RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Conflans, les Îles de Fer, l'Ouest et le Bief.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.
Nos Super-PV

Hoster Tully, Maege Mormont, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
, Robert Baratheon et Doran Martell sont très attendus.
Les Super-Scénario

Symon Chelsted, Gladden Wylde & Mathis Rowan
sont très attendus par leur créateurs.

Partagez|

Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Dame de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur


Surnom : L'étoile Rieuse
Corbeaux : 264
Dragons d'or : 215
Statut Maritale : Célibataire | Eprise d'un loup du Nord et enceinte de se dernier
Avec : Eddard Stark
ft. : Katie McGrath
Copyright : Avatar - Sweety Plum
Autres Comptes : Rhaegar Targaryen - Melhavak - Emphyria Vance
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Les Météores
Métier : Dame de la maison Dayne
Possessions :
House Dayne
Spoiler:
 


Message Sujet: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Jeu 22 Juin - 12:49


Que la nuit entende ma solitude

Talia Vanbois & Ashara Dayne



Elle aurait pu rester au milieu de la foule, danser comme a son habitude, seule ou bien accompagné d'un bras qu'elle aurait prit a la volée. Mais pourtant, après avoir danser avec son frère le coeur de l'étoile n'était plus a la joie. Pour garder bonne figure, elle n'avait en aucun cas cessez de sourire, elle avait juste poliment décliné toute invitation de danse pour sortir dans les jardins qui n'avait rien de joyeux. Elle les avait déjà vu ses jardins, elle les avait déjà visité de jour, a cet instant elle avait pu leur trouvé un certain charme mais la, avec la nuit qui beignait tout dans l'obscurité, ce n'avait plus rien d'aussi charmant. Le temps d'un instant, Ashara alla presque jusqu'a regretter Port Réal et Peyredragon. Bien qu'elle détestait ses lieux, les jardins étaient toujours beaux et beigné de lumière que ce soit du soleil ou des torches. Cette nuit la, à Harrenhal, alors que la lune était presque pleine, les jardins étaient seulement illuminé de la lumiaire lunaire, leur offrant un aspect fantomatique qui n'avait rien pour rassurer les rumeurs comme quoi le lieu était maudit.

Toutefois l'étoile oublia rapidement le lieu où elle marchait, ce n'était certainement pas le plus important pour elle. Seules les tristes pensées de l'étoile comblait la solitude qu'elle s'était elle même imposé en quittant les festivités. La dornienne avait vaguement prit le temps de saluer sa princesse et amie avant de l'abandonné. Qu'elle pietre dame de compagnie était elle, elle qui avait jurer de la suivre partout, elle allait bientot l'abandonné pour des raisons personnels et retourner en la patrie qui l'avait vu naitre. Pourquoi fallait il que cela arrive maintenant? Pourquoi fallait il que sa mère tombe affreusement malade au moment le plus difficile de la vie d'Elia. Une deuxième couche pouvait il etre fatale et elle ne serait pas la pour la soutenir; elle ne serait pas la pour faire son devoir en tant qu'amie et suivante. Déchirée entre le devoir et sa famille, une larme puis une deuxième coula silencieusement sur les joues de l'Etoile des Météores qui avait finalement pris place sur un banc.

Arthur était il déchiré entre les même questions? Elle ne le savait pas, ils n'en parlaient jamais ensemble, car après tout il avait juré de servir la famille royale. Sa place n'était donc plus vraiment au-près des Dayne, sans doute ne pourrait il même pas se déplacer pour dire au revoir a celle qui leur avait donné la vie. Cette pensée déchira le coeur d'Ashara qui n'avait jamais été vraiment proche de ses parents jusqu'au jour de leur mort. Son père avait été le premier a les quitté, laissant leur frère ainé prendre la tête de la famille, son père avait été le premier qu'elle n'avait que vaguement pleuré alors qu'il avait fait bien des choses pour elle. Sans lui, jamais elle n'aurait connu Elia, jamais elle n'aurait été sa dame d'atour puis sa dame de compagnie. Elle ne serait resté qu'Ashara Dayne, fille de la majestueuse maison Dayne, main a vendre au plus offrant pour enfanter.

Le fil de sa pensée fut interrompu par le bruit de pas foulant les graviers de l'allée dans laquelle elle était assise. Essuyant rapidement ses larmes vagabondes, Ashara tourna la tête vers la zone bruyante.

-Qui va la?


A maid with laughing purple eyes
When the night has come That I've lost my way around You're my light against the darkness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Val
Voir le profil de l'utilisateur

Corbeaux : 225
Dragons d'or : 1085
Statut Maritale : Célibataire
ft. : Caitlin Stasey
Copyright : kid on holiday
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Lun 31 Juil - 1:50


Un bol d'air frais...

Talia & Ashara



La journée fut des moins agréables, sauf les retrouvailles avec Daryn, qui l’éclairaient quelque peu. J’avais encore en tête les remontrances de mon père, ayant constaté mon absence, après la deuxième partie des joutes. Il n’avait cessé de vociférer des menaces en tout genre, incluant mon avenir en tant que Lady et qu’il n’aurait aucune hésitation à accepter le premier prétendant venu, ignorant royalement mes attentes. Je n’avais pu m’empêcher de sangloter, en essayant de le raisonner et en le suppliant que je me montrerais digne de lui. Mais en étais-je capable ? Je ne voulais pas me risquer une heure de plus à scruter ces joutes, n’y trouvant aucun plaisir à voir des hommes combattre sans raison, pour un brin de dragon d’or ou de gloire. Je n’y voyais que la violence, cette envie de blesser l’autre et non l’honneur qui symbolisait apparemment cet évènement. Pourquoi ne pouvais-je pas simplement participer aux banquets et non à cette barbarie ? Pourquoi devais-je être paradée de cette manière ? Etais-je devenue une sorte de bétail qu’on aimerait vendre aux meilleurs prix ? Je craignais le pire, je n’avais aucunement envie d’être marié à un homme ne me portant aucun intérêt à part la gestation d’un potentiel héritier. Parfois, il m’arrivait d’envier le sexe opposé, pouvoir être mon propre arbitre et n’être pas juste ce maudit pion. Pour autant, je n’enviais pas la place d’Elbert, il était dans une situation des plus particulière, pouvant perdre du jour au lendemain pouvoir et prestige et n’être qu’au final un chevalier du Val parmi tant d’autres. Mais au final, perdre d’aussi grande responsabilité pouvait sonner aussi avec la liberté d’entreprendre et pourquoi pas de voyager. Je n’aurais jamais ce luxe, sauf si j’épousais un cadet et qu’il avait des rêves d’aventure. Je restais néanmoins une femme et l’aventure ne faisait pas partie de ses droits. Père m’avait sans cesse répété ma place, celle de me taire et d’être juste une bonne épouse docile. Le temps de l’enfance me manquait, à cette époque, je voyais le mariage comme quelque chose de grandiose et de romantique. Pourtant, la finalité n’était pas la romance, mais une alliance sans garantie qu’un lien particulier unisse les deux parties. Puis, jeune, je rêvais d’être la dame du val au côté d’Elbert, car même si je devais être à ma place, les sentiments m’auraient permis de m’épanouir.

Ce rêve n’existait plus désormais, Elbert ne serait pas mon époux et quelqu’un d’autres prendra sa place que je le veuille ou non. C’était dans cet objectif que je me préparais pour le banquet et espérant calmer mon père au passage par une présence éblouissante. Certes, je n’étais pas particulièrement à l’aise en public, mais il suffisait d’entendre un brin de musique, pour que je cesse de me tourmenter des personnes autour et que la danse se fasse naturellement. Je me vêtis d’une longue robe verte aux couleurs de la maison Vanbois, rehaussant mon teint et brillant à la lumière des chandelles. Je portais à mon cou, le symbolique collier de la maison et serti d’une émeraude. Mes cheveux avaient été coiffés d’une manière à convenir à la mode établie dans le sud, permettant de libérer pleinement mon visage et de laisser ma crinière brune vacillée dans mon dos. Je fus escortée par des gardes de la maison Vanbois jusqu’au banquet, au bras de mon père, qui essaya de me présenter à différents seigneurs étant soit célibataire ou ayant des fils prêts à être épousé. Mon teint se colorait petit à petit, laissant entrevoir à ce petit monde, ma gêne grandissante. Même si mon père faisait la discussion et que j’acquiesçai la plupart du temps, je n’arrivais pas à être à ma place. Ainsi, tandis que mon père regardait l’assistance pour repérer une éventuelle maison comparable aux Vanbois, je fis part de mon envie de prendre l’air. Je n’eus droit qu’un regard de travers et une parole dénuée de toute chaleur me disant de faire vite. Vite comment ? Ce n’était pas comme Harrenhal était minuscule et que la salle s’enjambait facilement. Je hochai simplement la tête, ne souhaitant en aucun être responsable d’une énième dispute avec lui et ne voulant pas l’humilier en public. Avec son autorisation, je me dirigeais sans mal vers les jardins, bordant la salle où régnait une atmosphère festive. Je ne fis pas attention aux différentes personnes sur mon passage, souhaitant au maximum éviter de croiser une présence amicale. Je voulais me retrouver seule, oublier cette mise en avant. Cela ne me représentait pas et ces regards inquisiteurs m’avaient fortement perturbé. Que cherchait-il au juste ? Avait-il tant besoin de tailler mon corps de cette manière ? On me disait jolie, cela devait normalement leur suffire et j’étais de loin discrète et silencieuse comme on le demande à une jeune femme. Je n’osais me retourner, de peur de voir mon père discuter avec un vieux seigneur veuf… C’était bien ma hantise de me retrouver au bras et surtout au lit avec un homme pouvant être mon père. Je trouvais cette idée dérangeante et légèrement contre nature.

L’air frais de la nuit eut le don de calmer mes craintes et d’oublier un instant la raison de ma présence à cette farce. Les frissons que me procurait ce changement de température n’avaient rien de désagréable, bien au contraire. J’avais l’impression de respirer à nouveau et la musique lointaine du banquet me fit sourire. Cela devait être une belle soirée, je ne devais en rien me lamenter de la sorte. Peut-être qu’avec chance, mes attentes seraient un minimum comblé et je pourrais espérer une vie un peu plus réjouissante. Mes pas foulaient les graviers et je laissais mes yeux s’attarder sur le décor végétal autour de moi. Seule la lune éclairait d’un éclat argenté les différentes floraisons et arbustes dans les allées. Cette lumière semblait presque surnaturelle, les feuilles prenaient une couleur légèrement fluorescente et une légère brume m’empêchait de percevoir au loin la suite des jardins. Ainsi, en entendant une voix venant de nulle part, je ne pus m’empêcher de sursauter, craignant qu’il s’agisse d’un fantôme. Même si ces rumeurs paraissaient pour le moins absurde, cette forteresse ne me disait rien qui vaille et ce n’était pas un hasard que les derniers occupants aient perdu la raison. Seulement, il ne s’agissait pas d’un quelconque spectre, mais d’une jeune femme assise près d’un banc, le regard à la recherche de l’intruse. Sans plus attendre, je repris un brin de respiration, avant de me présenter à cette jeune inconnue. « Talia Vanbois, j’espère ne pas vous avoir effrayé, j’avais besoin d’un bol d’air frais… » Même si le temps ne jouait pas en ma faveur, je ne pouvais éviter cette rencontre, alors autant la rendre agréable. En tout cas, le fait qu’il s’agisse d’une jeune femme, me mettait davantage à l’aise. Il aurait été étrange de croiser un homme, alors que j’étais seule. Cela me fit penser à la mise en garde de ce chevalier du Bief d’être toujours accompagnée de gardes. « Je ne m’attendais pas à rencontrer autant de personnalités à ce tournoi… Je me sens limite pas à ma place, et vous ? » D’habitude, j’aurais gardé le silence, mais le fait de parler à une inconnue nouait moins ma langue…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur


Surnom : L'étoile Rieuse
Corbeaux : 264
Dragons d'or : 215
Statut Maritale : Célibataire | Eprise d'un loup du Nord et enceinte de se dernier
Avec : Eddard Stark
ft. : Katie McGrath
Copyright : Avatar - Sweety Plum
Autres Comptes : Rhaegar Targaryen - Melhavak - Emphyria Vance
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Les Météores
Métier : Dame de la maison Dayne
Possessions :
House Dayne
Spoiler:
 


Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Mer 9 Aoû - 14:53


Que la nuit entende ma solitude

Talia Vanbois & Ashara Dayne



En temps normal, la douce étoile se serait amusé d'une nouvelle rencontre, elle aurait sourit et poser plein de question pour satisfaire sa curiosité débordante, toutefois, a cet instant, le coeur n'y était pas. Le jeune fille qui avait troublé le fil de sa triste pensée semblait avoir elle aussi du mal avec ses festivités. Lui accordant un leger sourire, pour reprendre la face un minimum, Ashara se décala sur son banc pour faire une petite place a l'inconnue.

-Ne vous inquiétez pas pour moi, j'ai juste été surprise.

Maintenant qu'elle pouvait véritablement la voir, la dornienne observa la jeune femme dont le nom ne lui disait pas grand chose. Elle n'était pas des plus douée pour la politique de Westeros. Elle connaissait les grands noms, mais de la a connaitre les autres maisons et d’où elles venaient, c'était une autre histoire. Cela n'avait jamais été l'une de ses priorités d'apprentissage, cela ne l'avait jamais intéressé et elle ne s'était jamais vu mariée. Pourtant tel était le destin d'une femme en ce monde : épouser un homme, sourire a la société, offrir une ribambelle d'héritier ingrats. Tragique destin auquel nul femme ne pouvait échapper, surtout elle qui était placé comme l'un des meilleurs parti disponible : Maison prestigieuse faite d'histoire, de descendance assuré, un jolie minois, une position auprès de la futur reine des Sept Couronnes...

-Ashara Dayne, ravis de faire votre connaissance. Talia est un jolie prénom, d'ou venez vous? Je ne suis pas tres au fait des maisons de chaque couronnes.

Au final, la présence de la demoiselle au physique aussi délicat que jolie occupait l'esprit tourmenté de la douce dornienne. Elle eut même un petit rire alors qu'elle inclinait la tête respectueusement après s'etre présenté. Toutefois, un soupire ne tarda pas a quitté les levres de la Dayne alors qu'elle songeait a sa place en ses lieux. Bien sur que non que sa place n'était pas ici, du moins c'était ce qu'elle pensait sur le coup, mais elle pensait aussi au fait que sa place était aux cotés d'Elia, que son devoir devait guidé ses pas si un jour elle voulait se faire a l'idée qu'elle devait se marier.

-Je rencontre souvent beaucoup de personne a la capitale, mais il est vrai que j'ai fais des rencontres surprenante.

Un leger sourire, bien qu'en parlant de surprise surprenante elle parlait principalement des frères Stark. Eddard tout d'abord, qu'elle avait tout de suite apprecier pour sa timidité et sa simplicité, bien qu'au final a mieux y penser, ce n'était pas le mot exact qu'elle aurait utilisé pour le qualifié. Il était droit et noble, semblant etre un preux chevalier bien que dans l'ombre d'un frère aussi différent que la nuit l'était du jour. Brandon Stark, l'héritier de la maison Stark, audacieux jeune homme bien que sur l'instant, juste a l'idée de penser ce nom, elle avait envie de le gifler. De le gifler pour avoir oser etre comme tous les autres hommes, d'autant plus qu'il était fiancé. En soit il avait été sympathique et amusant, mais pour l'instant, elle avait du mal a relativisé les choses a l'égard de l'héritier des loups.

-A vrai dire, je ne sais pas si je suis a ma place ou pas. D'un coté il y a le devoir et l'envie, de l'autre il y a ma famille. Je me sens a ma place dans le sens où j'ai envie d'etre ici, d'etre aux cotés de la princesse Elia Martell, de parler davantage avec ceux que j'ai rencontrer comme Eddard Stark. D'un autre, j'ai envie rentrer chez moi, de voir ma mère avant que l'étranger ne la fauche.

Les mots quittaient naturellement la bouche de l'étoile rieuse. Elle n'avait jamais eu honte de dire ce qu'elle pensait, et au final, parler ainsi, dire le fond de sa pensée lui faisait du bien. C'était une inconnue et pourtant elle parlait sans songer a cela.

-Pardonnez moi de vous ennuyer avec cela, je parle énormement, c'est mon principal défaut.

Ashara eut de nouveau un leger rire malgré la tristesse du tableau qu'elle avait peint a la douce Talia.


A maid with laughing purple eyes
When the night has come That I've lost my way around You're my light against the darkness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Val
Voir le profil de l'utilisateur

Corbeaux : 225
Dragons d'or : 1085
Statut Maritale : Célibataire
ft. : Caitlin Stasey
Copyright : kid on holiday
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Jeu 10 Aoû - 13:19

Il y avait bien une raison pour que je ne me sente pas à ma place. Pour certains, ces événements devenaient habituels et ils trouvaient leur intérêt dans la boisson et les festivités organisées. Seulement, il s’agissait de mon premier événement de cette taille, accueillant des nobles de toutes régions. Même si j’avais déjà pu participer à des mariages ou à des rassemblements, c’était au sein du Val et rare était les personnes étrangères à cette région. Il n’y avait pas de différence de culture ou de méconnaissance de certaines maisons. Tout était simple, même si l’empressement de mon père était semblable à cette époque. Certes, moins pressé étant donné que je n’avais pas le même âge et que l’accident avait retardé la plupart de ses plans. Peut-être devrais-je m’excuser auprès de lui ? Mais à quoi cela rimait de regretter cette époque, ce n’était pas comme si je pouvais être responsable de cette attaque. Le fruit de cette mauvaise aventure était de la malchance, mettant en cause ces barbares. Ces clans avaient être aussi anciens que nos propres maisons, ils n’avaient pas acquis la bienséance et la civilité. Je n’arrivais pas à les comprendre, pourquoi ne pouvait-il pas s’habituer à notre mode de vie et cesser de se rebeller contre nous ? Certes, il avait la main mise sur certains convois, mais ils le payaient tôt ou tard. S’attaque à une maison aussi importante que les Vanbois au sein du Val avaient un prix, même si ce prix en question avait été donné par la main de l’héritier de la région, Elbert. Je levais légèrement les yeux au ciel pour cesser d’avoir ces pensées tumultueuses troublant le calme régnant dans ces lieux. La jeune inconnue m’accorda un léger sourire tout en se décalant pour me faire une place sur son banc. Cela ressemblant à une invitation à discuter et même si la solitude était une de mes spécialités, un peu de chaleur ne se refusait pas pour autant. Je pris place à ses côtés, réajustant ma robe au passage et fixant la jeune femme. Celle-ci me fit par de sa surprise en me voyant arrivée mais qu’il ne fallait pas que je m’inquiète davantage. Etant moi-même peureuse, je détestais qu’on me surprenne, ne pouvant m’empêcher d’avoir des sursauts de surprise. J’étais loin d’être courageuse, préférant rester dans ma zone de confort plutôt qu’affronter l’inconnu. Enfin, il m’arrivait d’en sortir comme maintenant, essayant de m’acclimater à cette foule et à ces nouveaux visages. En parlant de visage, ma voisine avait des traits fins, un nez sans défaut et des yeux défiant presque la réalité du fait de leur couleur fantaisiste. Il est vrai que je m’attardais un peu sur son regard que je trouvais atypique. Je n’en avais jamais vu de pareil, puis pour sublimer le tout, elle avait une longue chevelure d’ébène luisante à la lumière lunaire. C’était une belle femme, voir l’une des plus belles que j’avais pu voir à ce jour. Elle devait troubler plus d’un homme par sa présence et en entendant son nom, je fis le rapprochement avec un garde royal, célèbre dans son genre : ser Arthur Dayne. Avait-elle un lien de parenté avec celui-ci ? Je n’en savais rien, mais ils venaient tous les deux de la même maison et ne connaissant pas les traits de ce chevalier hors pair, je ne pouvais émettre une quelconque hypothèse.

Ashara complimenta mon prénom et me demanda mon origine. Elle avoua en toute honnêteté n’être pas au fait des maisons de chaque couronne. Je n’y voyais nulle offense, il était normal d’ignorer certains noms de maison, surtout que la maison Vanbois était connue au sein du Val, mais elle n’avait jamais été à l’origine d’exploit pour que ce nom voyage parmi les contrées. Certes, un de mes ancêtres avaient eu un destin tragique de la main d’un homme s’étant octroyé la légitimité d’une trône de Fer et ayant péri durant une bataille dont le nom ne me revenait plus. Les guerres ne portaient pas mon intérêt, mais mon père aimait souligner ce fait d’arme car cette ancêtre avait été connue comme étant une lame accomplie. Après tout, certaines leçon de son père semblaient rentrer d’une manière ou d’une autre. Ainsi, pour éviter de mettre mal à l’aise ma compagnie du soir, je rompis le silence pour répondre à son interrogation. « Je suis enchantée de vous connaître, Lady Ashara et je vous remercie pour ce compliment. Je suis originaire du Val, mais vous pouvez retenir que je suis la nièce de Jon Arryn, le suzerain de cette région. J’ai déjà entendu parler de la maison Dayne, du fait que l’un de votre famille appartient à la garde royale, mais ma connaissance s’arrête là. » Je n’étais pas du genre à vanter des connaissances inconnues à mes oreilles, je préférais être honnête et apprendre des nouvelles choses par ce biais.

La jeune femme émit un léger rire quand j’inclinai respectueusement ma tête. Il est vrai qu’il aurait pu s’agir d’une servante, mais au vu de son accoutrement, je n’avais pas douté une seule seconde de son appartenance à la noblesse des Sept Couronnes. Malgré tout, j’avais vu juste et il était normal que je montre des bonnes manières. Le sourire quitta les lèvres d’Ashara quand je fis par de ma place en ces lieux. Elle prit une mine réfléchie avant de s’exprimer à nouveau d’une voix agréable et soulignant ses propos d’un nouveau sourire. Ainsi, j’appris qu’elle séjournait d’habitude à Port Réal et j’étais bien curieuse d’en savoir la raison. Sa présence au sein de la capitale devait être due à une place importante. Elle fit part de rencontres surprenantes et pour le moment, ces événements m’avaient permis de retrouver un ami : Daryn Hersy et de revoir les anciens écuyers de Jon Arryn que je connaissais plus ou moins. Ce n’était que le début et peut-être que je pouvais espérer des rencontres surprenantes parmi tout ce monde. En tout cas, la jeune femme poursuivit ses paroles sur sa place et je l’écoutais attentivement. Aux côtés de la princesse Elia Martell, si tel était le cas, j’avais affaire à une grande dame. Je souris davantage en entendant le nom d’Eddard Stark, mais je le perdis en entendant la jeune femme mentionnée l’état inquiétant de sa mère. Le choix entre son devoir envers la princesse et sa famille ne devait pas être simple. Je n’enviais pas sa position et sa simple histoire permettait de relativiser sur la mienne. Je n’avais pour l’instant perdu aucun membre de ma famille et je n’osais imaginer le chagrin que me procurerait une telle perte ou pire d’avoir ouïe de l’état de ma mère et ne pas pouvoir assister à son dernier souffle. Cette simple pensée fit perdre un peu de ma bonne humeur.

Enfin, Ashara s’excusa pour se confier délibérément à ma personne et émit un léger rire pour certainement changer le sujet de conversation. J’eus un sourire rassurant, tout en m’exprimant d’une voix douce. « Vous n’avez pas à vous excuser, vos histoires ne m’ennuient pas et si vous avez besoin d’en parler, je serai ravie d’être votre oreille attentive. Je n’envie pas votre situation mais, si je pouvais donner mon avis, je vous conseillerai de penser à vous avant tout. » Parfois, il fallait être égoïste et il me semblait important d’être auprès de sa mère avant son dernier souffle. Surtout, que la jeune femme semblait dans ses propos proches de sa famille. Ne voulant pas détruire son jolie sourire, je changeais de sujet. « Vous savez quoi, mon principal défaut est opposé au vôtre, je suis gênée en public et je me mue dans un silence assez facilement... » J’émis un petit rire, il est vrai que cela ne se voyait pas en cet instant, j’étais beaucoup plus à l’aise avec une seule personne. « Je connais aussi Eddard Stark, il a été le page puis l’écuyer de mon oncle, c’est une personne de confiance ! Je n’ai pas de mauvais souvenirs en sa présence, c’est même tout le contraire, je le considère comme un ami, même si depuis son départ du Val, il a été difficile de communiquer avec lui. Comment l’avez-vous rencontré si ce n’est pas indiscret ? » J’étais enthousiaste dans mes propos et curieuse d’en apprendre plus sur cette jeune femme. C’était pour cette raison que le silence se faisait rare et que je laissais libre court à mes paroles sans avoir honte. J’espérais ne pas paraître trop indiscrète la concernant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame de Dorne
Voir le profil de l'utilisateur


Surnom : L'étoile Rieuse
Corbeaux : 264
Dragons d'or : 215
Statut Maritale : Célibataire | Eprise d'un loup du Nord et enceinte de se dernier
Avec : Eddard Stark
ft. : Katie McGrath
Copyright : Avatar - Sweety Plum
Autres Comptes : Rhaegar Targaryen - Melhavak - Emphyria Vance
Date d'inscription : 11/05/2017
Localisation : Les Météores
Métier : Dame de la maison Dayne
Possessions :
House Dayne
Spoiler:
 


Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Mer 30 Aoû - 13:19


Que la nuit entende ma solitude

Talia Vanbois & Ashara Dayne



Durant toute sa petite vie, même en étant a la couronne, jamais la douce étoile de Dorne n'avait véritablement rencontré de Valois. De ce fait, la jeune fille en face d'elle, qui répondait au doux nom de Talia était la première valoise qu'Ashara rencontrait. Elle semblait douce et agréable de compagnie, ce qui avait de ce fait le don de faire sourire la jeune dayne. En soit, aussi mauvais caractère pouvait elle être, la dame de compagnie n'était pas méchante, bien au contraire, elle était joyeuse et vive, cependant en aucun cas elle se laissait monter sur les pieds. A Dorne, une femme avait autant de chance qu'un homme d'etre importante, sa parole avait de la valeur alors pourquoi était ce différent dans les autres couronnes ? Cela avait toujours été un sombre mystère pour Ashara.

Souriante et loin de la tristesse qui l'avait assiégé quelques instant plus tot, la jeune fille observa l'autre demoiselle qui ne connaissait pas sa patrie. De sa région, l'étoile avait toujours été fière, louant les mérites a presque toutes les personnes qu'elle croisait, pour elle c'était tout a fait normal.

-Ma maison est une maison de Dorne, plus précisément des marches. C'est dans les Montagnes rouge, d’où le fait que nous ayons la peau plus pale que les autres dorniens. Je ne suis pas surprise que vous connaissiez mon frère, bon nombre de personne le connait de nom et de réputation. Il va jouter demain ! C'est pour cette raison que je suis présente au tournoi, en plus de ma condition de dame de compagnie. J'espère qu'il portera mes couleurs, j'ai toujours rever d'etre un jour couronné reine de beauté. Sans doute es ce naïf, mais l'espoir fait vivre.

Un rire quitta les lèvres de la jeune étoile alors qu'une nouvelle fois elle faisait preuve de sa verve excessive. Elle parlait trop, toujours trop, mais c'était ainsi qu'elle était née et jamais sa famille n'avait mis un frein a la parole de leur fille. Heureusement qu'elle était une pietre chanteuse malgré sa douce voix, sans doute cela aurait été différent.

-Comment faites vous pour garder le silence aussi facilement ?

Curieuse, l'étoile était, mais elle était surtout amusé de remarqué la différence entre elle et la valoise. L'une était trop bavarde, l'autre préférait le silence. Sur le papier, cela semblait fort étrange pour Ashara. Il y avait tant de chose a dire et décrire, tant de voix a entendre et tant de chose a partager ? Alors pourquoi se complaire dans le silence ?

-Je dois vous admettre que c'est quelque chose d'étrange pour moi, j'aime parler et entendre les autres parler. Même si ce n'est pour rien dit, la mélodie des voix est quelques chose de très agréable a écouté, sans pour autant parler de chants. Eddard est pareil que vous il ne semble pas parler beaucoup, bien que nous ayons put avoir une intéressante conversation !

En songeant au jeune loup du Nord, le rouge monta doucement aux joues de l'étoile qui eut un petit sourire en se souvenant que la douce Talia l'avait déjà questionné a ce sujet.

-C'est hier que je l'ai rencontré, il était tout seul, observant des chevaliers, je suis venue lui tenir compagnie. Je n'aime pas voir des gens seuls, quand j'étais enfant j'étais très timide et souvent seule. Donc maintenant, je viens souvent voir ceux qui sont seuls pour les pousser vers le monde. Et puis, Eddard Stark etait jolie garçon, alors sans doute cela a été un plus.

De nouveau l'étoile éclata de rire, d'un rire sincère et délicat, elle n'était pas pudique et disait toujours ce qu'elle pensait.

-Je suis enchantée de vous connaître Lady Talia, vous me tirez de ma tristesse grace à votre présence inattendue.

Sourire sur les lèvres, l'étoile regarda la demoiselle du val qu'elle venait de rencontrer et qu'elle appréciait déjà. En soit, il ne fallait pas grand chose à Ashara pour apprécier les gens, et de ce fait, Talia venait de passer l'épreuve haut la main, si seulement il existait une épreuve.



A maid with laughing purple eyes
When the night has come That I've lost my way around You're my light against the darkness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Val
Voir le profil de l'utilisateur

Corbeaux : 225
Dragons d'or : 1085
Statut Maritale : Célibataire
ft. : Caitlin Stasey
Copyright : kid on holiday
Date d'inscription : 05/04/2017

Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara Sam 2 Sep - 16:18


Un bol d'air frais...

Talia & Ashara



Etant donné que mes connaissances étaient moindres par rapport à certaines maisons éloignées du Val d’Arryn, la jeune femme m’informa sur ses origines et le lieu où résidait sa famille. J’avais en face de moi une dornienne, originaire des marches donc proches de la frontière entre Dorne et les terres de l’Orage ou encore du Bief. C’était intéressant, cela soulignait forcément un passé palpitant et annonciateur de personnes illustres lors de guerre éclatant auparavant, lorsqu’il n’y avait pas la maison Targaryen ayant unifié les royaumes. Elle mentionna que leur lieu d’habitation expliquée leur apparence différente des classiques dorniens à la peau halée. Effectivement, difficile de croire que la jeune Ashara avait des origines aussi sudistes si on n’avait pas connaissance de sa maison. Elle poursuivit sur son frère et sa réputation. Puis, que celui-ci allait jouter demain et que cela expliquait sa présence, en plus de son devoir de dame de compagnie. Elle espérait qu’il porte ses couleurs et qu’elle soit couronnée reine de beauté. J’émis un sourire compatissant, espérant que la jeune femme puisse jouir d’un tel titre. De mon côté, ce titre était loin de ma portée, étant donné que la seule personne pouvant m’attribuer un tel mérite, ne participait pas aux joutes. Ainsi, je m’exprimai d’une voix encourageante. « J’espère que votre frère brillera alors, il serait dommage que ce titre ne vous soit pas décerné, étant donné qu’il vous va à ravir. » Difficile de dire le contraire, Ashara avait des traits agréables, encadrés par une chevelure d’ébène et luisant sous la lumière lunaire. Puis, son regard était hypnotique et la couleur de son iris était des plus particulières. Elle était magnifique et ce n’était pas pour la flatter que je mentionnai que ce titre lui allait merveilleusement bien.

Son rire me sortit de sa contemplation, je n’étais pas habituée à autant de vivacité, mais cela restait agréable. J’avais l’impression d’être à côté du soleil même et il était difficile de ne pas être ébloui. Ainsi, la jeune femme me demanda comment je faisais pour garder le silence aussi facilement. J’émis un sourire amusé, tandis que je réfléchissais à la question. Depuis mon plus jeune âge, la parole n’était pas quelques choses d’habituel, celle-ci devait être sensée et utile. Puis, je n’étais pas autorisée à crier haut et fort mon avis, étant donné que je restais une femme et que mon avenir n’était pas en adéquation avec la politique. Ainsi, j’avais appris à garder ma langue dans ma bouche et n’exprimant mon avis que par le biais de mélodie. Ma voix n’était que secondaire et le silence avait créé une sorte de barrière. A force, je détestais m’exprimer en public, préférant largement hocher la tête que prendre part à un débat. Bien sûr, avec mes proches, ma langue se déliait et il m’arrivait de parler d’un tas de choses sans importance. Mais au bras de mon père, je voulais me montrer digne et ne pas le décevoir. Il était normal que je le brosse dans le sens du poil, étant donné qu’il serait l’investigateur de mon avenir et que j’espérais que son choix serait sage au vu de mon comportement irréprochable. Ainsi, avant que je n’aie pu partager mes pensées avec la jeune femme, celle-ci exprima son point de vue. Garder le silence lui était étranger, prenant plaisir à s’exprimer et à entendre les autres faire de même. Elle mentionna que Ned était pareil et je n’étais pas étonnée, c’était un point commun que nous partagions et cela nous avait fait rire maintes fois. « Difficile de vous répondre, si je garde si souvent le silence, c’est que je déteste m’exprimer en public. Puis, ce n’est pas ce qu’on me demande de toute manière… Vous savez, les femmes sont traitées bien différemment dans le Val d’Arryn par rapport à Dorne. » Je soupirais un instant, enviant Ashara et les coutumes de sa région prenant en compte les femmes. « J’ai une autre manière de m’exprimer, sans qu’on puisse me le reprocher : c’est la musique. » Je fixai un instant la belle avant de lui poser une question. « Pratiquez-vous cet art, lady Ashara ? Ou êtes-vous pourvu d’un autre talent ? » J’étais bien curieuse de savoir ce qu’une jeune fille dornienne apprenait. Est-ce que leur éducation était si différente de la nôtre ? Daryn m’avait fait part de son envie de voyager dans cette contrée, du fait du vin, du climat et de leur culture. Il est vrai que son intérêt m’avait rendue curieuse, ayant en tête que des stéréotypes.

Le sujet dériva vers la rencontre de la jeune femme avec Eddard Stark, un ami d’enfance. J’avais été curieuse de connaître les détails. Celle-ci semblait légèrement gêner et je remarquais sans mal cette rougeur sur ses joues. Ils s’étaient croisés hier tandis que le jeune loup observait des chevaliers, seul, la jeune femme avait voulu lui apporter de la compagnie. Ashara avait apparemment connu la solitude du fait de sa timidité et c’était pour cette raison qu’elle n’hésitait pas à aller vers des personnes seules. Enfin, l’autre motivation avait été que Ned était plutôt beau garçon et je ne pouvais dire le contraire. Je lui souris, tout en m’exprimant. « Il semblerait que cet endroit permette des rencontres inattendues ! »

Ashara éclata soudain d’un rire sincère et je l’accompagnai même si cet élan d’émotion était nouveau. Je n’avais pas comme habitude de me laisser submerger par mes humeurs, essayant de les cacher sous un faux sourire. Tout n’était qu’apparence et le contrôle de soi en faisait partie. Mais, il était plaisant de se laisser aller et d’écouter pour une fois son cœur. La dornienne était enchantée de me connaître et que ma simple présence lui avait permis de se sentir mieux. J’étais ravie si j’avais pu apporter un peu de joie et rendre sa soirée plus agréable. « Je suis ravie d’avoir pu apaiser votre peine. » Un sourire sincère se dessina sur mes lèvres, tandis que je poursuivais d’une voix plus lasse. « Je ne vous cache pas que votre présence est agréable et me permet d’éviter de rencontrer des potentiels prétendants… Mon père est pressé que je me trouve un époux et cela en devient presque gênant. » Mon regard se dirigea vers le ciel nocturne où des étoiles scintillaient. Je savais que mon père devait m’attendre quelque part et qu’il devait certainement s’impatienter. Mais, je n’avais aucune envie de le rejoindre et d’avoir l’impression qu’il me vende au plus offrant. « Que feriez-vous à ma place ? J’ai l’impression d’avoir aucune échappatoire et c’est frustrant. » Peut-être qu’un avis sur la situation, pouvait apaiser cette crainte.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara

Revenir en haut Aller en bas

Que la nuit entende ma solitude | Talia & Ashara

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Solitude, amie de mes nuit, et tombe, tombe la pluie... [Privé]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» La nuit du renouveau.
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]
» Dans la nuit noire (Pollo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Flashback-