RSS
RSS

Nous manquons de membres dans les Îles de Fer et le Val d'Arryn.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.

Hoster Tully, Rickard Stark, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
et Doran Martell sont très attendus.
Le nouveau système de vote aux top-sites a été mis en place.
Félicitations à Larra Ouestrelin qui devient administratrice !
Un grand merci à elle

Partagez|

Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Ven 14 Juil - 0:20


Retiens La Nuit

Cersei & Jaime



An 281, Lune 5, Semaine 4, Jour 28
Veille du Premier Tour du Tournoi d'Harrenhal.
Le soleil, d’un beau rouge mat, déclinait au loin, et perdait de l’éclat à mesure qu’il se jetait dans l'OeilDieu, tandis que les nuages glissaient sur lui. Ils l’effleuraient à peine, et lorsqu’il se mêlait à leurs vaporeuses volutes, ces derniers s’enfuyaient aussitôt – comme si sa rougeur courroucée les effrayait. Sa lutte continua encore quelques instants, avant qu'il ne s'avoue enfin vaincu. Dans son coucher rebelle, il décocha cependant une dernière flèche de lumière qui arriva droit dans l’œil du jeune homme, ce qui le fit se détourner du spectacle. Un instant ébloui par tant de lumière, il ferma farouchement les yeux, secoua la tête et tournant des talons, rien énervé, se retira dans le frais de ses quartiers. Sans grande conviction, il se servit un peu de vin dans un des gobelets d'étain qui dressait la petite table près de sa paillasse et l'avala d'un trait. L'alcool ne lui avait jamais véritablement fait d'effet, il était trop entrainé à la maîtrise de ses sens pour les laisser corrompre par les sournoises effluves. Pourtant, ce soir-là, il aurait payé cher pour un soupçon d'ivresse qui l'affalerait dans son lit, la bienheureuse béatitude l'enveloppant progressivement dans un sommeil sans rêves. Mais c'était illusoire. Il se connaissait trop pour savoir que, de toutes les nuits, celle-ci serait la plus blanche. Alors, avec un soupir désarmé, las de se battre contre lui-même, il ajusta sa ceinture et, d'un pas de loup, s'aventura au dehors.

Une brise fraiche l’accueilli, jouant dans ses boucles blondes et amenant un peu de couleur à ses joues qui s'étaient faites soudain très pâles. Quelque part venait de s'éveiller le son d'un luth : congédiés, sans doute pages et écuyers, servantes et ménagères, s'improvisaient une danse pour célébrer l'évènement qui réunissait leurs maîtres au cœur de terres que nombre, bien que non natifs, croyaient encore fermement maudites. Contre les fins rayons de lune, la forteresse aux pierres calcinées semblait plus menaçante que jamais, et lorsque ça et là, la lueur d'un flambeau venait guider des pas étrangers dans les dédales de couloirs, le souffle du vent autour des tours de Harrenhal prenait de méchants airs de plainte agonisante. Comme si, là haut dans quelque oubliette, le cadavre encore fumant de Harren Hoare criait sa rage de voir son chef d’œuvre à l'état de demi tombeau. « Quel charmant décors pour fêter l'anniversaire d'une jeune fille... » avait remarqué Jaime avec un sourire narquois, lorsque le cortège Lannister était arrivé. Même son cheval, une magnifique bête à la crinière d'argent, avait poussé un hennissement dédaigneux. Ses sabots claquaient fébrilement contre les dalles de la cour, et son cavalier avait eu toutes les peines du mondes à se maintenir en selle avec un tant soit peu de superbe, tant l'animal démontrait une folle détermination à quitter au plus vite les lieux. « Moi non plus, ça me m'enchante pas, mon vieux... Mais il va falloir en passer par là ! » Cependant, tout en caressant d'un geste apaisant l’encolure frémissante, il avait sentit une boule se former dans sa propre gorge. Le fait était qu'il ne s'agissait pas seulement d'assister, faute de participer, au tournoi organisé par lord Whent en l'honneur de sa fille - le plus grand et le plus somptueux de mémoire d'homme, selon les promesses de leur hôte confiant. Il s'agissait surtout, pour lui, de prononcer ses vœux et de promettre son épée et sa vie à la protection du Roi et de sa famille dès le matin du premier tour. En d'autres termes : d'abjurer ses droits d'héritiers et de descendance. Depuis l'annonce de sa décision, et durant tout le trajet depuis Castral-Roc, Jaime n'avait pas réussi à adresser un mot ou croiser le regard de Tywin. Il savait qu'il y lirait un mélange de colère et de tristesse qui le feraient flancher et qui, du même coup, jetterait l’opprobre sur sa personne et son honneur de tout jeune chevalier. Seul un échange furtif entre ses yeux et ceux de Cersei avait servi d'adieu, tandis qu'elle rejoignait les appartements installés pour elle et Tywin à l'intérieur de la forteresse. Son statut de chevalier et de futur Garde Royal l'obligeait, lui, à une des tentes dressées aux abords de l'arène des joutes.

Mais en cette veille de Destin, alors que sa vie s'apprêtait à basculer, il lui était impossible de rester sagement derrière les teintures pourpres brodées du Lion d'Or. Ce soir, il ne pouvait pas être seul. C'était au dessus de ses forces, et il n'y avait pour lui qu'une seule et unique source. Cependant, il du attendre deux rondes de gardes, et le passage de deux soubrettes encore en service avant de se faufiler dans la chambre aux lumières tamisées, dont il referma la porte avec son en tournant deux fois la clef. C'était une pièce spacieuse, suffisamment chauffée pour que son hôte n'y soit pas importunée par les courants d'airs, mais exposée à l'est pour recevoir les brises fraiches par deux fenêtres encore ouvertes. Le grand lit à baldaquins était déjà ouvert pour la nuit, mais la jeune fille n'y dormait pas encore. Ses longs cheveux blonds, brossés et lustrés par le soin de mains expertes, semblait faite de soie vive, tant les reflets d'or cascadaient sous la lueur du feu de cheminée. Les grands yeux verts scintillaient, comme deux émeraudes contre la peau velouté de son visage. C'était comme si elle avait su qu'il allait la rejoindre, et elle l'attendait, là, au milieu de la pièce. Sans plus de précaution, il mangea de deux pas les quelques mètres qui les séparaient et, sans aucune cérémonie, prit sa bouche qu'il ravagea d'un baiser fiévreux, désespéré où se mêlait le bonheur d'être enfin réunis et la douleur de savoir le moment unique car certainement ultime. Ses grandes mains, accoutumées nues à briser un fer à cheval, se posèrent avec une extrême délicatesse autour de sa taille, tendresse qui contrastait fort avec son geste d'amour violent et qui s'éternisait. A bout de souffle cependant, il fallu bien s'en détacher, mais il la maintint encore contre lui, enfouissant après un court instant de raison son visage dans la masse odorante de sa chevelure. « Dis-moi d'arrêter... » murmura-t-il contre son cou, ses lèvres cherchant sa peau. « Dis-moi de tout arrêter et j'irai trouver le Roi dès l'aube. Je lui dirai que je ne veux pas, que je ne peux pas... Dis-moi d'arrêter, Cersei. Dis-le moi... »

Dans le fond, Tywin pouvait vociférer, tempêter, s'égosiller autant qu'il lui plaisait que son fils ne l'écouterait pas. La seule personne qui pouvait encore arrêter le cours des évènements, c'était elle. Elle qui avait toujours su quoi dire, quoi faire. Elle qui avait depuis les premiers battements de cœur eu des droits sur lui. Il n'y avait qu'elle pour lui demander de renoncer à son projet. Elle n'avait qu'un mot à dire, un seul... Et tandis qu'il continuait de parcourir la peau de son cou d'une bouche qui se faisait plus brûlante encore, il quêtait...  
Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Lionne de l'OuestLa Lionne de l'Ouest
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : La lionne
Corbeaux : 709
Avatar : Claire Holt
Autres Comptes : Eddard Stark & Perros Gargalen
Date d'inscription : 19/06/2017
Localisation : Harrenhal
Métier : Dame de la maison Lannister

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Mer 19 Juil - 22:58


Retiens la nuit

Cersei Lannister & Jaime Lannister




Cersei était bien contente que le tournoi approche à grands pas. Il faut dire qu’à part le tournoi qui allait bientôt débuter, il n’y avait pas vraiment beaucoup d’occupation pour les dames. Les hommes encore, pouvaient toujours s’entraîner au combat. Cersei aimait bien regarder les entraînements quelques minutes. Voir leurs phalanges serrées autour de la garde de leur épée, la détermination dans leurs yeux, voulant défendre leur honneur devant leur adversaire, la crispation de leurs muscles, tout cela était un joli spectacle mais cela pouvait vite s’annoncer lassant alors, ça ne lui faisait pas la journée. Ils étaient arrivés quelques jours en avance et sa patience commençait à s’effriter petit à petit que les heures défilaient. Mais bon, c’était le dernier jour d’attente, elle pouvait tout de même essayer de faire un effort. Elle avait d’ailleurs croisé quelques connaissances féminines qui avaient tâchées de la distraire. Alyenora Estremont et Larra Ouestrelin étaient des jeunes femmes dont elle appréciait la compagnie. L’une car leurs échanges étaient souvent francs et agréables et l’autre, car il était toujours bon d’être entourée de personnes qui vous idolâtraient. Cela flattait son ego et elle n’avait pas l’intention de s’en cacher. Elle espérait pouvoir faire d’autres rencontres de ce type, voulant éviter de croiser des individus non désirés. Elle savait que certaines personnes répondraient à l’évènement et elle n’avait aucune envie de les croiser. En commençant par Janna Tyrell, qui avait tenté de lui dérober son frère mais Cersei ne s’avouait jamais vaincu et ce mariage qui avait été prévu entre les lions et les fleurs ne se ferait jamais. Et certainement pas avec son Jaime. Qui était-elle pour prétendre à lui enlever au juste ? Cersei n’aurait tout simplement pas supporter l’idée qu’il la touche et aurait probablement fini par tenter de la tuer. Une annulation était donc préférable et plus raisonnable pour la rose.

En parlant de Jaime, il devrait bientôt prononcer ses vœux devant tous et surtout leur père. Tywin ne prendrait pas bien la nouvelle. Elle redoutait un peu sa réaction bien qu’elle savait qu’il ne la tiendrait pas responsable de ceci étant donné qu’il ignorait tout de ses manigances mais il risquait d’être encore plus négatif vis-à-vis du roi. Au fil des trois années où elle avait demeuré à Port-Réal, elle avait pu remarquer les changements opérés chez son père. La mine qu’il affichait à chaque fois qu’il devait voir le roi ou qu’il sortait d’une entrevue, il avait de plus en plus de mal à le supporter. Oh, elle imaginait qu’il ne ferait rien de stupide, il était Tywin Lannister après tout et ne risquerait pas de se mettre dans une position délicate ou la maison Lannister face à la Couronne. Après tout, il était suzerain des Terres de l’Ouest et on attendait certaines choses de lui. Mais bientôt, Jaime ne lui appartiendrait plus, il ne pourrait se retourner que vers Tyrion, cette idée révulsait Cersei et elle savait qu’elle révulserait autant Tywin mais il n’aurait plus le choix. Elle doutait tout de même qu’il le tienne pour héritier, peut-être se reporterait-il plus vers son frère Kevan, ou ses neveux. Elle n’en savait rien mais Tyrion n’était pas considéré comme un lion par les siens. Quand elle pensait aux Lannisters et à l’Ouest, Cersei ressentait une certaine mélancolie. Les trois ans passés loin de sa terre natale se faisaient ressentir et elle désirait les retrouver. Mais son père était la main du roi et il l’avait appelée auprès de lui, elle n’avait pas donc pas le choix de demeurer au Donjon Rouge pour le moment. Mais peut-être que cela changerait par la suite. Elle ne savait toujours pas ce que comptait faire son père en ce qui concernait son futur mari dont elle ne connaissait rien. Et elle doutait que Tywin soit plus avancé sur la question. Ses plans avaient été réduits à néant et il lui fallait trouver une autre solution. Elle gardait une petite rancœur face à son père. Ce dernier lui avait promis qu’elle épouserait un prince mais cela ne s’était pas fait. Elle doutait que le roi veuille la marier à Viserys vu qu’il l’avait déjà rejetée pour son fils aîné. Et puis, Viserys n’était qu’un enfant et Cersei n’en voulait pas pour époux. Elle attendait mieux de la part de son père et espérait fortement qu’il allait se rattraper par la suite.

Elle soupira. La nuit tombait sur Harrenhal et quelques suivantes la préparèrent pour la nuit. Elle se laissa faire tranquillement, bien qu’elle ne ressentît aucune once de sommeil. Elle n’avait pas l’esprit à dormir mais ce n’était pas à elle qu’elle allait le confier. Elle ne dit rien quand elles se retirèrent et qu’elle se retrouva seule dans cette chambre qu’on lui avait attribuée. Elle jeta un coup d’œil au lit qui n’attendait plus qu’elle mais elle n’avait vraiment pas envie d’y aller. Elle ressentait l’envie d’être auprès de Jaime. De pouvoir lui parler, le toucher, qu’il la prenne dans ses bras… Mais elle ne pouvait pas vraiment partir à sa rencontre maintenant. Elle le déplorait mais c’était ainsi, elle devait s’y résoudre. Elle soupira et s’approcha de la fenêtre pour observer un peu le paysage qui s’était obscurcit par l’absence de soleil mais qui restait tout de même éclairé par la lune. Elle tourna la tête quand la porte s’ouvrit et son cœur rata un battement en y découvrant Jaime qui s’avançait vers elle d’un pas décidé. Elle n’eut pas le temps de dire quoique ce soit que les lèvres de son frère se retrouvèrent collées aux siennes. Un puissant frisson parcouru son corps et elle n’eût d’autre choix que de lui rendre son baiser. Elle avait presque la tête qui lui tournait tant Jaime y mettait tout ce qu’il ressentait. Elle glissa ses bras autour de ses épaules et ses doigts fins vinrent s’enrouler autour de ses mèches blondes. Elle savourait ce baiser avec beaucoup d’attention, laissant leurs lèvres danser les unes contre les autres, goûtant au bonheur de le retrouver même si Jaime semblait être en proie à quelques émotions négatives. Elle se doutait que des choses devaient se bousculer dans l’esprit de son frère et elle espérait qu’elle pourrait l’aider à y voir plus clair sur certaines choses. Elle haleta quand il relâcha sa bouche, respirant à nouveau, sa main ne quitta pas ses cheveux quand il enfouit son visage dans les siens.

« Dis-moi d'arrêter...  Dis-moi de tout arrêter et j'irai trouver le Roi dès l'aube. Je lui dirai que je ne veux pas, que je ne peux pas... Dis-moi d'arrêter, Cersei. Dis-le moi... »

Cersei était un peu décontenancée par ce qu’il lui demandait. Et elle avait bien plus de mal à réfléchir avec sa bouche qui ne cessait de parsemer son cou de baiser. Elle le repoussa très légèrement pour pouvoir le regarder, glissant ses mains sur ses joues délicatement. Observant les flammes des chandeliers illuminer quelques parcelles de son visage. Jaime était bien plus que son frère, il était son amant, son amour, son compagnon, et elle n’aimait pas le regard qu’il affichait en ce moment.

« Jaime… Que t’arrive-t-il ? Pourquoi veux-tu que je te dise cela ? Ce n’est plus ce que tu veux ? Entrer dans la Garde Royale ? Dis-moi ce qui t’effraie tant… J’essaierai de t’apaiser, Jaime… »

Elle embrasse encore ses lèvres mais d’une façon plus tendre et moins brutale de ce qui avait été échangé juste avant.



Cersei Lannister

Hear me Roar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Jeu 20 Juil - 16:29


Retiens La Nuit

Cersei & Jaime



An 281, Lune 5, Semaine 4, Jour 28
Veille du Premier Tour du Tournoi d'Harrenhal.
Elle répondait à chacun de ses gestes, alignait son souffle au sien, et se pâmait contre son corps comme un aimant à sa source. Il poussa un soupir de bonheur, et laissa la vague bienheureuse de se sentir à nouveau complet irradier son sang. Il n'était jamais aussi apaisé que lorsqu'il était avec elle. Et était-ce si singulier ? Il étaient plus que frères et sœurs, ils avaient partagé le giron maternel. Ils étaient venus ensembles, ils étaient faits l'un pour l'autre. Tout le reste n'avait aucune importance. Le Roi, Tywin, la Garde Royale, le Tournoi... Des insignifiances comparées à ce qui les liait. Dans le fond, c'était la peur de la perdre à jamais qui avait motivé ce soir. La tenir une dernière fois dans ses bras. Mais tandis qu'il s’enivrait du parfum de ses cheveux, que ses lèvres glissaient sur sa peau, que son étreinte relançait sa fièvre, elle le repoussa. La surprise jouait en sa faveur car en temps normal, jamais elle n'aurait eu assez de force physique pour se détacher de lui s'il ne l'avait voulu. Il la dévisagea, sans comprendre. Pourquoi l'éloignait-elle ? Pourquoi lui refuser le port réconfortant ? Avait-elle déjà tourné la page ? Une vague d'angoisse le pris, cependant que ses yeux ne quittaient pas ses lèvres qu'elle lui refusait du même coup que ses bras. Il redoutait un reproche, la raison venue creuser un fossé entre eux. Alors, il se crispa.

Finalement, elle porta ses mains à chaque extrémité de son visage avec une infinie douceur. Un geste qui refoula du même coup ses craintes, qu'il expira en un soupir qui aurait sans doute pu faire bouger des montagnes. Son cœur tambourinait dans sa poitrine, et il ferma les yeux. La voix de Cersei le berçait, et un sourire se dessina sur ses lèvres encore gonflées de baisers. Ce qui lui arrivait ? Il lui arrivait qu'il avait la terrible impression d'être un pion sur un grand échiquier, servant le jeu de deux joueurs de l'ombre et dont il ne connaissait pas les règles. Il lui arrivait qu'au moment où il croyait accéder à la grande gloire chevaleresque, il se sentait plus que jamais comme un enfant. Perdu. Et qu'à son grand désarroi, il y avait de grandes chances pour qu'ils soient de nouveau séparés. Dans ces conditions, alors non, il n'avait aucune envie d'entrer dans la Garde Royale ! Il n'eut pas le temps de le lui dire car elle lui offrait de nouveau ses lèvres, un baiser chaste et réconfortant, incomparable au besoin fiévreux qu'ils avaient eu l'un de l'autre quelques instants auparavant. Les beaux yeux verts étaient amplis de sollicitude, mais aussi de questions. Elle voulait savoir ce qui l’effrayait ? Elle voulait savoir ce qu'il voulait ? « C'est toi que je veux. Le reste... peu importe. Des moyens pour rester avec toi ! »

Il la rapprocha de lui et cette fois-ci, d'un geste fraternel, embrassa du bout des lèvres son front. Sa main caressait doucement les boucles blondes. « Tu te souviens de quand nous étions enfants ? Quand je sautais des falaises à Castral-Roc ? » Les mots reconstituaient les images d'un autre temps. Un temps où il n'était pas question de Garde Royale, de prince, d'ambitions. Il n'y avait qu'un frère et une sœur, deux jumeaux jouant entre les murs du fief familial. Il était libre, aventureux. « Je n'avais peur de rien. A part de Père et de ses brimades. "Nous sommes des Lannister, les Lannister ne se conduisent pas en imbéciles !" » Il eut un maigre sourire, d'où s'échappa un rire nerveux. L'ombre de Tywin se glissait dans ses souvenirs, ainsi que la gifle monumentale qu'il s'était prise ce jour-là sous les yeux affolés de Cersei. Elle avait passé le reste de la nuit à soigner sa joue enflée... Entre autre. « Père était terrifiant. Mais la terreur qu'il m'inspirait n'est rien comparée à celle que je ressens à l'idée de devoir vivre loin de toi. Cersei... » Il se détacha d'elle et leurs yeux, exactes répliques les uns des autres, se joignirent sans ciller. « Demain je prononcerai mes vœux. il va être furieux. Et toi... toi tu retourneras avec lui à Castral-Roc, et moi je devrai suivre le Roi et sa famille à Port-Réal. Je ne veux pas te perdre. Pas maintenant... ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Lionne de l'OuestLa Lionne de l'Ouest
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : La lionne
Corbeaux : 709
Avatar : Claire Holt
Autres Comptes : Eddard Stark & Perros Gargalen
Date d'inscription : 19/06/2017
Localisation : Harrenhal
Métier : Dame de la maison Lannister

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Lun 24 Juil - 0:16


Retiens la nuit

Cersei Lannister & Jaime Lannister



Cersei n’avait pas été si surprise que cela de voir Jaime entrer dans sa chambre, comme si elle l’avait attendue, lui et seulement lui. Il était tout ce qu’elle voulait, tout ce qu’elle attendait d’un homme, il n’y avait pas plus parfait que Jaime Lannister. Elle n’avait jamais rencontré quelqu’un qui la comprenait autant. La raison était sûrement qu’il était son jumeau, son double, son tout. Cersei ne pouvait être Cersei sans la présence d’un Jaime. Alors oui, elle l’aimait, aussi fort qu’une femme pouvait aimer un homme. Oui, elle laissait son propre frère se glisser entre ses cuisses, sachant que si cela se découvrait, les conséquences en seraient désastreuses, qu’on jugerait leur relation immorale et répugnante. Mais qui étaient-ils pour juger au juste ? Jugeait-on le roi pour avoir épouser sa sœur ? Les Targaryen pratiquaient des mariages incestueux depuis la nuit des temps, pourquoi eux n’auraient pas le droit d’en faire de même ? De toute façon, rien ne l’empêcherait jamais d’aimer Jaime comme elle le voulait. Pourtant ce soir, alors qu’ils échangeaient un baiser fiévreux, elle sentait que quelque chose n’allait pas, Jaime était préoccupé et semblait perdu. Ce qui atteignait l’un, atteignait forcément l’autre, elle ne voulait pas sentir ce désespoir dans ses baisers, cette détresse. Jaime était un homme fort pour son âge et surtout capable de tout. Elle ne voulait pas qu’il soit en proie au désarroi et souhaitait connaitre l’origine de toutes ces inquiétudes qui l’affligeaient.

Alors elle n’avait pu faire autrement que de lui demander des explications. Pourquoi voulait-il tellement qu’elle lui dise d’abandonner tout projet d’entrée dans la garde royale. Pour pouvoir aider son frère au mieux. Elle faisait preuve d’une très grande tendresse envers lui, comme elle n’en montrait avec personne d’autre. Il n’y avait qu’avec lui qu’elle s’autorisait ce genre de choses. Cersei pouvait se montrer dure et impitoyable mais elle avait aussi beaucoup d’amour et de tendresse pour les siens, mis à part Tyrion et en particulier pour Jaime. Elle serait prête à tout pour lui comme il était prêt à tout pour elle. Elle le savait pourtant, entrer dans la garde royale demandait d’innombrables sacrifices à Jaime. Pourtant il allait le faire, pour elle et juste pour elle. Elle en était consciente et l’aimait encore plus à cause de cela. Il entrait dans la garde pour qu’aucune autre femme ne se l’approprie et parce qu’elle pensait épouser Rhaegar Targaryen. C’était un choix purement égoïste, elle le savait, elle voulait son frère pour elle toute seule mais elle n’avait jamais prétendu être une femme généreuse, elle ne laisserait personne mettre la main sur son frère. Et elle savait pertinemment que Jaime aurait fait de même dans le cas inverse, si les sexes avaient été inversés, qu’elle était née femme et lui homme. Il était jaloux de ses prétendants comme elle l’était de ses prétendantes.

« C'est toi que je veux. Le reste... peu importe. Des moyens pour rester avec toi ! »

Un sourire naquit sur ses lèvres. Doucement elle frotta son nez contre le sien dans un geste purement tendre et affectif. Elle aussi, tout ce qu’elle voulait c’était resté avec lui, cela prendrait le temps qu’il faudrait mais elle trouverait une solution pour qu’ils soient réunis. Juste tous les deux. Comme ils l’avaient toujours voulu.

« Il faut que tu me fasses confiance. Tu me fais confiance n’est-ce pas ? Je trouverai un moyen, je serai avec toi. Je te le promets, on sera toujours ensemble Jaime. Du début, jusqu’à la fin, toi et moi. »

Cersei était sincère, elle ne comptait pas lui mentir. Elle allait réfléchir à une solution pour être près de lui mais il allait lui falloir un peu de temps pour trouver quoi. Elle ferma légèrement les yeux alors qu’il embrassait son front, appréciant chacun de ses gestes, de ses contacts, elle pourrait s’en étancher sans jamais s’en lasser. Jaime n’était pas un homme dont il était possible de se lasser.

« Tu te souviens de quand nous étions enfants ? Quand je sautais des falaises à Castral-Roc ? Je n'avais peur de rien. A part de Père et de ses brimades. "Nous sommes des Lannister, les Lannister ne se conduisent pas en imbéciles !" »

Oui elle s’en souvenait. Comme si cela s’était passé hier. Elle avait eu la peur de sa vie en le voyant sauter ainsi et n’avait pu trouver autre solution que de prévenir leur père. Mais elle avait lourdement regretté son geste, lorsqu’il l’avait lourdement giflé devant elle. Elle en avait sursauté et avait eu l’impression que ce fut elle qui avait été frappée, elle était allée s’excuser auprès de Jaime, le suppliant de la pardonner. Bien plus innocente qu’aujourd’hui.

« Père était terrifiant. Mais la terreur qu'il m'inspirait n'est rien comparée à celle que je ressens à l'idée de devoir vivre loin de toi. Cersei... »

Cersei se blottit contre lui, respirant son odeur rassurante, profitant de sa présence toute entière, elle aurait aimé que ce moment ne dure jamais, qu’elle puisse être contre lui à chaque fois qu’elle le désirait, mais c’était impossible. Elle le savait, elle ne regrettait pas qu’il soit son frère, bien au contraire, elle regrettait juste qu’on leur interdise d’être ensemble.

« Demain je prononcerai mes vœux. il va être furieux. Et toi... toi tu retourneras avec lui à Castral-Roc, et moi je devrai suivre le Roi et sa famille à Port-Réal. Je ne veux pas te perdre. Pas maintenant... ! »

Elle fixa son frère alors loin d’elle. Il allait réussir à la faire culpabiliser. Pourtant… Elle trouvait que c’était la meilleure solution, qu’il devienne garde. Il était le plus jeune à y entrer en plus de cela, c’était un grand honneur. Elle soupire et l’embrasse un peu plus passionnément que celui qu’elle lui avait donné il y a peu.

« Tu ne me perdras pas, jamais. Je t’appartiendrais toujours Jaime. Personne ne peut me détourner de toi, tu le sais bien. Je vais trouver une solution, je te le jure sur les Dieux. Je te le jure… »



Cersei Lannister

Hear me Roar
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité
Invité

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Dim 30 Juil - 12:46


Retiens La Nuit

Cersei & Jaime



An 281, Lune 5, Semaine 4, Jour 28
Veille du Premier Tour du Tournoi d'Harrenhal.
Il avait essayé de s'imaginer une existence sans elle. Il l'avait fallu. La vie l'avait rattrapé, et à plusieurs reprises, elle l'avait mise à l'épreuve. L'épreuve douloureuse de la séparation. A l'enfance d'abord, lorsque Joanna avait fait le choix de les installer chacun à une extrémité du château. Le souvenir du regard sévère, mi horrifié, mi apeuré, de la belle Dame du Roc sur ses jumeaux, l'avait bouleversé. Au delà de la figure maternelle, et si Tywin dirigeait l'Ouest et plus tard, le royaume, c'était bien son épouse qui régentait le Roc. Dans son rôle, Joanna pouvait se montrer impitoyable avec ses gens et, comme ils en avaient fait l'expérience, avec ses enfants. Son regard lui avait fait l'effet d'un choc, mais il avait vécu un véritable enfer ; il aurait dû savoir à cet instant que ne pas avoir sa sœur auprès de lui n'était pas envisageable. Mais si la mort de Joanna avait du même coup réuni les deux amants, elle avait aussi fait germer la première pousse de culpabilité. Alors, il y avait eu l'apprentissage des armes et de la vie d'homme ; envoyé à onze ans auprès de lord Crakehall pour y être page puis écuyer, Jaime avait cru pouvoir vivre sur un autre rythme qu'autrefois. Du reste, il y avait découvert son autre passion : le combat. Certes, le quotidien d'un page n'était pas des plus reluisant, mais la patience avait eu raison de ses frustrations et dès qu'on lui avait mis une épée entre les mains, il s'était senti renaître. Il avait cru pouvoir oublier le feu de sa passion au au fer de son épée. Il avait cru qu'en devenant un homme, les attraits féminins de sa sœur cesseraient de le hanter. Il avait essayé. En vain, car une force sans nom le rappelait à Castral-Roc...

« Je te fais confiance... » murmura-t-il contre ses cheveux, alors qu'elle se lovait contre lui comme un chaton cajolant. Son corps frissonnait contre ses mains, et il l'enferma plus encore dans ses bras, cherchant presque à la faire fusionner avec lui. Que pouvait-il dire d'autre ? Elle semblait si sure d'elle ! Des deux jumeaux, c'était elle qui dégageait le plus de force, le plus de caractère. « Je te fais confiance... » répéta-t-il, comme pour s'en persuader. La tâche s'annonçait plus que difficile. A présent que Tywin avait définitivement renoncé à sa charge de Main du Roi, il n'y avait plus aucune raison pour lui de paraitre à la Cour, et, du même coup, permettre à Cersei d'y évoluer. D'autant que privé d'héritier, les espoirs de la maison Lannister reposaient sur les épaules de la jeune fille : pour elle, il était à présent vital qu'elle fasse un grand et beau mariage... Une pensée qui lui révulsait l'estomac. Une pensée qui lui avait toujours fait horreur. Un comble, lorsque l'on savait qu'il était lui-même toujours fiancé à l'exquise Janna Tyrell qu'il s'apprêtait à rejeter publiquement le lendemain. Mais c'était plus fort que lui : une jalousie toute masculine s'emparait de lui chaque fois qu'il s'imaginait Cersei dans les bras d'un autre, fusse pour servir les grands desseins de leur père. « Je te fais confiance... » récita-t-il tout en fermant les yeux. Il n'osait dans le fond pas imaginer quelle  d'un autre « solution » Cersei allait trouver. Il la connaissait suffisamment pour savoir qu'elle était capable de tout, surtout s'il s'agissait pour elle d'obtenir ce qu'elle voulait, ce qu'elle désirait. De toute évidence, il fallait qu'elle trouve un moyen de ne pas être écartée de la Cour, donc de défier Tywin, en se fondant sur une raison impérieuse. Pour ne pas dire une raison souveraine....

Brusquement, Jaime se détacha d'elle. Dans son regard d'abord doux et tendre, où l'inquiétude et la peur coloraient le vert des pupille en une teinte verron, venaient de virer au gris. « Quelle solution ? » Il espérait que son ton moins dur que ce qu'il en donnait l'impression, mais un pressentiment terrible venait de germer dans un coin de son cœur. Sa sœur était belle. Trop belle pour calmer ses propres ardeurs, que tant se hâteraient de clamer contre nature, une beauté dont il s'imaginait mal qu'elle laisse de marbre. Était-elle en train de lui avouer à demi mot qu'elle n'hésiterait pas à user de ses charmes pour obtenir ce qu'elle désirait ? « Cersei, dis-moi : qu'envisages-tu ? » Il la tenait par les épaules, les grandes mains peut-être un peu trop enfoncée dans la peau laiteuse, le cœur battant. Il ne voulait pas qu'elle se sacrifie pour lui, qu'elle se donne en marchandage. Elle était trop précieuse, trop grande pour ce genre de viles besognes, et il était hors de question que pour lui, elle ne s'abaisse. Aussi, il la prit par la gorge, penchant sa tête à l'envers, le regard à nouveau fiévreux. « N'oublie pas qui tu es. » Il se pencha sur son cou où il déposa quelques baisers, tendres d'abord, avant d'en mordre la naissance, sous l'oreille. C'était comme s'il y apposait une marque secrète, sa marque. « N'oublie pas. Tu es à moi. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
La Lionne de l'OuestLa Lionne de l'Ouest
Voir le profil de l'utilisateur
Surnom : La lionne
Corbeaux : 709
Avatar : Claire Holt
Autres Comptes : Eddard Stark & Perros Gargalen
Date d'inscription : 19/06/2017
Localisation : Harrenhal
Métier : Dame de la maison Lannister

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans) Jeu 3 Aoû - 13:25


Retiens la nuit

Cersei Lannister & Jaime Lannister




Cersei essayait de rassurer son frère sur leur nouvelle situation. Certes, il y avait des chances pour qu’ils soient séparés, qu’elle retourne à Castral Roc, mais ils n’en savaient rien pour le moment. Cersei ne voulait pas être séparée de son jumeau, d’aucune façon. Elle n’était aussi ben nulle part ailleurs que dans ses bras. Jaime était la seule personne pour qui elle serait prête à tuer, et peut-être pour son père également, mais ce n’était en rien comparable à ce qu’elle ressentait pour Jaime. Il était plus qu’un frère, un jumeau, un amant… Il était la moitié d’elle-même. Alors non, elle ne resterait pas les bras ballants si on décidait de les séparés une nouvelle fois, elle n’attendrait pas sagement que son père lui trouve un époux. Elle n’était pas une femme passive et pourrait s’avérer être bien plus active que certains hommes. Jaime et elles resteraient ensemble, elle trouvait comment et pourquoi mais cela se ferait. Elle avait plusieurs cartes à jouer. Cersei avait toujours été une femme ambitieuse et elle n’avait pas peur de grand nombre de personnes. Elle ne se sentait pas non plus diminuée de par son statut de femme. Elle était Cersei Lannister, digne fille de Tywin, elle était une véritable lionne, et on n’enlevait rien à une lionne sans qu’elle sorte les crocs et les griffes, on le lui prendrait pas Jaime aussi facilement, elle l’avait démontré une fois en l’arrachant aux épines de Janne Tyrell, elle était prête à recommencer. Elle verrait bien comment. C’était encore le point qu’elle n’avait pas éclairci, elle ne savait pas encore comment elle allait s’y prendre mais elle comptait y réfléchir ardemment lors de son séjour à Harrenhal. Cela lui ferait gagner du temps. Mais pour l’heure, elle rassurait son jumeau, on ne le séparerait pas aussi facilement et elle lui intimait de lui faire confiance.

« Je te fais confiance... »

Cersei soupira de contentement, restant contre son corps puissant et protecteur. Elle était si bien contre lui, profitant de la chaleur qu’il dégageait. Au moins, son frère lui donnait sa confiance, elle ne pouvait pas demander mieux pour le moment. Il fallait qu’il la laisse gérer. Pas que Jaime était un poids, pas du tout, mais elle ne pensait pas qu’il puisse être d’une quelconque aide pour le moment.

« Je te fais confiance... »

Cersei resta contre lui, jouant un peu avec les lacets de sa chemise. Entremêlant ses doigts dedans, tout en réfléchissant à comment procéder. Elle ne savait pas encore, elle n’avait pas la solution, mais elle ne voulait pas y réfléchir maintenant, pas vraiment. Elle voulait profiter de la présence de son frère comme elle l’entendait aussi longtemps que possible. Pas comme leur imposait la bienséance frère/sœur. Au moins, ce soir-là, elle pouvait agir avec lui comme avec un amant. Ils n’étaient plus les jumeaux Lannister, juste Cersei et Jaime. Elle posa quelques baiser dans son cou, goûtant à la saveur de sa peau. Respirant son parfum qu’elle appréciait tend. A la fois masculin et sucré, Jaime avait toujours su lui plaire dans tous ses aspects. Il était son amour. Son tout. Elle ne voulait pas qu’on le lui prenne.

« Je te fais confiance... »

Jaime le répétait pour la troisième fois et un doute naquît en elle. Etait-il seulement sérieux ? Etait-il sincère ? Elle espérait que oui. Elle espérait que son frère lui fasse réellement confiance et qu’il ne répète pas ces mots comme pour se convaincre. Mais Jaime ne lui ferait pas cela n’est-ce pas ? Jaime devait avoir confiance en elle, sinon, elle ne savait pas comment ils se sortiraient de cette situation, elle avait besoin de son soutient, son amour et sa confiance pour nourrir l’espoir d’être réunis et que cela devienne une réalité. Mais brusquement, elle est détachée de son frère par lui-même. Elle le regarde, surprise.

« Quelle solution ? »

Cersei le dévisagea, se demandant pourquoi il réagissait ainsi. Quelle solution ? Elle n’en savait encore rien, elle ne pouvait rien lui donner comme information à ce sujet. Mais, ce qu’elle pouvait dire, c’est qu’elle n’aimait pas la teinte qui était apparu dans les yeux verts de son frère. Pourquoi était-il de nouveau si inquiet ? Il n’y avait aucune raison à cela. De quoi s’inquiétait-il donc, Cersei ne comprenait pas les réactions de son frère.

« Cersei, dis-moi : qu'envisages-tu ? »

Elle l’observa encore perplexe puis une lueur s’alluma dans yeux émeraudes. Jaime imaginait-il qu’elle couche pour être avec lui ? C’est ce qu’elle pensait en cet instant. Mais elle ne voyait pas avec qui elle pourrait devenir la maîtresse pour que cela la fasse rester auprès de son frère, surtout sans que Tywin ne le sache. Mais elle comprenait son frère, il est vrai que l’idée semblait facile et séduisante mais elle ne savait pas si elle était réalisable.

« N'oublie pas qui tu es. »

Elle fronça légèrement les sourcils quand il l’attrapa à la gorge, qu’essayait-il de faire au juste ? Voulait-il l’étrangler ? Elle fut rassurée quand il se contenta de déposer des baisers sur sa peau. Elle frémit de plaisir et glissa une main dans ses boucles blondes.

« N'oublie pas. Tu es à moi. »

Jaime avait toujours été jaloux. Aussi jaloux et possessif qu’elle l’était elle-même et elle ne s’en cachait pas. Jaime était au courant et elle aussi. Son frère lui appartenait, jamais personne ne l’aurait à part elle, ce n’était pas négociable. Elle avait évincé la Tyrell, elle en ferait de même avec les autres. D’un côté, elle aimait cette jalousie chez son frère, cela prouvait qu’il était sincère dans ses sentiments. Elle glisse une main sous sa tunique pour poser ses mains sur les muscles abdominaux de son frère.

« Comme tu es à moi. Ne t’en fais pas Jaime, je suis à toi et tu le sais, je ne l’ai pas oublié et je ne l’oublierais pas. N’aies crainte mon amour, je ne me donnerai pas aussi facilement, je sais pas encore quelle solution sera la bonne, mais on sera ensemble, tu verras. Je te le promets. »



Cersei Lannister

Hear me Roar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans)

Revenir en haut Aller en bas

Retiens La Nuit (feat. Cersei) (possible -18 ans)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Une chanson dans la nuit ~ (Feat : Natsume !)
» Une nuit lugubre, simplement ♪ [Feat. une poupée sanglante qui fait peur, Jiro]
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: La Taverne :: Vieux Parchemins :: RP :: RP inachevé-