RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Val et dans l'Orage.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes du Val et de l'Orage.

Robert Baratheon, Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn,
Quellon Greyjoy et Doran Martell sont très attendus.

Partagez|

Coq, poussin et Hermine [PV Garrett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Newbie
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 291
Avatar : Jaimie Alexander
Date d'inscription : 10/05/2017

MessageSujet: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Mar 13 Juin - 22:00



Coq, poussin et hermine Garrett, Leonna, et MinaLes festivités autour d’un tournois tel que celui d’Harrenhal, ne se déroulent jamais sur une seule et même journée. Imaginez la chose, si cela devait commençait dès l’aube et se terminait au coucher du soleil…les trajets ne se font pas encore à vol d’oiseau ou par simple évocation d’une formule magique pouvant vous transporter d’un point A à un point B. Non hélas, les vols aériens n’existent bien que pour les oiseaux. Quant à la magie ? Je ne crois que ce que je vois. En tout cas, à moins d’être déjà sur place, je vois mal un tournois durer seulement un jour, c’est pour cela que j’aime lorsque nous quittons notre domaine, je suis toujours ravie parce que je sais que nous partons pour plusieurs jours. Même si l’inconfort des routes rend le périple moins agréable, il me donne malgré tout l’illusion de voyager…de démarrer une nouvelle aventure.
Le tournois d’Harrenhal est donc cette nouvelle aventure sur plusieurs jours de festivités, alternant joutes et banquets au fil des jours. J’avais pu déjà voir une partie des joutes et participer au banquet qui s’en suivait. Quelle soirée mémorable quand j’y songe à nouveau.

Harrenhal a cet avantage de posséder des jardins, un immense domaine au bord du lac l’Oeildieu. L’heure était propice à la promenade, j’avais cette liberté encore de pouvoir le faire seule après avoir assuré père que je ne m’attarderai pas trop longtemps. Les joutes devant reprendre, père tenait à ce que je sois à ses côtés. Faire-valoir de la Maison Varnier, qu’il souhaitait mettre en avant autant que mon frère Byron pouvait s’illustrer durant les joutes. J’avais cruellement besoin d’air pour chasser cette étiquette de fille bonne à marier, la promenade sera mon exutoire. Mes doigts ont hésité à prendre pour compagnie ma dernière lecture. Celle-ci resta dans ma chambre de façon à m’assurer un retour à l’heure. Avec un livre, j’étais certaine d’oublier le moment où il me fallait rentrer. Autant éviter si je voulais par la suite être autorisée à me balader seule dans les jardins.

Enfin seule, c’est assez relatif. Je ne dis pas que vous croisez quelqu’un à chaque pas mais que cela soit des badauds comme moi ou des serviteurs affairés à l’entretien, vous croisez forcément quelqu’un. Pour qui n’a pas l’habitude, les jardins peuvent vite se transformer en labyrinthe sans sortie parce que vous tournez en rond un bon moment avant de retrouver votre chemin. Je crois bien que c’est ce qu’il m’arrive. M’égarer. Vous voyez je vous disais que c’était une aventure. Enfin je fais d’un rien une aventure.
Un sourire aux lèvres, sentant de ci de là un bouton de fleur prêt à éclore ou jouant avec un papillon volage, je ne désespérai pas de retrouver mon chemin.
J’allais pour sentir une autre fleur plus loin lorsque les pleurs d’une petite fille me firent me raviser et guidèrent mes pas jusqu’à elle.

Assise sur un banc en pierre, ses pieds touchés à peine le sol. Joliment vêtue et coiffée, elle redressa la tête, essuya ses joues quand elle m’aperçut.

– Bonjour. Pourquoi une aussi jolie petite fille comme toi pleure ?
- Je…je suis…perdue…je courais et…et quand j’ai…j’ai voulu retrouver mon papa…il…il n’était plus là. Dit-elle en sanglotant.
– Et bien je vais te dire un secret…je me suis également perdue. Moi je ne courais pas mais les fleurs, les papillons m’ont entrainé de pas en pas jusqu’à toi. Les fleurs ont dû entendre tes pleurs et elles m’ont indiqué le chemin.
Je n’ai pas de mouchoirs sur moi mais je prends le relais de ses petites mains pour sécher ses joues.
– Mais si vous êtes perdue vous aussi…je ne reverrai pas mon papa !
J’avoue qu’elle n’a pas tort mais je suis d’un naturel optimiste puis nous ne sommes tout de même pas en pleine forêt.
– Oui regarde à nous deux nous avons beaucoup plus de chance de retrouver le bon chemin. Je lui attrape la main pour la faire descendre de son banc. Allez viens, on va chercher ton papa ensemble…et notre chemin. Comment t’appelles-tu ? Moi c’est Mina.
– Leonna,…
Ses doigts se referment dans les miens en se serrant.
– Tu sais ce que je me dis quand il m’arrive de me perdre comme maintenant. Que c’est une grande aventure qui s’offre à moi. Que je vais découvrir des choses nouvelles comme tous ces papillons qui m’enchantent par leur couleur. Tu vois comme ça cette petite mésaventure devient vite plus intéressante.

Nous échangeons nos points de vue comme ça sur un long moment jusqu’à ce qu’elle s’écrie tout haut :
– Pèèèère.
Je tourne le visage sur la silhouette qui s’approche, la reconnais en même temps que je répète le même mot que la petite Leonna,.
– Père !!?? Vous ?  
© Justayne



Blanche est l'hermine - Pure est notre cœur.
 



Dernière édition par Mina Varnier le Ven 23 Juin - 21:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Chantons Fort
Voir le profil de l'utilisateur
Corbeaux : 115
Avatar : Peter Mooney
Date d'inscription : 02/04/2017
Localisation : Actuellement à Harrenhall

MessageSujet: Re: Coq, poussin et Hermine [PV Garrett] Ven 23 Juin - 19:41





"Symphonie des bois"


Mina & Garrett










[justify]Le tournoi d'Harrenhal s'étendait sur plusieurs jours et, de part ses aptitudes relativement discutables quant aux joutes, Garrett se fit sortir lors du premier jour, pire encore, lors de son premier combat. Cachant la honte et la colère qu'il avait contre lui-même, l'homme s'était rendu au grand banquet où, d'agréables rencontres, discutions et retrouvailles lui firent retrouver le sourire et la bonne humeur. Bien entendu, sa très chère fille y était aussi pour quelque chose. Comment pouvait-on résister au regard tristounet de son propre enfant essayant de nous réconforter ? Les mots n'étaient peut-être pas les meilleurs, mais l'intention, les étreintes et les larmes, tout ça avait de quoi renforcer le cœur du chevalier défait, qui ne pouvait bien évidement pas rester affligé par cela si longtemps, non, le but premier de son existence était de voir sa chère Leonna heureuse et rayonnante, comme tout bon père qui se respectait, de son point de vue.

Le grand banquet avait finit par fatiguer la jeune fille qui ne se réveilla que tard dans la matinée, avec des petits yeux et une petite voix, qui ne l'empêchèrent pas de prendre avec amour son paternel dans ses bras sitôt l'avait-elle aperçu dans ses appartements. Un brin de toilette lui fit fait et, après avoir mangé un bout, l'idée d'aller se promener dans les magnifiques jardins fut émis par le chevalier, afin de jouer un peu de la musique, tandis qu'elle pourrait l'accompagner au chant et à la danse. La petite famille avait toujours eu cette passion commune pour la musique, ce qui ne cessa de les rapprocher au fur et à mesure. Passion qui fut d'ailleurs partager par lady Denyse Hightower qui était, comme une sorte de tante par la jeune fille, qui lui inculqua les bases de la danse, ce qui ne put que la rendre grandement heureuse. Leonna apprit d'ailleurs petit à petit à jouer de la flûte auprès de son père, chose qui ne leur procura que de plus en plus de moments privilégiés. Dans tous les cas, les petites escapades père-fille pour trouver un coin sympathique où se poser tranquillement pour jouer et profiter du paysage étaient quelque chose qui arrivait régulièrement et qui plaisait énormément à la jeune fille.

Ainsi, quelle ne fut pas sa joie de découvrir les beaux jardins conflanais. Oh, bien entendu, Leonna avait l'habitudes des luxurieux jardins de Hautjardin et, je ne prendrai peut-être aucun risque en vous disant qu'aucun jardin ne pourrait un jour les égaler, mais, cela n'empêchait pas la fillette de s'extasier devant tout ce qu'elle voyait. Ces variétés de fleurs qui lui étaient encore inconnues, ces papillons ou encore ses insectes qui menaient tout tranquillement leur vie au milieu des Hommes dont, la plupart, ne faisaient guère attention à leur existence. Elle, cependant, voyant presque tout, sauf peut-être ces promeneurs et ces domestiques dont elle manqua quelques fois de bousculer par mégarde, un peu trop captivée par une fleur ou une libellule, sous le sourire bienveillant de son père aimant.

Après un bon moment d'extase et de découvertes, la petite famille finit par trouver un banc avec une vue magnifique sur un paysage enchanteur, où, pour combler le tout, une légère brise leur arrivait de face, malgré ce labyrinthe émeraude qui les entourait. Le chevalier dégaina le luth qui était encore en bandoulière dans son dos pour commencer à jouer et à chanter des morceaux dont sa petite princesse raffolait tant. La voir danser et chanter à ses côtés avait toujours quelque chose de particulièrement enivrant. Comme si, à chaque fois, il s'agissait d'un moment unique, ancré fermement dans ses souvenirs. La voir si heureuse en partageant la passion de son père, cela lui aurait presque resserré le cœur à chaque fois, lui aurait presque fait verser une larme, mais, à la place, le Chantecoq se contentait de sourire bêtement en la regardant, tel un père, fier comme personne de son petit trésor.

Le temps ne semblait guère avoir d'emprise nos deux amis, si bien qu'aucun des deux n'aurait su vous dire combien de temps ce moment presque enchanteur dura. Cela aurait certainement pu continuer jusqu'au crépuscule si une voix familière ne fit sortir le père de sa légère transe. Un seigneur du Bief qu'il connaissait bien et qu'il vint saluer, vantant au passage sa dextérité, luth à la main. Les mots continuaient à s'échanger, les nouvelles, les anecdotes, les petits tracas, si bien que, l'attention de Garrett se focalisa un petit moment sur son ami et non sur sa fille, à tel point que, lorsque son regard se posa à nouveau sur sa chère fille, celle-ci avait disparu. Sans doutes s'était-elle mis à la poursuite d'un quelconque papillon et s'était aventurée un peu trop loin. S'excusant auprès de son ami, le chevalier remis son instrument dans son dos pour partir à sa recherche, se perdant sans le moindre mal dans ce dédale des plus agréables. Il ne se faisait guère de soucis pour sa chère enfant, certain que quelqu'un finirait bien par la retrouver, l'aider, ou au mieux, la ramener dans ces appartements. Les disparitions étaient bien loin d'être monnaie courante dans ce genre de rassemblements et, la petite était sûrement recroquevillée sur elle-même dans un coin en train de pleurer, se pensant perdue. Tiens bon ma fille, j'arrive. Sa seule pensée était de la prendre dans ses bras pour la réconforter, tout simplement. Avait-il, malgré tout, une confiance un peu trop grande envers l'espèce humaine ? Sans doutes.

Il fallait une bonne poignée de minutes d'errance pour qu'une petite voix, qu'il aurait su reconnaître dans un brouhaha gargantuesque, se fit entendre, suivi rapidement par une petite foulée et quelques larmes, pour qu'enfin, cette petite silhouette vienne sauter dans des bras qui l'attendaient avec amour, sous le regard amusé et joyeux du père. Cependant, ce à quoi il ne s'était pas attendu, ce fut une seconde voix, qu'il n'aurait pu oublier si vite. Une certaine Mina Varnier, une jeune femme rencontré la veille lors du banquet, qui en plus de l'avoir bousculé deux fois dans la foule, lui avait renversé un verre de vin sur sa tunique blanche. Une femme d'une incroyable beauté, aux yeux inoubliables, mais surtout, au sourire si chaud, qu'il semblait capable de refermer n'importe quelle plaie qu'un cœur pouvait souffrir. Malheureusement, la petite fille semblait immunisée à ses effets, mais, après réflexion, peut-être que seuls les hommes pouvaient profiter de pareilles propriété enchanteresses, en effet, il semblait fort difficile de ne pas être comblé en voyant pareil spectacle se dessiner devant vous. Attrapant avec attention sa jeune fille, Garrett la souleva pour l'étreindre affectueusement, riant légèrement en la voyant si câline, susurrant quelques petits mots pour tenter de la rassurer avant de tirer un tissus de sa poche pour lui essuyer ses quelques larmes. « Voilà, c'est terminé, je suis là maintenant. Ne t'ai-je pas dit de ne pas t'éloigner trop loin de moi ? Tu finis toujours par te perdre, jeune fille. » « Mais ! Père ! Il y avait ce papillon que j'ai suivi et, je me suis égarée ensuite ! » Riant doucement à ces mots, l'homme l'embrassa sur son front pour la reposer au sol pour finir par observer cette apparition survenue face à lui. « Dame Mina, c'est toujours un plaisir que de vous voir, voyez, dans le doute, j'ai opté pour une tenue noire, évitons les verres de vins égarés. » Écartant les bras avec une certaine malice sur le visage, Garrett fit un tour sur lui-même pour montrer sa tenue, presque entièrement noire, si ce n'était le blason de sa famille et ses plumes colorées. « Je vois que vous avez fait la connaissance de ma fille, je vous remercie pour vous en être occupée. Je suppose que … Cela effacera cette première impression que j'ai eu de vous, lors du banquet. » Riant à nouveau, sans la moindre honte, il finit par reprendre d'un ton un peu plus sérieux, toujours souriant avec grande douceur. « Dans tous les cas, madame, vous êtes resplendissante sous le soleil, je suis presque certain que vous avez fait quelques malheureux en marchant dans ses jardins avec Leonna. » Un nouveau rire, peu étouffé s'échappa de ses lèvres avant que son attention ne vienne se reposer sur sa chère fille, sur qui il posa une main chaleureuse. « Dites-donc, jeune-fille, il me semble que vous avez oublié de remercier dame Mina, allons, un peu de bonne conduite. » Essuyant ses dernières larmes, la jeune fille fit une petite révérence en remerciant poliment sa bienfaitrice et, rapidement, l'héritier Chantecoq rajouta quelques mots pour l'héroïne de la journée. « Ainsi, vous aussi vous êtes curieuse de découvrir les jardins des châteaux dans lesquels vous séjournez, ceux-ci sont resplendissants. »

Code by Sleepy
Revenir en haut Aller en bas

Coq, poussin et Hermine [PV Garrett]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Poussin de sucre ou de sel [PV]
» L'oursin et l'hermine. [Pv Annie.]
» [Thème 5] Quand un Poussin devient Serpent (Mis)
» maureen (+) c'est l'histoire d'un poussin qui voit un poussin qui en pousse un.
» [Vicomté] Sainte-Hermine - Choupi22

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Harrenhal-