RSS
RSS

Nous manquons de membres dans Dorne, Le Conflans, le Val et l'Orage.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.

Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
et Doran Martell sont très attendus.
Venez nombreux participer à l'animation What If et au Souk.
Le nouveau système de vote aux top-sites a été mis en place.
La série reprend le 16/07 (ou 17/07 selon votre point de vue).
Merci d'éviter tout spoiler sur la chatbox et favorisez le flood crée pour ça, à la place.
Les inscriptions pour les joutes sont désormais closes.
Les spectateurs eux peuvent encore s'inscrire.

Partagez|

Coq, poussin et Hermine [PV Garrett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
BiefBief
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 333
Avatar : Jaimie Alexander
Date d'inscription : 10/05/2017

Message Sujet: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Mar 13 Juin - 22:00



Coq, poussin et hermine Garrett, Leonna, et MinaLes festivités autour d’un tournois tel que celui d’Harrenhal, ne se déroulent jamais sur une seule et même journée. Imaginez la chose, si cela devait commençait dès l’aube et se terminait au coucher du soleil…les trajets ne se font pas encore à vol d’oiseau ou par simple évocation d’une formule magique pouvant vous transporter d’un point A à un point B. Non hélas, les vols aériens n’existent bien que pour les oiseaux. Quant à la magie ? Je ne crois que ce que je vois. En tout cas, à moins d’être déjà sur place, je vois mal un tournois durer seulement un jour, c’est pour cela que j’aime lorsque nous quittons notre domaine, je suis toujours ravie parce que je sais que nous partons pour plusieurs jours. Même si l’inconfort des routes rend le périple moins agréable, il me donne malgré tout l’illusion de voyager…de démarrer une nouvelle aventure.
Le tournois d’Harrenhal est donc cette nouvelle aventure sur plusieurs jours de festivités, alternant joutes et banquets au fil des jours. J’avais pu déjà voir une partie des joutes et participer au banquet qui s’en suivait. Quelle soirée mémorable quand j’y songe à nouveau.

Harrenhal a cet avantage de posséder des jardins, un immense domaine au bord du lac l’Oeildieu. L’heure était propice à la promenade, j’avais cette liberté encore de pouvoir le faire seule après avoir assuré père que je ne m’attarderai pas trop longtemps. Les joutes devant reprendre, père tenait à ce que je sois à ses côtés. Faire-valoir de la Maison Varnier, qu’il souhaitait mettre en avant autant que mon frère Byron pouvait s’illustrer durant les joutes. J’avais cruellement besoin d’air pour chasser cette étiquette de fille bonne à marier, la promenade sera mon exutoire. Mes doigts ont hésité à prendre pour compagnie ma dernière lecture. Celle-ci resta dans ma chambre de façon à m’assurer un retour à l’heure. Avec un livre, j’étais certaine d’oublier le moment où il me fallait rentrer. Autant éviter si je voulais par la suite être autorisée à me balader seule dans les jardins.

Enfin seule, c’est assez relatif. Je ne dis pas que vous croisez quelqu’un à chaque pas mais que cela soit des badauds comme moi ou des serviteurs affairés à l’entretien, vous croisez forcément quelqu’un. Pour qui n’a pas l’habitude, les jardins peuvent vite se transformer en labyrinthe sans sortie parce que vous tournez en rond un bon moment avant de retrouver votre chemin. Je crois bien que c’est ce qu’il m’arrive. M’égarer. Vous voyez je vous disais que c’était une aventure. Enfin je fais d’un rien une aventure.
Un sourire aux lèvres, sentant de ci de là un bouton de fleur prêt à éclore ou jouant avec un papillon volage, je ne désespérai pas de retrouver mon chemin.
J’allais pour sentir une autre fleur plus loin lorsque les pleurs d’une petite fille me firent me raviser et guidèrent mes pas jusqu’à elle.

Assise sur un banc en pierre, ses pieds touchés à peine le sol. Joliment vêtue et coiffée, elle redressa la tête, essuya ses joues quand elle m’aperçut.

– Bonjour. Pourquoi une aussi jolie petite fille comme toi pleure ?
- Je…je suis…perdue…je courais et…et quand j’ai…j’ai voulu retrouver mon papa…il…il n’était plus là. Dit-elle en sanglotant.
– Et bien je vais te dire un secret…je me suis également perdue. Moi je ne courais pas mais les fleurs, les papillons m’ont entrainé de pas en pas jusqu’à toi. Les fleurs ont dû entendre tes pleurs et elles m’ont indiqué le chemin.
Je n’ai pas de mouchoirs sur moi mais je prends le relais de ses petites mains pour sécher ses joues.
– Mais si vous êtes perdue vous aussi…je ne reverrai pas mon papa !
J’avoue qu’elle n’a pas tort mais je suis d’un naturel optimiste puis nous ne sommes tout de même pas en pleine forêt.
– Oui regarde à nous deux nous avons beaucoup plus de chance de retrouver le bon chemin. Je lui attrape la main pour la faire descendre de son banc. Allez viens, on va chercher ton papa ensemble…et notre chemin. Comment t’appelles-tu ? Moi c’est Mina.
– Leonna,…
Ses doigts se referment dans les miens en se serrant.
– Tu sais ce que je me dis quand il m’arrive de me perdre comme maintenant. Que c’est une grande aventure qui s’offre à moi. Que je vais découvrir des choses nouvelles comme tous ces papillons qui m’enchantent par leur couleur. Tu vois comme ça cette petite mésaventure devient vite plus intéressante.

Nous échangeons nos points de vue comme ça sur un long moment jusqu’à ce qu’elle s’écrie tout haut :
– Pèèèère.
Je tourne le visage sur la silhouette qui s’approche, la reconnais en même temps que je répète le même mot que la petite Leonna,.
– Père !!?? Vous ?  
© Justayne



Blanche est l'hermine - Pure est notre cœur.
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Ven 23 Juin - 19:41





"Coq, poussin et Hermine"


Mina & Garrett










Le tournoi d'Harrenhal s'étendait sur plusieurs jours et, de part ses aptitudes relativement discutables quant aux joutes, Garrett se fit sortir lors du premier jour, pire encore, lors de son premier combat. Cachant la honte et la colère qu'il avait contre lui-même, l'homme s'était rendu au grand banquet où, d'agréables rencontres, discutions et retrouvailles lui firent retrouver le sourire et la bonne humeur. Bien entendu, sa très chère fille y était aussi pour quelque chose. Comment pouvait-on résister au regard tristounet de son propre enfant essayant de nous réconforter ? Les mots n'étaient peut-être pas les meilleurs, mais l'intention, les étreintes et les larmes, tout ça avait de quoi renforcer le cœur du chevalier défait, qui ne pouvait bien évidement pas rester affligé par cela si longtemps, non, le but premier de son existence était de voir sa chère Leonna heureuse et rayonnante, comme tout bon père qui se respectait, de son point de vue.

Le grand banquet avait finit par fatiguer la jeune fille qui ne se réveilla que tard dans la matinée, avec des petits yeux et une petite voix, qui ne l'empêchèrent pas de prendre avec amour son paternel dans ses bras sitôt l'avait-elle aperçu dans ses appartements. Un brin de toilette lui fit fait et, après avoir mangé un bout, l'idée d'aller se promener dans les magnifiques jardins fut émis par le chevalier, afin de jouer un peu de la musique, tandis qu'elle pourrait l'accompagner au chant et à la danse. La petite famille avait toujours eu cette passion commune pour la musique, ce qui ne cessa de les rapprocher au fur et à mesure. Passion qui fut d'ailleurs partager par lady Denyse Hightower qui était, comme une sorte de tante par la jeune fille, qui lui inculqua les bases de la danse, ce qui ne put que la rendre grandement heureuse. Leonna apprit d'ailleurs petit à petit à jouer de la flûte auprès de son père, chose qui ne leur procura que de plus en plus de moments privilégiés. Dans tous les cas, les petites escapades père-fille pour trouver un coin sympathique où se poser tranquillement pour jouer et profiter du paysage étaient quelque chose qui arrivait régulièrement et qui plaisait énormément à la jeune fille.

Ainsi, quelle ne fut pas sa joie de découvrir les beaux jardins conflanais. Oh, bien entendu, Leonna avait l'habitudes des luxurieux jardins de Hautjardin et, je ne prendrai peut-être aucun risque en vous disant qu'aucun jardin ne pourrait un jour les égaler, mais, cela n'empêchait pas la fillette de s'extasier devant tout ce qu'elle voyait. Ces variétés de fleurs qui lui étaient encore inconnues, ces papillons ou encore ses insectes qui menaient tout tranquillement leur vie au milieu des Hommes dont, la plupart, ne faisaient guère attention à leur existence. Elle, cependant, voyant presque tout, sauf peut-être ces promeneurs et ces domestiques dont elle manqua quelques fois de bousculer par mégarde, un peu trop captivée par une fleur ou une libellule, sous le sourire bienveillant de son père aimant.

Après un bon moment d'extase et de découvertes, la petite famille finit par trouver un banc avec une vue magnifique sur un paysage enchanteur, où, pour combler le tout, une légère brise leur arrivait de face, malgré ce labyrinthe émeraude qui les entourait. Le chevalier dégaina le luth qui était encore en bandoulière dans son dos pour commencer à jouer et à chanter des morceaux dont sa petite princesse raffolait tant. La voir danser et chanter à ses côtés avait toujours quelque chose de particulièrement enivrant. Comme si, à chaque fois, il s'agissait d'un moment unique, ancré fermement dans ses souvenirs. La voir si heureuse en partageant la passion de son père, cela lui aurait presque resserré le cœur à chaque fois, lui aurait presque fait verser une larme, mais, à la place, le Chantecoq se contentait de sourire bêtement en la regardant, tel un père, fier comme personne de son petit trésor.

Le temps ne semblait guère avoir d'emprise nos deux amis, si bien qu'aucun des deux n'aurait su vous dire combien de temps ce moment presque enchanteur dura. Cela aurait certainement pu continuer jusqu'au crépuscule si une voix familière ne fit sortir le père de sa légère transe. Un seigneur du Bief qu'il connaissait bien et qu'il vint saluer, vantant au passage sa dextérité, luth à la main. Les mots continuaient à s'échanger, les nouvelles, les anecdotes, les petits tracas, si bien que, l'attention de Garrett se focalisa un petit moment sur son ami et non sur sa fille, à tel point que, lorsque son regard se posa à nouveau sur sa chère fille, celle-ci avait disparu. Sans doutes s'était-elle  mis à la poursuite d'un quelconque papillon et s'était aventurée un peu trop loin. S'excusant auprès de son ami, le chevalier remis son instrument dans son dos pour partir à sa recherche, se perdant sans le moindre mal dans ce dédale des plus agréables. Il ne se faisait guère de soucis pour sa chère enfant, certain que quelqu'un finirait bien par la retrouver, l'aider, ou au mieux, la ramener dans ces appartements. Les disparitions étaient bien loin d'être monnaie courante dans ce genre de rassemblements et, la petite était sûrement recroquevillée sur elle-même dans un coin en train de pleurer, se pensant perdue. Tiens bon ma fille, j'arrive. Sa seule pensée était de la prendre dans ses bras pour la réconforter, tout simplement. Avait-il, malgré tout, une confiance un peu trop grande envers l'espèce humaine ? Sans doutes.

Il fallait une bonne poignée de minutes d'errance pour qu'une petite voix, qu'il aurait su reconnaître dans un brouhaha gargantuesque, se fit entendre, suivi rapidement par une petite foulée et quelques larmes, pour qu'enfin, cette petite silhouette vienne sauter dans des bras qui l'attendaient avec amour, sous le regard amusé et joyeux du père. Cependant, ce à quoi il ne s'était pas attendu, ce fut une seconde voix, qu'il n'aurait pu oublier si vite. Une certaine Mina Varnier, une jeune femme rencontré la veille lors du banquet, qui en plus de l'avoir bousculé deux fois dans la foule, lui avait renversé un verre de vin sur sa tunique blanche. Une femme d'une incroyable beauté, aux yeux inoubliables, mais surtout, au sourire si chaud, qu'il semblait capable de refermer n'importe quelle plaie qu'un cœur pouvait souffrir. Malheureusement, la petite fille semblait immunisée à ses effets, mais, après réflexion, peut-être que seuls les hommes pouvaient profiter de pareilles propriété enchanteresses, en effet, il semblait fort difficile de ne pas être comblé en voyant pareil spectacle se dessiner devant vous. Attrapant avec attention sa jeune fille, Garrett la souleva pour l'étreindre affectueusement, riant légèrement en la voyant si câline, susurrant quelques petits mots pour tenter de la rassurer avant de tirer un tissus de sa poche pour lui essuyer ses quelques larmes. « Voilà, c'est terminé, je suis là maintenant. Ne t'ai-je pas dit de ne pas t'éloigner trop loin de moi ? Tu finis toujours par te perdre, jeune fille. » « Mais ! Père ! Il y avait ce papillon que j'ai suivi et, je me suis égarée ensuite ! » Riant doucement à ces mots, l'homme l'embrassa sur son front pour la reposer au sol pour finir par observer cette apparition survenue face à lui. « Dame Mina, c'est toujours un plaisir que de vous voir, voyez, dans le doute, j'ai opté pour une tenue noire, évitons les verres de vins égarés. » Écartant les bras avec une certaine malice sur le visage, Garrett fit un tour sur lui-même pour montrer sa tenue, presque entièrement noire, si ce n'était le blason de sa famille et ses plumes colorées. « Je vois que vous avez fait la connaissance de ma fille, je vous remercie pour vous en être occupée. Je suppose que … Cela effacera cette première impression que j'ai eu de vous, lors du banquet. » Riant à nouveau, sans la moindre honte, il finit par reprendre d'un ton un peu plus sérieux, toujours souriant avec grande douceur. « Dans tous les cas, madame, vous êtes resplendissante sous le soleil, je suis presque certain que vous avez fait quelques malheureux en marchant dans ses jardins avec Leonna. » Un nouveau rire, peu étouffé s'échappa de ses lèvres avant  que son attention ne vienne se reposer sur sa chère fille, sur qui il posa une main chaleureuse. « Dites-donc, jeune-fille, il me semble que vous avez oublié de remercier dame Mina, allons, un peu de bonne conduite. » Essuyant ses dernières larmes, la jeune fille fit une petite révérence en remerciant poliment  sa bienfaitrice et, rapidement, l'héritier Chantecoq rajouta quelques mots pour l'héroïne de la journée. « Ainsi, vous aussi vous êtes curieuse de découvrir les jardins des châteaux dans lesquels vous séjournez, ceux-ci sont resplendissants. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
BiefBief
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 333
Avatar : Jaimie Alexander
Date d'inscription : 10/05/2017

Message Sujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Dim 2 Juil - 16:26



Coq, poussin et hermine Garrett, Leonna, et MinaMes yeux et mes oreilles n’en reviennent pas, surtout mes oreilles. Lui !! Père !! Je ne sais pas si les Sept n’ont pas trouvé mieux pour se distraire que d’occuper leur temps en n’arrêtant pas de me faire croiser la route de Sir Garrett mais là on ne peut plus parler de hasard au rythme où nous enchainons les rencontres. Est-ce qu’il me suit ? J’en deviendrais presque suspicieuse, si la petite Leonna n’était pas à l’origine de ces retrouvailles.
J’avoue qu’une partie de ma personne semble déçue. Je n’avais imaginé, à aucun moment, que le chevalier pouvait être à la fois époux et père. Il est vrai qu’au banquet, je n’ai pas eu l’occasion de croiser Lady Chantecoq mais il n’était pas rare que les prétendants aux joutes ne soient pas accompagnés de tous les membres de leur famille. Mais pourquoi venir seulement avec sa petite fille ? Son épouse serait-elle souffrante pour ne pas l’avoir suivi ?
En tout cas c’est un enchantement de voir combien la petite Lady est heureuse de revoir son père. Je souris en l’entendant justifier sa disparition.

– La chasse aux papillons est bien plus périlleuse qu’on ne le pense vous savez Sir Garrett. A tout âge elle a ses adeptes qui ….se perdent également. Un regard bien veillant sur Leonna. Un sourire amusé mais retenu envers le chevalier. Je ne doute pas de votre inquiétude sur la disparition momentanée de Lady Leonna, Sir Garrett mais ne la blâmait pas pour avoir aimé suivre la beauté….je parle des papillons et des fleurs de ce jardin. Je ne sais pas pourquoi je précise. Quelque chose dans son regard. Son sourire. Ce rire. Je rougis légèrement. Un plaisir partagé Sir Garrett, j’ai apprécié nos échanges pendant le banquet en compagnie de Lady Hildegarde. Le chevalier s’amuse à me taquiner. Mhm est-ce à dire que vous aviez prévu de me revoir… Rétorquais-je aussitôt à sa taquinerie puis rebondis en voyant l’instrument dans son dos. Je vois que vous aviez prévu d’égayer ce jardin de quelques notes de musique ou est-ce une nouvelle arme de destruction pour les prochaines joutes ?

Mon regard se porte à nouveau sur la petite lady, qui ne doit pas tout comprendre avec nos allusions.
– J’ai renversé un peu de vin sur la tunique de votre père…je crois qu’il ne s’en est pas remis. Tournant mon visage vers le chevalier, j’ajoute : …pensez à vos pauvres pieds cela aurait pu être pire qu’une tache de vin.

Je suis bien maladroite en ce qui concerne la danse. Le chevalier n’a aucune idée de ce à quoi il a échappé. La tache de vin, ce n’est vraiment pas de ma faute. Trop de monde, trop près de lui et ce fût la catastrophe. J’aurais pu tomber sur bien moins agréable à regarder et bien moins avenant que Sir Garrett. Si une partie de moi est désolée parce qu’il n’est pas libre, l’autre reconnais qu’elle recommencerait bien volontiers à lui renverser du vin sur la manche, si cette fois, je récupérais sa tunique dans les secondes qui suivent. Pfiou je me dois de chasser ses pensées embarrassantes, qui ne sont pas celles d’une Lady. Heureusement Leonna m’offre cette occasion avec sa petite révérence polie en guise de remerciement.

*Quel flatteur. * Pensais-je en songeant à son épouse. Toutefois je le remercie de son compliment d’un rapide mouvement de tête et d’un sourire.
– Des malheureux… ? Vraiment ? Je ne sais pas comment le prendre, n’étant toujours pas mariée. Entend-il par-là que je suis déjà vieille et qu’aux yeux de ces fameux « malheureux » je suis forcément déjà mariée ? Ou suppos-t-il que des âmes en peine soupirent en silence sans se déclarer ? Je préfère garder pour moi mes supputations mais ne retiens pas ma spontanéité. …le seriez-vous Sir Garrett ? Mais je le remets, et me remets, sur le chemin de la vertu ou de la raison.   Je suis certaine que Lady Chantecoq, votre épouse, doit être aussi ravissante que votre petite fille.

Bien entendu, je n’ai aucune connaissance sur la situation du chevalier, ne voyant pas non plus que j’affectais la petite lady sans le vouloir. Cette dernière vient aussitôt chercher du réconfort dans les jambes de son père en sanglotant.

– Que lui arrive-t-il ?

 
© Justayne



Blanche est l'hermine - Pure est notre cœur.
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Jeu 20 Juil - 20:04





"Coq, poussin et Hermine"


Mina & Garrett










Le destin semblait cruellement s'acharner sur le chevalier Chantecoq. Croiser, encore et encore cette destructrice de tunique blanche. Oh, bien entendu, il aurait pu tomber sur bien moins charmant bourreau, mais, force était de constater que, notre homme fut tout de même enchanté de découvrir cette jeune femme sans la moindre coupelle de vin à la main. Cependant, pour être tout à fait honnête avec vous, observer ses mains ne furent guère une des priorités du bieffois, il y avait sa fille, bien entendu, à réconforter, à rassurer, mais aussi à sermonner légèrement et puis il y avait elle. Dame Mina. Belle et charmante comme peu de gens pourraient l'être, avec ce sourire et ce regard que l'on ne pouvait que difficilement oubliable. En revoyant ces deux armes particulièrement dangereuses, l'héritier ne put que comprendre la facilité avec laquelle sa chère fille avait pu faire confiance à cette inconnue. Il n'était pas vraiment certain que Leonna puisse replacer les Varnier sur une carte, ni même de savoir s'ils étaient du Bief ou non. Pourtant, elle l'avait suivie elle, ce qui était une bonne chose. En effet, malgré sa maladresse, la sylphide semblait particulièrement agréable et bonne avec autrui en plus d'être intéressante. Loin de ces femmes que l'on pouvait rencontrer dans certains bals et banquets, tellement superficielles qu'il était difficile d'imaginer avec quel homme elles pouvaient se marier. Belle, oui, mais ne pas avoir la moindre conversation ni même un avis quelconque sur quoi que ce soit laisser présager un avenir bien triste et insipide à quiconque pourrait partager sa vie avec elles.

Ce grand cœur dont j'ai fait mention plus tôt, arriva bien vite au galop lorsque le père solitaire se mit à expliquer avec tendresse à sa petite fille les dangers de s'écarter de lui, tout en la rassurant. C'est à ce moment que la charmante demoiselle profita pour donner son avis sur la chose, qu'il ne fallait pas la blâmer pour avoir tenté de suivre ce papillon qui devait être fort beau, le tout, en précisant étrangement qu'elle parlait bien de ces insectes et non autre chose, tout en rougissant légèrement, chose qui l'amusa légèrement. « Ne vous inquiétez pas, ma dame. Je ne la blâme que peu, mais, elle a une curieuse tendance à s'égarer, partant je ne sais où, dès que j'ai le dos tourné, ce qui résulte bien souvent par un égarement. Fort heureusement, ce genre de cas est rare lorsque nous sommes si loin de nos terres. » Bien vite, la conversation s'enchaîna, parlant de la veille, tout en expliquant à Leonna l'incident qui créa leur rencontre, suggérant même que l'homme la suivait avant de faire attention à l'instrument qu'il avait dans son dos, ce qui lui offrit un grand sourire. « Il me semble que c'est vous, qui me suivez. Vous en venez même à secourir ma chère fille, peut-être êtes-vous désireuse d'une dette envers vous ? » Riant avec légèreté, le chevalier gratta deux cordes du luth avant de rebondir sur la chose. « Ah ! Je ne suis malheureusement que peu habile lorsqu'il est question de joutes. Je pense que vous le découvrirez bientôt si vous assistez au prochain tour. Quant à embellir le lieu … Je doute que je puisse faire cela. Ceci dit, la musique a toujours été une passion que j'ai partagé avec ma fille, ainsi, dès que nous avons un peu le temps j'en profite pour jouer avec elle et chanter. Voyez-vous, il serait presque idiot pour une Chantecoq de ne pas être capable de chanter, n'est-ce pas ?. » Souriant en douceur et tendresse tandis que son regard bienveillant se baissait tout doucement en direction de sa fille, avant de remonter tout doucement vers la belle en gardant son sourire. « L'idée d'une danse en votre compagnie ne m'effraie que peu. Voyez-vous, je pense être un danseur assez doué, sans doutes serais-je capable de vous diriger suffisamment bien pour que vous ne veniez pas écraser les pieds de qui que ce soit. » Ce n'était pas là une quelconque forme d'invitation non, mais, même si Garrett était humble et relativement peu confiant en lui sur de nombreuses choses, lorsqu'il s'agissait de chant ou encore de danse, il était loin d'être mauvais et, surtout, en avait conscience.

Parler de malheureux en faisant référence aux nombreux hommes présents dans les jardins sembla être mal compris par dame Mina. Sans doutes s'était-elle imaginé de nombreuses choses loin de la vérité, peut-être imaginait-elle de mauvaises choses cachées derrière ses propos, venant même à demander à son interlocuteur ce qu'il voulait dire par-là, se demandant même si lui même pouvait être malheureux. Cela le fit même doucement ricaner. « Je me dois de m'excuser, ma dame. Il me semble de ne pas avoir été particulièrement explicite. Vous êtes jeune, vous êtes une très belle femme, je ne doute pas que nombreux sont ceux à avoir de quelconques vues sur vous, de plus, vous venez d'une grande famille, ce qui ne peut qu’agrandir la liste des prétendants. Alors, vous voir marcher avec un homme, dans les jardins, en compagnie d'une jeune fille, cela pourrait faire imaginer une vérité inexistante à ceux qui vous observent de loin. Ceux-ci, sont les malheureux. Je ne peux donc pas en faire partie. » Une nouvelle fois, le chevalier du Bief conclut ses mots avec un doux sourire qui se transforma bien vite en une mine dépité et presque triste, tandis que Leonna venait essuyer quelques larmes auprès de lui. Sans aucun doutes qu'elle ne le savait pas mais, la Varnier avait fait mention de sa mère, ce qui rappela bien évidement de bien tristes souvenirs à la petite fille. S'accroupissant à ses côtés, le paternel la prit dans ses bras avec une tendresse infinie pour lui offrir une délicate étreinte en la balançant doucement de droite à gauche, le tout en chantant
doucement pour elle, devant le regard hébété de la demoiselle. Une fois ses larmes enfin séchées, l'héritier se retourna vers Mina, quelques peu gêné pour enfin répondre à la question qu'elle avait posé un peu plus tôt. « C'est … Cela fait trois ans que … Mon épouse a … » Ce fut comme si le mot fatidique n'arrivait à se frayer un chemin jusqu'à l'air libre, restant coincé dans sa gorge et surtout, dans son ventre qui ne cessait de l'étreindre avec force. « Elle n'a toujours pas réussi à passer le cap, vous comprendrez qu'en parler est difficile pour elle. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas
avatar
BiefBief
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 333
Avatar : Jaimie Alexander
Date d'inscription : 10/05/2017

Message Sujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Jeu 27 Juil - 18:39



Coq, poussin et hermine Garrett, Leonna, et MinaJe ne peux que sourire aux commentaires de Garrett au sujet des égarements de la petite lady. C’est une rêveuse, point commun que je partage avec elle à n’en pas douter. Pour ce qui est de me perdre, c’est totalement volontairement quand je suis sur nos terres. Par contre ici, j’avoue que je ne l’ai pas fait exprès mais ne regrette pas du tout que cela soit arrivé.
Je ne sais pas comment je dois interpréter le fait de croiser le chevalier plusieurs fois de suite. Je mine un “oh !” silencieux lorsqu’il me taquine en affirmant que je le suis.

– Une dette ! Moi ? Je nie avec effronterie et amusement. Libérée du carcan des bonnes manières et de ma bonne éducation, j’oserais bien des choses mais il n’est pas préférable que je libère mes pensées.   …je vous invite à voir Lord Varnier si ma dette est si élevée je ne saurais comment vous dédommager à part…vous offrir une faveur pour ces futures joutes. Pas sûre que je lui porte chance. En tout cas je viendrais avec plaisir vous voir….ainsi que les autres chevaliers. Une énième précision pour laquelle je me giflerais bien. Je ne vais pas dire que la victoire n’est pas grisante mais ce n’est pas ce qui va me faire apprécier un combat. Je préfère de loin un chevalier qui se montre pugnace et endurant même s’il finit par perdre. Vous voyez même si vous vous jugez piètre combattant vous avez des chances de me plaire….aux joutes.

Ce qui me ramène à me demander si c’est pour cette raison que lady Chantecoq ne l’avait pas accompagné au tournoi. Parce qu’il n’était pas bon combattant !

– Peut-être que j’aurais un jour le privilège de vous entendre chanter avec Leonna. Je danse mal mais me débrouille parfaitement bien au chant. Aucune vantardise de ma part, mais c’est peut-être l’une des seules qualités que je possède si je devais faire un bilan de toutes les choses que j’ai dû apprendre pour la parfaite éducation d’une lady. Challenge relevé dans ce cas. Si l’occasion d’un autre banquet se présente, vous me ferez danser à vos risques.

Ce qui suit ensuite me plongea doublement dans l’embarras. S’il m’avait vu rougir, là je suis écarlate de honte pour ne rien avoir compris. Les compliments ne sont pas ce que j’entends souvent, surtout avec des frères. J’ai pris l’habitude de me considérer comme quelconque et j’avoue ne pas me préoccuper plus que cela des dernières choses à la mode de Port Réal. Il n’y a qu’ici où Père a insisté pour que je sois plus présentable qu’à l’ordinaire, prétextant qu’on ne pouvait pas faire n’importe quoi quand le Roi est présent. Tsss, je ne suis pas dupe et la raison cachée à cela, c’est l’espoir d’une alliance. D’ailleurs Ser Garrett le relève bien lui aussi. La Maison Varnier est un bon partie…erk j’en ai la nausée.

– Je suis …décidemment bien loin de m’imaginer que je pourrais susciter de tels intérêts… Répondais-je en baissant les yeux, gênée. … et que vous vous considérez comme étant “heureux” de partager ce moment en ma compagnie.

J’avoue que je me sens chanceuse également, la compagnie du chevalier est loin d’être désagréable, j’aurais pu tomber sur pire et moins joli garçon. Mais ne rêvons pas, le chevalier n’est pas libre et je me fais violence en abordant le sujet de cette épouse qu’il doit cacher quelque part.
Seconde grosse bourde mais alors la grosse grosse bourde.
A peine ai-je fait allusion à lady Chantecoq que Leonna se met à sangloter et se réfugie contre Garrett. Lorsque j’en comprends le sens, je ne sais quoi dire sur le moment. Je peine à avaler ma salive en la voyant pleurer.

– Je suis….si confuse. Me pardonnerez-vous d’avoir fait remonter un si triste souvenir…je ne sais comment réparer cette maladresse. Je croyais…vous êtes…si… ça restera sans suite. Si quoi ? Attirant ? Charmant oui c’est ça charmant qu’un tel homme ne peut être qu’un heureux époux en plus d’être un père. J’approche ma main des boucles de la petite fille. Je ne peux que la comprendre, il m’a fallu tellement de temps pour oublier le chagrin que la disparition de mère a laissé.

La voix de Garrett s’élève comme une caresse pour apaiser la petite fille. Ma main reste suspendue, effleurant à peine la chevelure lorsque la mélodie chantée fait remonter des souvenirs oubliés.
Je lève les yeux sur le chevalier, gardant pour moi ma tristesse mais affichant surprise et émerveillement.

– Ce chant…mère me le chantait également les nuits d’orage….je l’avais oublié… mon regard se porte sur l’enfant, que je tente à mon tour d’apaiser en accompagnant Garrett à mesure que les paroles me revenaient en mémoire.

Lorsque la petite fût apaisée, je m’excuse une fois de plus, tentant d’apporter une explication quand Leonna oubliait son chagrin en observant la progression d’une chenille.

– Je ne savais pas Ser Garrett…et je suis navrée d’avoir été la cause de ce chagrin. Je ne peux que savoir combien cela lui est difficile, j’ai moi-même perdu… Mère qui reste dans ma gorge. au même âge que Leonna…Surtout ne vous m’éprenez pas Ser…mais j’ai cru que vous ne pouviez être que marié…vous êtes si…charmant…drôle…vous devez croire que j’ai des pré-sujets sur la gente masculine…je me sens idiote…mon Dieu que c’est gênant.

Au moins il aura la suite même si l’explication est aussi branlante qu’une vieille bâtisse.

Je ne sais pas vous mais moi je boirais bien quelque chose après toutes ses émotions.

© Justayne



Blanche est l'hermine - Pure est notre cœur.
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett]

Revenir en haut Aller en bas

Coq, poussin et Hermine [PV Garrett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Poussin de sucre ou de sel [PV]
» L'oursin et l'hermine. [Pv Annie.]
» [Thème 5] Quand un Poussin devient Serpent (Mis)
» maureen (+) c'est l'histoire d'un poussin qui voit un poussin qui en pousse un.
» [Vicomté] Sainte-Hermine - Choupi22

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Harrenhal-