la chance de ne pas avoir la pression de l’héritage sur les épaules comme mon grand frère. Je regarde au loin. Tant mieux si votre père se porte à merveille, ça fait plaisir à entendre. Je lui adresse un sourire charmeur avant d’enchaîner. Je peux comprendre votre père, le mien ne cesse de se vanter auprès des autres maisons car il n’a eu que des fils, un brin ridicule si vous voulez mon avis. Dis-je en lui chuchotant à l’oreille.

Après ça, la jeune Vanbois me prit par le bras, comme pour me dire qu’elle avait envie de marcher. C’est donc avec plaisir que je l’accompagne, sa présence était nettement plus agréable que les joutes se déroulant un peu plus loin. Elle me demanda des nouvelles, ce que j’ai bien pu voir d’intéressant parmi les stands présent aujourd’hui. Il est vrai que j’en ai vu des choses intéressante ici. Voir de nouvelles cultures est toujours très enrichissant, ça me change du Val ou du Nord, que j'apprécie mais qui est devenu quelques choses d’habituel pour moi désormais, j’aime les nouvelles choses.

- J’ai vu pleins de choses fort intéressantes… beaucoup plus que les joutes, à croire que le véritable spectacle se passe ici devant tout se mélange de culture, j’ai eu l’occasion de converser avec certains habitants de Dornes, c’était un échange très enrichissant, ce qui me conforte dans mon envie d’aller faire un petit périple dans leur contrée lointaine… Enfin lointaine tout est relatif, je ne suis jamais allez plus au sud que le Conflans. Sinon j’ai goûté des choses remarquables et d’autres un peu moins… Ca fait toujours du bien de découvrir de nouvelles culture autre que part les livres. Et vous très chère ? Comment se passe votre séjour ici ? Et vos visites des stands ? Je vois que vous êtes toujours aussi doué avec un instrument dans les mains.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'astre du ValL'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 174
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Jeu 3 Aoû - 0:37


Éloignons-nous de l'agitation

Talia & Daryn



Passer du temps avec Daryn était nettement mieux que de devoir supporter la vue des joutes et le sang versé pour quelques dragons d’or. Ses visites avaient toujours eu le don d’effacer quelque peu ce douloureux souvenir. Par le biais des livres, il me transportait dans d’autres univers et j’avais cette impression que ce savoir pourrait se révéler utile à un moment ou un autre. Il m’avait permis d’ouvrir un peu plus les yeux et d’entrevoir autres choses que de simples paysages. Puis, il était loin d’être de mauvaises compagnies, j’aimais sa manière de s’exprimer et il est vrai qu’il avait toujours un mot gentil à mon encontre. Je ne savais pas si je le méritais toujours, mais un compliment quel qu’il soit, était toujours le bienvenu et mettait du baume au cœur. Il s’était montré plus que fidèle durant cette période et j’espérais un jour pouvoir lui rendre l’appareil. Même si en tant que femme, mon pouvoir était plus que limiter, je voulais avoir cette chance de lui apporter autant de choses, un jour ou l’autre. Je souris en entendant ses paroles. J’appréciais qu’il se soit inquiété pour moi et qu’il puisse admirer l’œuvre de ses bonnes actions. Mes joues s’embrassèrent un peu, étant donné qu’il complimentait mon rayonnant sourire. Sa présence me rassurait et je n’étais pas mécontente au final d’avoir croisé quelqu’un sur ma route, suite à cette vue effroyable lors des joutes. J’avais senti mon cœur palpité à nouveau et cette sensation ne plus pouvoir respirer normalement. J’avais paniqué et malheureusement pour moi, il ne s’agissait que du premier jour. Le pire dans l’histoire s’était que j’étais dans les tribunes des maisons suzeraines et que je ne pouvais me permettre d’afficher certaines expressions de faiblesse. Il m’était impossible de détourner les yeux ou pire me les cacher à l’aide de la paume de ma main. Je devais avoir le regard posé sur chacune des joutes et faire semblant d’apprécier cette violence inutile. Tout ça pour quoi, pour que père puisse profiter d’une alliance favorable avec une maison plus ou moins connue. Il avait déjà eu son beau mariage avec ma sœur aînée et Denys Arryn.

Enfin, une part de moi était rassurée que Daryn souffre du même problème : le mariage. Je ne pus m’empêcher d’avoir un sourire amusé en retour avec ces propos : dans sa folie des mariages. Devais-je craindre la même chose ? J’espérais que ce mal n’était pas contagieux. J’imaginais avec amusement si nos pères venaient à se rencontrer. Peut-être que je devrais avertir Daryn sur cette supposée rencontre, il finirait à coup sûr marié soit à moi, soit à une de mes sœurs. Après tout, au moins, il n’y aurait pas de surprise. « J’espère que vous vous trompez, qu’au contraire, suite au mariage, il pourrait être fatigué suite aux préparatifs ou simplement se réjouir de la naissance d’un potentiel héritier. Après tout, si votre frère met au monde un héritier, vous voilà presque tranquille pour les années à venir. » Au moins, il avait cette possibilité, d’attendre sans que l’âge puisse lui poser problème. Ce n’était pas mon cas, plus j’attendais, plus les époux seraient retissant à s’engager avec moi. Je détestais cette position, peut-être qu’il valait mieux que ça se fasse au plus vite et que je rentre dans cette routine d’épouse dévouée. Je ne m’attendais pas à l’époux idéal, simplement un minimum de respect et un brin de discussion pour donner un peu de vie aux années à venir. J’étais peut-être trop utopiste, mais ce n’était pas rien de dédier sa vie pour le reste de ses jours à un homme dont on ne connaît que l’identité et non la personnalité. Le prestige ne m’intéressait pas et finalement, je ne serais pas mécontente de finir avec un simple chevalier d’une maison sans trop d’importance. Daryn semblait me souhaiter bonne chance à sa manière et relever que mes attentes n’étaient pas futiles au final. Même si l’amour n’était pas en rendez-vous, une amitié pouvait toujours exister. Par rapport à moi, son père lui laissait le choix de sa promise du fait qu’il n’est pas d’héritage à transmettre. Je l’enviais, mais avoir un sexe masculin devait renforcer la relation avec un père. « Je vous envie, ce n’est pas donné à tout le monde de pouvoir choisir un minimum la personne avec qui vous passerez le reste de vos jours. Même si votre père se montre pressant, il a au moins la qualité d’être compréhensif et à l’écoute de vos attentes. Après, vous ne portez pas les mêmes responsabilités que votre frère aîné, mais il reste important pour une famille de prospérer et de voir sa lignée s’agrandir. » Je hochais sa tête suite à ses sages paroles de trouver ça ridicule de se vanter d’avoir eu de la chance finalement. Ne pas avoir d’enfant pouvait être lié à une personne, mais avoir des enfants d’un unique sexe devait être quelque chose qui nous dépasse et relevait du hasard peut-être. C’était ce que j’espérais, ne voulant aucunement reproduire la même chose que ma mère et subir les foutres de mon mari. Heureusement, pour moi, ma sœur avait prouvé le contraire en mettant en monde un garçon.

Suite à ces paroles sur le mariage, j’étais enjouée de me changer les idées et de découvrir les mystères des stands d’Harrenhal. Je faisais confiance à mon guide, Daryn, pour me montrer des mets ou des objets uniques en son genre. C’était lui entre nous deux le savant, deux années étaient minimes par rapport à la quantité de livres qu’il avait dû lire durant toutes ces années. J’acquiesçai sans mal ses paroles sur les joutes et j’étais bien heureuse ne pas être la seule à ne pas apprécier totalement le spectacle. Il en avait profité pour discuter avec des dorniers et il est vrai que leur culture était assez particulière. Je ne savais pas tout de Dorne, mais certaines rumeurs circulaient et tout ne devait pas être faux. Il me fit part de son envie de voyager, ce que je trouvais admirable et que si j’avais été un homme sans responsabilité, j’aurais entrepris ce genre d’aventure. Je ne pus m’empêcher d’avoir un sourire idiot suite à son compliment par rapport à mes talents de musicienne. « Qu’est-ce qui vous attire à Dorne ? Je connais quelques musiques originaires de cette région et il semble qu’il soit bon d’y vivre. En tout cas, j’envie votre projet, voyagé doit être une expérience unique en son genre. » Ma voix s’était laissée à la rêverie, m’imaginant sur un navire, sentant le vent marin soulever mes cheveux et voyant au loin une étendue de terre à découvrir. Seulement, je n’étais point sur un navire et la réalité n’incorporait pas les étendues d’eau salée. « Mon séjour se passe, même si j’aimerais éviter au maximum les joutes, mais mon père ne semble pas de cet avis et insiste pour que je sois présente… Cela éveille en moi des mauvais souvenirs… » Mon sourire s’évapora un instant, laissant mon regard divagué sur ces fameux stands et n’arrivant pas à capter suffisamment mon attention. Je soupirais un instant, avant de poursuivre sur sa dernière question. « Je n’ai pas eu le loisir de les visiter, j’ai pu simplement constater la présence d’un stand d’instrument de musique et je n’ai pu résister à l’appel. Voilà mon seul vrai talent, il faut bien que je l’exploite au maximum, non ? » Mes yeux se posèrent sur son visage et je pris un ton un peu affirmé. « Vous êtes mon guide aujourd’hui, Daryn ! » Sentant au loin des odeurs savoureuses, mon estomac ne se fit pas prier pour émettre certaines sonorités et laissant à l’homme de la maison Hersy, une voie à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Le rêveurLe rêveur
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 34
Avatar : Joshua Sasse
Date d'inscription : 27/05/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Jeu 3 Aoû - 18:43

Talia espérait que les ardeurs de père concernant le mariage se calme avec peut être la future arrivé d’un petit fils ou une petite fille. Si seulement cela pouvait être vrai, mais je sais parfaitement que ça ne sera pas le cas, j’avais 26 ans aujourd’hui et une bonne partie des seigneurs ou fils de seigneur étaient déjà marié à cet âge là, d’où « l’agacement" de père me concernant. Après je ne vous cache pas que j’ai eu quelques prétendantes, bon nombre de seigneurs sont venus à Neufcastel pour proposer la main de leurs filles aux fils Hersy, ils ont tous essuyés des refus, sauf un, mais ce n’est pas pour moi, c’est pour mon frère Kyle qui apparemment aurait été charmé par l’une des fille d’un seigneur du nord. Ca serait un comble que mon petit frère soit marié avant moi, pour le coup mon père serait davantage oppressant envers moi et il serait capable de me sortir « Regarde Darryn, même Kyle a trouvé une femme », je le vois venir à plusieurs kilomètre…. Si seulement les choses étaient plus simple. Au final, ne ferai-je pas mieux de me marier rapidement ? Histoire d’en finir avec cette histoire ? Après tout des lady qui pour qui j’ai une attirances, tant physique que moral il y en avait quelques-unes que je connaissais, et surtout avec qui cela serait possible, mais comme je l’ai dit, je suis un grand rêveur et utopiste, un défaut lorsque l’on vit à Westeros. J’adresse un sourire amusé avant de répondre :

- Je crains hélas qu’au contraire cela ne l’excite davantage ! L’arrivé d'un petit fils, ou d’une petite fille ne serait le combler encore plus de joie et d’envie d’en avoir d’avantage. Je rigole et reprend. Je me souviens d’une petite anecdote vous concernant, lorsque je faisais les aller retour pour venir vous rendre visite durant votre convalescence, père ne cessait de me poser la question, « Pourquoi vas-tu voir si souvent cette jeune femme ?" Je lui avais juste répondu que c’était mon devoir et que je m'inquiétais pour votre sort… Et je me souviens qu’il se demandait si je n’allais pas demander votre main, il avait en tout cas grand espoir à cette époque là. Cela dit ça n’aurait pas été pour me déplaire, mais je ne pense pas être un bon partie. Je dis ça en adressant un sourire amusé.

Je me souviens encore de ses trajets pour aller voir Lady Vanbois, de nombreux souvenirs refont surface, les discussions avec mes frères qui eux aussi se poser des questions concernant Talia, « Tu vas la demander en mariage ? Elle est jeune quand même tu vas devoir attendre », bon sang ce que mes frères peuvent être bête par moment, mais bon je sais que c’est de l’humour alors je ne le prenais pas mal. Cela dit, je n’y vois aucun inconvénient d'être marier avec Talia, au contraire, elle est de bonne famille, ce qui serait profitable et pour l’un et pour l’autre, c’est une très belle femme, très cultivé et surtout qui à de la conversation, que demander d’autre ? Bref, Talia semblait envieuse de ma situation, du fait que je puisse avoir le choix de ma feutre partenaire, ce qui bien sûr n’était pas son cas, les femmes ici étaient généralement monnaie d'échange, leurs pères cherchant le meilleur partie pour leur filles mais aussi pour eux d’un point de vue économique et surtout politique. Ce qui fut un peu le cas avec mon frère Thane, bien entendu il était attiré par la jeune femme avec qui il va se marier, mais d’un point de vu politique c’était un sacré bon en avant pour la maison Hersy, de nouveau partenariat commerciaux ont pu être conclu, ce qui ravi père au plus haut point.

- Il est vrai que l’on peut reprocher bons nombres de défauts à mon père, notamment celui d’être un poil trop râleur, mais il a le mérite d’être une personne compréhensive, l’une des qualités qui a charmé ma mère d’aillleurs. En tout cas, je vous fais la promesse lady Vanbois, que si votre futur mari s’avère d’être d’un ennui mortel, je me porterai garant de venir vous rendre visite pour que l’on puisse converser et que je vous prête bon nombre de livres afin de vous divertir. Mais bien entendu je vous souhaite de trouver un bon mari.


Après ça, nous marchons à travers les stands, il n'y avait plus grand monde dans les travers, la plupart ayant rejoint les gradins afin de profiter des joutes. Ce qui n'est pas pour me déplaire, je ne supporte pas les masses, je préféré la tranquillité, l'une des raisons pour laquelle j'ai décidé de rejoindre les éclaireurs, afin d’être au plus près de la nature, et être tranquille. Bon tranquille n’est peut être pas le mot, étant donné que je suis souvent confronté aux barbares lors de mes missions, mais je me comprend. Peu importe, mon œil se porte un peu partout à la recherche d’un stand ou d’un objet insolite qui saura raviver ma soif de curiosité. Pendant ce temps, Talia me parle de Dorne, me demandant ce qui m’attire dans cette contrée, elle m’avoua qu’elle connaissait quelques musiques venant de la bas, ce qui ne m’étonna guère, elle finit par m’avouer qu’elle était envieuse de mes projets de voyages, ce que je peux comprendre.

- Dans un premier temps, ce qui m’attire la bas, c’est le dépaysement totale… Le climat aussi et la nature… Et on arrête pas de me dire que le vin Dornien fait parti des meilleurs au monde, j’aimerai voir ça. Je dis ça en adressant un sourire amusé. Sinon pour être plus sérieux, j’ai simplement envie de voyager…. Voir le monde et pourquoi pas enchaîner avec Essos après ça ? Ca peut être une idée.

Mon envie de voyage n’avait pas faibli au fil des ans, je suis toujours se petit garçon qui s’infiltrait en dehors du château pour aller se balader dans la forêt, se petit garçon qui avait soif de voyage et d’aventure. Bref, Lady Talia me parle de son séjour ici à Harrenhal, m’avouant qu’elle préférait éviter les joutes au maximum, au vu de son passé, je peux comprendre que la vu du sang et de combat aussi violent peuvent la rebuter, la voir ici présente, montrait tous le courage de la jeune femme mais aussi sa détermination. Je dépose ma man sur son épaule, comme pour montrer qu’elle n’avait rien à craindre, que j’étais là pour la soutenir. Aussitôt elle enchaîne sur son compte rendu de visite, elle m’avoua qu’elle n’avait pas vu grand-chose, ne pouvant résister à l’appel de la musique, un sourire se dessine sur mon visage, malgré les années la jeune femme restait la même. Elle terminé ensuite en affirmant que j’étais son guide pour la journée, alors qu’il en soit ainsi.

- Un honneur pour moi de vous accompagner Lady Vanbois, et je reste persuadé qu’il vous reste bon nombre de talent. J’adresse un sourie charmeur tout en marchant à ses côtés. Des odeurs nous parviennent, me faisant raviver ma faim, je n’avais jusque la que grignoter différents mets de contrée lointaine, mais c’était loin d’être un repas et a écouter le chant de l’estomac de la lady se tenant a mes côtés, nul doute qu’elle serait pas centre un bon repas, alors qu’il en soit ainsi, je me met donc à la recherche d’un stand offrant de la nourriture qui sauracombler nos ventre affamés. "Quelle genre de mets saurez vous ravir très chère ? Faites vous plaisir, je suis un homme qui n’est pas difficile concernant la nourriture je dois bien vous l’avouer, quand on peut digérer la nourriture du nord, on peut tout manger." J’adresse un sourire amusé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
L'astre du ValL'astre du Val
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 174
Avatar : Caitlin Stasey
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn) Lun 7 Aoû - 13:14

Le mariage était une discussion courante et j’avais cette impression qu’importe où mes yeux se portaient, je le voyais hanter mon champ de vision ou même mes lèvres. J’avais peur, la crainte d’un avenir peu enviable avec un époux pouvant s’avérer violent. Mon père n’avait jamais porté la main sur moi, ainsi, je n’avais jamais subi des violences physiques de ce genre et il était normal de redouter l’inconnu. La colère était une chose, mais le passage à l’acte s’avérait d’un autre niveau et il était souvent accompagné par l’alcool. Ce dernier restait l’ennemi de l’homme, en tout point, pouvant causer des dégâts irréversibles. J’avais peu connu l’état d’ivresse et peut-être une fois à un mariage entre deux maisons où la maison Vanbois était conviée et que j’avais pu pour la première fois boire un verre de vin. Il est vrai que j’avais apprécié la boisson, surtout que celle-ci venait du sud et avait un goût sucré. Alors, j’en avais pris un deuxième, puis ainsi de suite jusqu’à ressentir une légèreté. Mes pas de danse étaient ponctués par quelques déséquilibres et j’avais plus tendance à me rapprocher de mon cavalier et à lui partager des détails croustillants. Cette boisson avait levé la barrière de ma timidité, enlevant la crainte de la honte ou de donner mauvaise impression. Je m’étais sentie délivrer de ces chaînes brisant une partie de ma personnalité et m’empêchant d’être moi-même.

Daryn pensait que la naissance d’un enfant encouragerait davantage son père au mariage. Son point de vue était compréhensible, étant donné que la naissance d’enfant permettait d’agrandir la lignée et de garantir la survie de la maison Hersy. Dans l’histoire des Sept Couronnes, de nombreuses maisons avaient connu l’extinction par manque de naissances ou par la maladie ayant décimé une branche entière de la famille. Même si cela n’arrivait pas tous les jours, il fallait l’avoir en tête, car nulle ne pouvait échapper à ce genre de drame. Mon côté croyante pouvait invoquer les prières et surtout être pieux en toute circonstance. L’accumulation de mauvaises actions ne pouvait mener vers un avenir glorieux, du moins, je l’espérais. Durant ma courte vie, j’avais fait de mon mieux pour écouter les sages paroles de ma septa et ne pas commettre de péchés ou le moins possible. C’était pour cette raison que je m’étais enfuie, suite au baiser d’Elbert. Il était inconvenant que je puisse partager une telle relation sans bénédiction religieuse telle que le mariage. Daryn me fit part d’une anecdote me concernant. Je ne pus m’empêcher de sourire et de sentir mes joues me brûlaient. Même si je me doutais des espérances du père de Daryn, je ne savais pas que celui-ci aurait intéressé. Pourtant, à cette époque, mon père aurait cédé ma main sans se soucier d’une alliance confortable. Il craignait à l’époque que cette maladie puisse être un frein. « Être un bon parti ? Qu’entendez-vous par là ? Même si ma première sœur a épousé Denys Arryn, ma seconde sœur a épousé un homme d’une maison vassale à la nôtre. Puis, je tiens à vous rappeler que mon père a encore cinq autres filles à marier et qu’il ne va pas pouvoir faire la fine bouche. » Mes yeux le fixaient un moment sans un mot, avant de m’exprimer plus bas. « Je ne savais pas que je vous intéressais... » J’étais honnête et l’exprimer pouvait s’avérer gênant. J’avais conscience d’être jolie, je n’avais jamais eu ouïe du contraire, mais delà à intéresser un homme, j’en étais dépassée. Après tout, même Elbert avait fini par mettre les choses au clair et me faire oublier ce moment d’égarement.

Les paroles de Daryn me fit sourire. Effectivement, son père ne semblait pas être une mauvaise personne et nous avions tous nos mauvais côtés. Sa promesse me fit glousser, c’était inattendu et cela me rassurait qu’une personne puisse se soucier de mon bien être. Après tout, si ce mariage devait être une calamité, il serait ce phare au loin me permettant de regagner la côte donc le sourire. Ainsi, d’une voix enjouée, je répondis à sa proposition. « Vous viendrez me sauver de l’ennui, comme vous l’avez fait durant ma convalescence ! Cela me fait assurément plaisir et je vous remercie de vous soucier de mon bonheur et de mon amusement. »

Tandis que nus marchions à travers les stands, la discussion se tournait vers l’intérêt du jeune homme concernant Dorne. Ma connaissance de cette région était relativement maigre, je connaissais la maison dirigeante et quelques illustres maisons comme la maison Dayne ou même Uller. J’étais étrangère à leur culture et j’en avais un léger aperçu par le biais de chansons. Ainsi, je l’écoutais d’une fine oreille, aborder le climat et la nature si différente du Val. Puis, le vin était apparemment délicieux. Daryn ne semblait pas seulement fixer sur cette lointaine contrée, mais aussi d’aller au-delà du détroit et explorer Essos. « Vous me rendez curieuse d’en apprendre plus sur Dorne, je n’ai pas eu la chance de pouvoir discuter avec des personnes vivant dans cette lointaine contrée. Puis, si le vin fait parti des meilleurs, c’est d’autant plus motivant. Si je n’avais pas été une femme, le voyage aurait été un rêve. J’espère que vous accomplirez ce voyage et que vous me ferez par de vos merveilleuses découvertes par le biais de lettre pour me sortir de mon futur quotidien d’épouse. »

Lui faisant part de mon séjour à Harrenhal, je ne pus éviter ce sujet sensible : les joutes. Ma présence était seulement due aux ordres de mon père, sinon, j’aurais évité ces violences pour m’intéresser davantage aux stands ou à la nature bordant la forteresse. Je souris de manière gênée en sentant la main de Daryn sur mon épaule. Ce contact inattendu m’apaisait quelque peu et ce partage de chaleur était agréable lui aussi. Je n’étais pas habituée à ce genre de contact, surtout venant d’un homme. Le sujet de la musique arrivait toujours au bon moment et j’oubliais cette gêne masquant légèrement mon visage. Celui-ci était de nouveau illuminé par un sourires resplendissant et Daryn ne semblait guère étonné de cet intérêt, souriant en retour. Ses visites nous avaient rapprochés et il avait pu m’entendre jouer de nombreuses fois. Je ne me lassais pas de mon instrument, trouvant toujours de nouvel air à partager. Daryn semblait prendre au sérieux ce rôle de guide et il était honoré de cette proposition. Mais celui-ci n’était pas du même avis concernant mes qualifications et il était persuadé que la musique n’était pas mon unique talent. J’aimerais croire en ses douces paroles, mais je n’avais pas d’autres exemples que la musique. Mes yeux s’attardèrent un peu trop sur ses lèvres, quelque chose faisait que son attitude me poussait vers des moments d’égarement. Il était plaisant à regarder, cela ne faisait aucun doute et sa présence avait toujours été agréable. Les bruits de mon ventre me réveillèrent de cette légère rêverie et j’étais gênée que mon estomac se révèle aussi bruyant, car Daryn l’avait remarqué. Il me demandait quels mets pourraient me ravir et il est vrai que j’étais hésitante. Sa remarque par rapport à la nourriture du nord me fit sourire, même si je n’avais jamais visité cette région. « Etant donné que nous parlions de Dorne, autant en connaître sa gastronomie, j’ai en mémoire que celle-ci est connue pour ces plats épicés, non ? Puis, on aura peut-être la chance de pouvoir boire un fameux vin de cette région. » J’espérais être raisonnable concernant la boisson, si celle-ci était aussi délicieuse que les mots de Daryn, nulle doute que l’abus serait de la partie. Si la tête devait me tourner, j’avais confiance en lui et j’étais sûre qu’il me ramènerait saine et sauve dans ma chambre sans profiter de ma faiblesse. Pourquoi ? Durant ses premières visites, je n’avais pas toujours été pleinement consciente, cela était dû à mon traitement et il n’avait jamais eu un geste déplacé.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn)

Revenir en haut Aller en bas

Eloignons-nous de l'agitation. (Daryn)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ce que nous faisons : les sauts en image
» Et si nous fermions la frontière avec la RD ?
» Il nous a quittés.
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» Ils font chier ces N... . Débarassons-nous en !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Harrenhal-