RSS
RSS

Nous manquons de membres dans le Conflans, les Îles de Fer, l'Ouest et le Bief.
Les points de "régions dépeuplées" iront aux personnes de ces régions.
Nos Super-PV

Hoster Tully, Maege Mormont, Jon Arryn, Quellon Greyjoy
, Robert Baratheon et Doran Martell sont très attendus.
Les Super-Scénario

Ethan Glover, Leo Staedmon, Mathis Rowan, Meria Wyl & Leyna Rogers
sont très attendus par leur créateurs.

Partagez|

Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Dame du Nord
Voir le profil de l'utilisateur

You see her beauty, but not the iron underneath.
⚜️ SURNOM : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord, la sauvage, chevalier d'aubier rieur, chevalier mystère.
⚜️ CORBEAUX : 1124
⚜️ DRAGONS D'OR : 987
⚜️ STATUT MARITALE : Elle est fiancée, mais éprise d'un autre. Elle est actuellement enceinte de jumeaux.
⚜️ AVEC : Fiancée à Robert Baratheon, éprise du prince Rhaegar Targaryen. Elle est enceinte de Rhaegar Targaryen et attend deux garçons.
⚜️ ft. : Jessica Brown-Findlay
⚜️ COPYRIGHT : ROGERS. (avatar et signature) | Talie (aesthetic, crackship gif)
⚜️ MULTIFACE : Oberyn Martell ⚜️ Sigryd ⚜️ Janna Tyrell ⚜️ Shyra Caron
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 29/12/2016
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal.
⚜️ MON MÉTIER : Chevalier en secret, elle porte une armure offerte par le Roi, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.
⚜️ POSSESSIONS :
I can't help falling in love.


Nyra, sombrelouve noire, trouvée et offerte par Rhaegar.



Les jumeaux.

Message Sujet: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Ven 11 Aoû - 1:40


Can you feel the love tonight ?

rhaena



a song of ice and fire.
Si elle avait cru que ce soir serait le dernier, qu'elle laisserait son dragon pour devenir raisonnable, sa rencontre imprévue avec le roi lui avait fait changer d'idée. Le roi avait ses idées derrière ça, elle n'en doutait pas. Mais il venait de sauver, à sa façon, l'idylle du dragon et de la louve.

Nyra était dans un panier de fortune que Lyanna avait fait dans un coin de sa chambre avec une couverture et un coussin. La boule de poils dormait à en ronfler, après s'être gavée de l'assiette de sa nouvelle maîtresse. Et Lyanna avait tenu parole en faisant sortir servante et dame d'atour, en ne portant ensuite qu'un par-dessus léger. Comme un peignoir en soie qu'elle ne se serait jamais cru capable de porter sinon à Accalmie. Pourtant elle le portait, tout gris et quasi long, laissant pourtant facilement deviner ses formes.

Elle avait même défait sa chevelure bouclée et sombre. Elle l'attendait un moment et au premier tambourinement, elle avait rejoint la porte pour regarder dehors. Le voyant, elle souriait et l'entraînait à l'intérieur, fermant derrière eux.

Vous m'avez terriblement manqué, mon cher dragon.

Elle plaçait ses mains sur ses hanches, l'entraînant tout contre elle et venant à l'embrasser, chose qui lui avait déjà terriblement manqué ; un simple baiser. Son coeur tambourinait dans sa poitrine, de façon irrégulière. Il lui avait terriblement manqué, lui, tout entier.

Je t'aime.

Il fallait dire ces choses là, elle le savait. C'était important, car chaque instant pouvait être le dernier. Elle avait envie de lui dire, envie qu'il le sache. Un peu d'amour et de douceur dans ce monde brutal et dur. Elle venait l'embrasser à nouveau. Serait-ce la dernière fois alors ? Non. Comment avait-elle seulement pu penser ça ? Comment avait-elle seulement pu penser à le quitter ? Elle le regrettait. Elle ne pouvait pas, il était bien trop important pour ça. Elle le prenait contre elle, le serrait si fort qu'elle le pouvait.

On ne se quittera jamais, hein ...?

Sorte de regret, lui, y avait-il pensé, à la quitter ? Ce qu'elle regrettait. Elle avait désormais peur que lui-même ait eu l'idée. Deviendrait-elle paranoïaque ? Toujours est-il qu'elle le serrait contre elle si fort qu'il lui était possible de le faire. Si fort. Serait-elle désespérée à ce point maintenant ?

Elle pensait à elle encore et encore ce qui finissait par l'agacer, elle le relâchait pour prendre son visage entre ses mains et le regarder.

Ils ne viendront pas ce soir, je leur ai dis que j'avais eu un coup de froid après avoir été au lac et que j'avais besoin de repos pour demain. Je serai dans les gradins mais je veux être en forme pour t'applaudir.





Queen of Love & Beauty
it's you & i against the world, for now & for ever. No matters the words & masks. You are mine & i am yours. i promise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prince des sept couronnes
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : The Last Dragon
⚜️ CORBEAUX : 547
⚜️ DRAGONS D'OR : 306
⚜️ STATUT MARITALE : Veuf | Son coeur bat toujours pour une autre
⚜️ AVEC : Lyanna Stark
⚜️ ft. : Heath Ledger
⚜️ COPYRIGHT : ava: Talie sign: hela. crackship: Talie
⚜️ MULTIFACE : Melhavak - Ashara Dayne - Emphyria Vance
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 01/04/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Harrenhal
⚜️ MON MÉTIER : Prince Heritier
⚜️ POSSESSIONS :
She's a runner, rebel and a stunner
Condemned everywhere sayin' baby whatcha gonna

Noir Soeur, épée en acier Valyrien

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Mer 16 Aoû - 16:49


Can you feel the love tonight

Rhaegar & Lyanna



Never let me go
Regrettait il ce qu'il avait fait plus tôt dans la journée ? En aucun cas. Il était fier de l'avoir fait et était persuadé qu'il recommencerait si on lui demandait de le faire. Certes les noble du royaume allaient le prendre pour un idiot, mais il en avait que faire. Rhaegar avait ses idées, ses projets pour le royaume et la conviction de les mener a bien. Pour une fois, il avait agit comme son père avait l'habitude d'agir en utilisant ni plus ni moins la formule "je suis prince, je fais ce que je veux". Sur l'instant, le jeune dragon ne s'en était pas rendu compte, ce n'est qu'en y resongeant qu'il avait compris cela. Après un frisson de dégout par la peur de devenir un jour comme son père, le Targaryen avait relativiser les choses : c'était pour servir des intérêts communs et pour faire du royaume, une terre plus juste à l'avenir. Il savait que ça allait prendre du temps, beaucoup de temps, mais Rhaegar espérait réellement que les femmes finissent par un avoir un meilleur rang que celui qu'elles avaient actuellement. Sans doute était-ce sa nature romanesque et naïf qui lui donnait de tel rêve, mais tant pis. Il voulait essayer, il voulait voir le monde évoluer et en être l'auteur, l'auteur d'une nouvelle histoire. Mais tout cela était ce par orgueil d'être un roi qui marquera l'histoire ? Ou bien était ce simplement par conviction ? Après tout, Aerys n'avait il pas été un prince qui promettait être le meilleur roi que les Sept Couronnes auraient connu?

La nuit était doucement tombé sur la forteresse maudite qui avait brulé maintes fois depuis sa construction. En cette soirée, c'était en compagnie de son épouse qu'il avait mangé, passant un peu de temps avec elle avant d'aller en rejoindre une autre. Son ventre s'était noué quant à cette pensée, ce sentant affreusement horrible d'infliger ça a celle qu'il considérait malgré tout comme une amie. Une amie dévouée qui ne disait rien à propos de sa sortie nocturne, ni même n'abordait le sujet du chevalier d'aubier qui était finalement Lyanna Stark? Avait elle compris que son coeur avait été ravi par une autre en si peu de temps? Rhaegar espérait au fond que non, qu'elle songe à autre chose que cela. Il s'inquiétait réellement pour elle, celle qu'il aurait du aimé et qui mettait sa vie en danger pour lui donner un hériter sans poser de question. Un leger soupire quitta ses lèvres alors qu'il baisa son front une dernière fois avant de quitter la piece, la laissant a sa broderie.

C'était le cœur balancer par une danse tumultueuse de sentiments contraire que le prince s'en était aller dans les couloirs de la forteresse maudite. Harrenhal, la maudite forteresse d'Harrenhal, qui avait vu tant de monde bruler que le prince se demandait presque si les fantomes ne demeuraient pas encore en ses lieux pour les hanter et allimenter la folie des hommes. N'était ce pas ainsi que la dernirère Lothson avait fini ? Folle jusqu'au bout des ongles ? Un frison de dégout parcouru le corps du prince alors qu'il secouait la tete pour songer a autre chose que cela. Après tout, c'était sa bien aimée qu'il allait voir, alors pourquoi penser a des choses aussi affreuse que celles ci ?

Sa louve, sa bien aimée louve, un sourire tendre s'était dessiné sur ses lèvres alors que discretement et certain de ne pas etre suivit, il s'était faufiler jusqu'à ses appartements. C'était avec amour qu'il s'était laissé entrainé, et avait répondu au simple baiser de la jouvencelle. Le regard brillant alors qu'il laissait son regard se perdre sur son visage, tous ses soucis semblaient s'etre envoler, le laissant aussi leger qu'une plume. Doucement, le prince avait poser ses mains sur les hanches de la nordienne, admirant ses jolies boucles brune sauvage, qu'elle avait visiblement décidé de laisser libre en cette soirée qui leur été de nouveau alloué.

-Vous m'avez manquez bien plus encore ma bien aimée.

Sans comprendre réellement pourquoi, la jeune femme l'avait enlacé aussi fort qu'elle semblait capable de le faire. Sous le coup, le prince avait froncé légèrement froncé les sourcils en répondant à cette étreinte qui semblait de détresse. Les mots de la louve et cela, ne faisait qu'un dans l'esprit de la louve. Toutefois il ne nota rien pour l'instant, se contentant de caresser avec affection son dos seulement vêtue d'un tissus de soie.

-Toi et mon contre le monde, ma louve, je te l'ai promis. Je t'aime, comme je n'ai jamais aimé, pour rien au monde je ne voudrais que ceci prenne fin.

Son regard s'encrant dans le sien alors qu'elle s'était doucement détacher de lui. Rhaegar abandonna l'une des hanche de la douce pour venir avec douceur sa joue porcelaine. Avec le même sourire qui ne l'avait guère abandonné depuis qu'il était rentré dans la chambre, il la regardait, elle. Sa Lyanna Stark, qui c'était illustré sur le sable d'Harrenhal en renversant tous ses ennemis. Sa belle et courageuse louve avec qui il allait encore pouvoir passer la nuit.

-La foule t'a applaudit Lyanna, peut etre pourrais tu continuer et essayer de remporter une enieme joute ? Ce soir nous nous reposerons, je veux etre en forme demain pour te donner du spectacle si tu ne souhaites pas continuer.



   Je mettrai le monde a feu et a sang pour deux personnes... Rhaenys & Lyanna

   



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Nord
Voir le profil de l'utilisateur

You see her beauty, but not the iron underneath.
⚜️ SURNOM : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord, la sauvage, chevalier d'aubier rieur, chevalier mystère.
⚜️ CORBEAUX : 1124
⚜️ DRAGONS D'OR : 987
⚜️ STATUT MARITALE : Elle est fiancée, mais éprise d'un autre. Elle est actuellement enceinte de jumeaux.
⚜️ AVEC : Fiancée à Robert Baratheon, éprise du prince Rhaegar Targaryen. Elle est enceinte de Rhaegar Targaryen et attend deux garçons.
⚜️ ft. : Jessica Brown-Findlay
⚜️ COPYRIGHT : ROGERS. (avatar et signature) | Talie (aesthetic, crackship gif)
⚜️ MULTIFACE : Oberyn Martell ⚜️ Sigryd ⚜️ Janna Tyrell ⚜️ Shyra Caron
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 29/12/2016
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal.
⚜️ MON MÉTIER : Chevalier en secret, elle porte une armure offerte par le Roi, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.
⚜️ POSSESSIONS :
I can't help falling in love.


Nyra, sombrelouve noire, trouvée et offerte par Rhaegar.



Les jumeaux.

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Jeu 17 Aoû - 2:39


Can you feel the love tonight ?

rhaena



a song of ice and fire.
Tel homme pouvait-il véritablement être sien ? Elle ne réalisait pas vraiment ce qu'il se passait, elle ne réalisait pas encore toute la gravité des choses autour d'eux. Parfois, elle avait des soubresauts d'intelligence, elle commençait à être sur le bon chemin pour saisir à quel point c'était grave, puis finalement autre chose traversait son esprit. Elle avait toute fois commencé à sérieusement le penser, quand il avait trahi sa confiance en l'affichant à Westeros tout entier comme le chevalier d'aubier rieur. Elle avait commencé à mesurer les risques d'offrir une telle confiance à un homme de cet envergure, un homme de pouvoir qu'elle connaissait aussi et surtout depuis seulement quelque jours. Mais peut-être que cela était leur première épreuve ? Un test ? Voir s'ils pouvaient seulement surmonter cela ?

Lyanna savait déjà qu'il lui suffisait de voir Rhaegar, avec ce sourire et ce petit air amusé, pour oublier sa colère. A bien y repenser, c'était fou de songer à quel point elle pouvait l'aimer, en si peu de temps. Complètement fou. Quand à côté, Robert s'était essayé pendant des lunes de la séduire et que presque rien n'y avait fait. Sauf depuis ce tournoi, elle ne comprenait pas trop pourquoi, avant de rencontrer Rhaegar, elle avait commencé à trouver un certain charme au Baratheon. Elle avait commencé à se faire à l'idée, après tout, pourquoi pas ? Et Rhaegar était arrivé et sa relation avec Robert était des plus étranges. Comme si elle était partagée entre sa raison et ses sentiments, tout en reconnaissant volontiers le pouvoir attractif que pouvait avoir Robert. Mais ses sentiments reprenaient toujours le dessus et c'était pourquoi, ce soir là, elle avait invité Rhaegar à rejoindre ses appartements.

Au départ, elle avait songé à passer avec lui une toute dernière nuit et à le quitter ensuite, mettre un terme à cette folle relation, elle serait retourné à sa vie, aurait épousé Robert, il serait retourné à Peyredragon puis Port-Réal, il aurait agis comme le mari qu'il devait être avec Elia, il aurait sûrement eu d'autres enfants et tout se serait arrêté ici. Elle y avait sérieusement songé, malgré sa promesse fait plus tôt. Elle ne s'était pas assez protégée, c'était bien le problème de Lyanna, elle fonçait trop tête baissée sans songer aux conséquences et une fois face à ces conséquences, assumer pouvait être parfois fort compliqué. Elle lui avait dis que ce serait lui et elle contre le reste du monde, sans jamais imaginer qu'il trahirait sa confiance. Devait-elle vraiment l'abandonner, à la première épreuve ? Au premier coup de gueule, la première confrontation ? Elle y avait réfléchis longuement dans son bain, il y a quelque heures, avant que le roi ne s'invite dans ses appartements, avant que son plus grand frère s'y invite lui aussi, avant qu'elle ne dîne en famille dans un silence qui n'augurait rien de bon - entre elle qui avait jouté et son frère qui avait défié le roi et l'affronterait demain. Dans le fond, qui avait dit que ce serait facile ?

Seulement voilà, une fois face à lui, elle n'avait qu'une envie, sourire. Elle avait ensuite envie de l'attirer contre elle, de l'embrasser. Comment pouvait-elle seulement se décider à mettre fin à tout ceci ? Elle n'avait pas la maturité nécessaire ni le recule nécessaire pour ça.

Ce qu'elle pouvait culpabiliser d'avoir seulement songé à le quitter, quand il avait l'air si doux, si gentil, l'air de ne rien comprendre, il lui semblait être plus naïf qu'elle encore, c'était touchant. Ce qu'elle culpabilisait quand il lui disait combien il l'aimait et qu'il voudrait que cela ne prenne jamais fin. N'auraient-ils du jamais se rencontrer ? Car il lui semblait maintenant trop tard pour briser un quelconque rouage, ils étaient lancés là-dedans. Parfois, d'autres élans de conscience lui revenait, quand elle pensait à la pauvre Elia Martell, qu'elle avait souvent vu et croisé ces jours-ci.

- Toi et moi contre le reste du monde...

Avait-elle finalement répondu. Son visage avait été relevé vers le sien et elle lui souriait avec tendresse en soutenant son regard. Devenait-elle folle en son absence, ou devenait-elle folle en sa présence ? Elle ne saurait pas dire. Juste qu'elle aimait être ainsi, enfin contre lui après une journée à être distant, si ce n'est quelque instants volés dans la forêt proche d'Harrenhal.

Mais voilà, le sujet qui fâchait. Malgré leur discussion, Lyanna restait sur ses positions que cela n'aurait pas du se savoir ou qu'au moins, elle aurait du avoir le choix d'en décider, retirer ou non son heaume, prouver ou non son identité. Alors la jeune femme fronçait ses sourcils sombre en le regardant, d'un air quasi autoritaire, l'air de dire "tu veux vraiment parler de ça maintenant ?", il avait beau enveloppé ses mots de grosses couches de miel, ça n'y changeait rien.

- Ce n'est pas toute la foule qui m'a applaudit et mon père était furieux que je me montre si imprudente. J'ai suffisamment jouté, je ne veux pas affronter d'autres. Ton père a déjà essayé de me convaincre tout à l'heure de continuer, soit disant me sous-estimerais-je. Mais j'en ai fini avec les joutes. Et puis, aucun homme ne voudra m'affronter maintenant qu'ils savent que je suis une femme, ils refuseront d'entacher leur honneur ou ils accepteront et ne joueront pas le jeu comme cela a été fait ces deux premiers jours.

Mais elle n'était pas contre l'idée de se reposer, leur nuit avait été courte, elle n'avait pas pu faire de vraie sieste même si elle avait manqué de s'endormir dans son bain. Son lit ne lui avait jamais paru si moelleux que ce soir là.

- Mais je compte sur toi dès demain pour le restant des joutes, il reste de grands jouteurs maintenant. Oberyn Martell, Robert ne me semblait pas être un grand jouteur mais il a tout de même réussi à vaincre ser Barristan, puis il reste toi. Ser Brax semble s'être bien débrouillé lui aussi. Il reste aussi Yoren et je n'ai pas très envie d'affronter mon garde... Mais tu pourrais peut-être.

Yoren était grand, massif. Yoren était très doué à ses yeux, Yoren lui avait enseigné tant de choses. Lyanna hésitait finalement quelque secondes, sentant tout de même qu'il lui faudrait parler avec lui de ce qu'il s'était passé, maintenant qu'ils étaient presque à tête reposée, qu'ils avaient pu prendre un minimum de recule sur la journée. Elle l'entraînait alors près des canapés, ses appartements étaient assez modestes mais confortable. Elle entendait juste Nyra et ses grosses pattes gratter le sol et essayer de grogner, chose qu'elle semblait encore un peu peiner à faire. La louve noire était sauvage, peu habituée aux hommes. Elle s'était vite habituée à Lyanna mais elle craignait encore les autres. Lyanna essayait de ne pas trop la manipuler jusque là et la louve avait eu des morceaux de viande que Lyanna avait caché dans un torchon ainsi qu'une cuisse de ce qui semblait être un poulet, pour son dîné. Elle mangeait beaucoup déjà, il lui semblait. La louve s'approchait d'eux, s'asseyant toute fois devant eux pour les fixer. Lyanna s'était en tout cas assise sur le canapé, refermant un peu son peignoir au passage.

- Il faut qu'on parle, Rhaegar.

Utiliser son prénom plutôt qu'un surnom affectueux, sonnait étrangement sérieux pour elle. Avec les autres, elle commençait à s'y faire, mais face à lui, c'était autre chose.

- Je ne sais pas comment dire ça.

Elle avait juste pris sa main, comme pour le réconforter.

- Il faut qu'on soit plus prudent. Il faut que l'on commence à comprendre tout ce que cette relation engendre, toutes les conséquences que cela apporterait si cela s'apprenait. Je ne suis pas très bonne menteuse, en fait, je ne crois pas avoir vraiment menti un jour, et je ne compte pas changer ça. Je ne suis pas une menteuse ni une comédienne et je ne compte pas apprendre à l'être. Si je peux encore trouver des subterfuges, il y a des fois où je ne peux simplement pas mentir.

Elle songeait surtout à Aerys qui savait -elle en était sûre- ce qu'il se tramait entre son fils et elle.

- Il faut que l'on commence à réfléchir à nos actes, à cette relation. Nous n'avons pas eu le temps de le faire hier. Je veux le faire maintenant. Dans quoi nous embarquons nous, exactement ? Quant aux conséquences, que faire ? On ne peut pas continuer à jouer les aveugles...

Le fait qu'Aerys le sache l'avait mise profondément mal à l'aise, bien qu'il ait réussi à la convaincre de ne pas quitter Rhaegar, elle avait trouvé en cette conversation une alternative pour ne pas tomber directement dans l'extrême. Elle n'avait que quatorze ans et pourtant se sentait grandir à grande vitesse ces derniers jours, trop d'un coup peut-être.

- Je souhaite de tout mon coeur que cette relation est un avenir, qu'elle soit concrète. Mais je ne peux décemment pas te demander de choisir entre ta femme et moi. Mais je refuse catégoriquement d'être rangée au rang d'amante toute ma vie. Je ne serai pas l'autre.

Elle ne saurait pas l'autre, Lyanna était une Stark, elle ne partageait pas. Elle serait l'unique femme d'un homme, point final. Le problème se soulevait, il était à certains égards le même qu'avec Robert ; elle ne voulait pas qu'il y en ait une autre. Dans le cas d'Elia Martell, elle était bien plus légitime qu'elle et c'était en cette raison que Lyanna ne se permettrait pas d'exiger qu'il fasse un choix, Elia était tout de même son épouse et la mère de son enfant, cela ne faisait que quelque jours qu'ils s'aimaient. Pourtant, elle aurait, égoïstement, aimé lui demander de s'en aller avec elle. Fuir leur responsabilités, peu importait jusqu'où ils partiraient, juste partir.

- Nous ne pouvons pas partir sur des suppositions ni des promesses qui pourraient ne jamais être tenues. Il nous faut vite trouver une solution pour réaliser ce que l'on souhaite...

Avant qu'elle ne soit mariée, car après tout, cette décision ne dépendait aucunement d'elle mais bien de Rickard et Robert, surtout de Rickard. Et Lyanna n'avait aucunement dégoûté Robert au tournoi quand il avait su qu'elle était le chevalier d'aubier, ni quand cela avait été rendu public, au contraire, il avait applaudis sa fiancée. Elle n'avait aucune excuse et rien de ce qu'elle ferait ne parviendrait à faire reculer Robert, elle en était convaincue, et si elle disait avoir un amant, elle savait dors et déjà que Robert aurait été trouver puis tuer cet amant, sans aucun délai.

Nyra s'était approché sans que Lyanna ne s'en rende compte, elle sursautait juste en sentant le louveteau se frotter la tête à ses jambes. Avait-elle faim, avait-elle soif ? Avait-elle envie de sortir ? Lyanna avait déjà du appeler plusieurs fois les servantes pour nettoyer les oublis de la louve, mais Lyanna connaissait bien les animaux et elle comptait bien apprendre à la louve, si sauvage soit-elle, à faire ça dehors. Mais Lyanna finissait pas regarder à nouveau Rhaegar, avec tout le sérieux dont elle était capable, essayant autant qu'il était possible de ne pas craquer devant les airs de son dragon, elle était convaincue qu'il leur fallait avoir cette conversation, sérieusement. Qu'ils partent sur de bonnes bases et qu'elle sache au moins à quoi s'attendre et ce dont il fallait éviter de rêver. Elle caressait la main de son dragon avec son pouce, soucieuse de ce qu'il pourrait penser. La naïveté, la légèreté et l'innocence étaient restés au bord du lac semblerait-il, car maintenant, il n'y avait plus ce monde laissé là dehors, mais bien la vraie vie. Ils auraient bien assez de temps pour se laisser aller à nouveau à la flagornerie mais pour l'heure, il lui semblait important de mettre les points sur les i, qu'elle ne s'imagine pas tout et n'importe quoi pour avoir le coeur brisé. Lyanna était ainsi, elle préférait une vérité franche au risque d'être blessante mais au moins savoir à quoi s'attendre, qu'un mensonge qui finirait par lui éclater violemment au visage tôt ou tard, car tout finissait toujours par se savoir et cela n'y ferait certainement pas exception.

Mais c'était déjà plus fort qu'elle, elle avait été sérieuse pendant quelque minutes et voilà qu'elle recommençait à le regarder avec tendresse, regardant ses cheveux blonds qui lui semblaient sur l'instant un peu indiscipliné, elle regardait les traits de son visage, guettant le moindre signe, colère, tristesse, dégoût, déception ou autre. Elle espérait juste qu'il ne lui hurlerait pas dessus comme il l'avait fait dans la forêt plus tôt dans la journée, peu après le tournoi, elle espérait juste qu'il pourrait être doux, un minimum. Compréhensif, qu'il l'aiderait à démêler tout ceci. Le sérieux d'abord, la détente et le repos juste après.





Queen of Love & Beauty
it's you & i against the world, for now & for ever. No matters the words & masks. You are mine & i am yours. i promise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prince des sept couronnes
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : The Last Dragon
⚜️ CORBEAUX : 547
⚜️ DRAGONS D'OR : 306
⚜️ STATUT MARITALE : Veuf | Son coeur bat toujours pour une autre
⚜️ AVEC : Lyanna Stark
⚜️ ft. : Heath Ledger
⚜️ COPYRIGHT : ava: Talie sign: hela. crackship: Talie
⚜️ MULTIFACE : Melhavak - Ashara Dayne - Emphyria Vance
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 01/04/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Harrenhal
⚜️ MON MÉTIER : Prince Heritier
⚜️ POSSESSIONS :
She's a runner, rebel and a stunner
Condemned everywhere sayin' baby whatcha gonna

Noir Soeur, épée en acier Valyrien

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Lun 28 Aoû - 14:16


Can you feel the love tonight

Rhaegar & Lyanna



Never let me go
Caché entre les limbes de son silence habituel, le prince s'était laissé conduire par la louve sur l'un des divans de ses modestes appartements d'enfants Stark. C'était bien loin luxieux que ses propres appartements, mais cela n'en demeurait pas moins chaleureux alors qu'il laissait son regard violacé parcourir la pièce, tout en esquissant un sourire attendrit en voyant la boule de poil trouvé un peu plus tôt dans la journée. Dans son enfance, les mestres lui avaient toujours parler de ses étranges créatures qui dévoraient les enfants du Nord. Il en avait toujours frissonné de peur, refusant d'un jour mettre les pieds en ses terres enneigés. Toutefois, alors que désormais il en voyait une devant ses yeux, ce n'était pas de la peur qu'il ressentait, mais de la tendresse. Certes, sans doute était ce car ce n'était qu'un bébé, mais tout de même. La louve ne resterait pas toujours petite un jour sans doute pourrait elle tuer d'un simple coup de patte. Le dragon en doutait, mais qu'elle limite avait il entre le mythe et la réalité ?

Quand sa belle et bien aimée louve du Nord lui avait annoncé sa non volonté de continué le combat lors du tournoi, le dragon n'avait pas insisté sur l'instant, hochant simplement la tête sur cet état de fait. Il avait agit une seule fois contre sa volonté en lui retirant son heaume et cela avait conduit a une terrible scene qu'il ne voulait jamais revivre. De toute sa maigre existance, Rhaegar ne s'était jamais mis en colère réellement, il s'était déjà agacé, énervé, hausser le ton, mais jamais il n'avait eu un éclat de voix comme plus tot dans la journée. Jamais il n'avait hurlé sur quelqu'un comme il avait hurler sur Lyanna et il s'était detesté pour cela. En repensant a cela, son cœur se serrait de douleur, en songeant aux conséquences dramatique qu'auraient pu avoir cet éclat de rage résultant sans doute de la fatigue et la pression accumulé. Aurait il pu la perdre ? Sans doute, il était même surpris qu'elle ne l'ait pas fuit juste après cela. Bien qu'il ne la connaissait que peu, qu'elle n'était entré dans sa vie que quelques jours auparavant, le dragon ne pouvait voir sa dame loup partir au loin, loin des tourments de son cœur. Etait il fou comme bien des ancêtres avant lui ? Il se posait la question a chaque instants où il songeait a cet amour qui le consumait sans raison. Toutefois comme toujours, cette question demeurait seule dans son esprit, sans le moindre écho de réponse.

Alors qu'il caressait avec affection les douces mains abîmé par l’effort de Lyanna, le dragon tendit une oreille distraite a ses propos. Comprenant que c'était la des propos serieux que les deux amants fous allaient avoir, Rhaegar avait tourné la tête vers la fille Stark, cessant ainsi sa contemplation pensive des lieux. Son regard encré dans l'acier du sien, le dragon observait la louve, silencieux, gardant précieusement ses mots pour lui comme toujours. Respectueux, il l'écoutait parlé, sans bouger, tout en caressant du pouces les mains porcelaine de la douce. Ses mots étaient bruteaux, direct et sans détours, toutefois, ils n'avaient que le mérite d'illustré une réalité trop affreuse que le prince n'avait jamais voulu voir. Il était marié, elle était fiancé, il était prince, elle était la futur lady de l'Orage. Quel avenir se dessinait pour leur amour interdit ? Quel avenir se dessinait pour cette folie portant le nom doux amère que d'amour ? Déglutissant, soupirant, le prince abandonna le regard de la louve pour regarder leurs mains liées. Des mains qui étaients bien différentes, les siennes étaient plus grandes, portaient une chevalière avec le dragon a trois têtes des Targaryens, tandis que celles de la louve était de ce fait plus petites. Pourtant en ces temps et en ce lieu, elles étaient unis, alors qu'elles n'auraient jamais du l'etre. C'était au bras du soleil de Dorne que le dragon devait poser ses mains, et c'était au bras du Cerf de l'orage que la louve devait les siennes.
Pourtant ils étaient la, défiant le monde dans leur secrets.

-Jamais, je ne te ferais l'affront de te demander d'etre l'autre comme tu la nommes. Je ne veux pas te réduire a cela, pas quand tu es celle que j'aime.

Le prince dragon ne cessa pas de caresser les mains de la douce, avant de relever la tête pour l'observer de nouveau. Que pouvait il dire pour la rassurer ? Il n'en avait aucune idée, si hier ils avaient pu repousser la conversation sous pretexte d'autre chose. Aujourd'hui, ils étaient seuls, face a face, et la conversation était lancée. Face a cette situation, a ces mots qui devaient etre dit, Rhaegar angoissait quelque peux. Il n'était pas habitué a cela, il n'avait jamais été préparé a faire face a une situation de ce genre. Ce n'était pas son rôle, ce n'était pas sa place, encore plus quand il était marié et père. Pourtant, voilà qu'il devait songé a l'avenir d'une relation qu'il avait toujours rever sans jamais l'esperer. Son cœur s'était enfuit pour se loger dans les mains d'une douce déjà promise, et il ne pouvait rien y faire.

-Je ne sais pas Lyanna.

Sur l'instant, utiliser son prénom, sonna comme une douce et étrange mélodie sur les lévres délicates du prince. Malgré tout ce n'était pas la question, c'était un aveux des plus serieux, aussi éloquent pouvait il etre quand il accordait des mots aux oreilles des autres, en cet instant il ne savait pas. Le dragon ne voulait en aucun cas mentir et se bercer de mensonges, s'il n'aimait pas Port Réal et sa cour de vipère, ce n'était pas pour rien et il ne voulait pas jouer a ce jeu avec la louve.

-Je ne veux pas te mentir en t’annonçant qu'il y a un avenir tout tracé a notre amour, et que nous sommes au dela de nos conditions. Sans doute aurait ce été plus simple si je n'avais pas abusé du vin hier. Sans doute aurions pu en parler avant que nous allions trop loin. En aucun cas je ne le regrette, loin de la, mais en cet instant, je ne peux rien te promettre et rien t’affirmer. Mon avenir et ma condition sont incertains, je m'engage pour sur un chemin dangereux pour le bien du royaume, mais c'est mon devoir. Je ne peux fuir mon devoir de prince.

Un leger rire passa entre les lèvres de Rhaegar alors qu'il essayait de détendre l'atmosphère qui n'était que trop tendu en cet instant. Abandonnant l'une des mains de la douce, il replaça une mèche sauvage de la louve derrière son oreille.

-Pourtant, croit moi, j'aimerais m'enfuir, partir loin de tout cela. N'etre plus que Rhaegar sur une terre lointaine. Fuir mes responsabilités et te demander de partir avec moi. Mais quel pere serais je de partir ainsi alors que Rhaenys m'attend a Port-Réal ? Quel prince serait je, en abandonnant mon royaume aux mains d'un roi qui n'a plus toute sa tête ?

Le cœur du prince se serra alors qu'il stoppa son monologue mon plonger son regard dans l'ocean d'acier de Lyanna. Caressant avec douceur sa joue, Rhaegar reprit toutefois une dernière fois.

-La seule promesse que je peux te faire c'est de toujours t'aimer. Qu'importe les vents et les tempêtes, qu'importe les masques et les mots, mon cœur est tien et il t'attendra. Que ce soit dans un mois, un an, ou une décennie, peu importe, un jour c'est devant les dieux que je pourrais t'embrasser. De cela, je peux t'en faire le serment. Sur les nouveaux et les anciens dieux, je te le jure. Toujours je t'écrirais, sous un nom ou sous un autre, et jamais j'en aimerais une autre que toi.

Comme pour sceller ses mots, le prince vola un doux baiser, simple et délicat a la louve. Timidement il l'avait fait avant de ce reculer, comme un chevalier tendant l'épée pour se faire executer ou non, il prit une dernière fois la parole.

-Il ne tient qu'a toi de choisir maintenant ce que tu souhaites et j'accepterais ta décision. Je t'ai trahis une fois en te retirant ton heaume, plus jamais je n'agirais contre ta volonté Lyanna.



   Je mettrai le monde a feu et a sang pour deux personnes... Rhaenys & Lyanna

   



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Nord
Voir le profil de l'utilisateur

You see her beauty, but not the iron underneath.
⚜️ SURNOM : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord, la sauvage, chevalier d'aubier rieur, chevalier mystère.
⚜️ CORBEAUX : 1124
⚜️ DRAGONS D'OR : 987
⚜️ STATUT MARITALE : Elle est fiancée, mais éprise d'un autre. Elle est actuellement enceinte de jumeaux.
⚜️ AVEC : Fiancée à Robert Baratheon, éprise du prince Rhaegar Targaryen. Elle est enceinte de Rhaegar Targaryen et attend deux garçons.
⚜️ ft. : Jessica Brown-Findlay
⚜️ COPYRIGHT : ROGERS. (avatar et signature) | Talie (aesthetic, crackship gif)
⚜️ MULTIFACE : Oberyn Martell ⚜️ Sigryd ⚜️ Janna Tyrell ⚜️ Shyra Caron
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 29/12/2016
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal.
⚜️ MON MÉTIER : Chevalier en secret, elle porte une armure offerte par le Roi, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.
⚜️ POSSESSIONS :
I can't help falling in love.


Nyra, sombrelouve noire, trouvée et offerte par Rhaegar.



Les jumeaux.

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Lun 28 Aoû - 18:44


Can you feel the love tonight ?

rhaena



a song of ice and fire.
Pourquoi avait-elle lancé ce sujet, déjà ? Elle le regrettait amèrement. Elle le pensait nécessaire mais une fois mise devant le fait, elle se rendait compte qu'elle n'avait aucune envie d'entendre la vérité. La vérité n'était pas plaisante et elle le savait. Pourquoi devaient-ils souffrir autant de s'aimer ? Est-ce que cela devrait se passer ainsi, ne pouvaient-ils pas juste être heureux et bêtes ? Non, ils ne pouvaient pas. Parce qu'il était le futur roi et elle la future épouse du Suzerain des Terres de l'Orage. En cela, c'était rendu impossible.

Il caressait ses mains et semblait réfléchir à ses mots, tout comme elle réfléchissait à l'impacte que ces mots allaient avoir. Elle ne voulait pas être l'autre, ne voulait pas être réduite au rang de maîtresse du roi, l'impie, l'illégitime. Elle était une Stark. Mais quels choix avaient-ils ? Se quitter était sûrement le seul. Se quitter ou s'enfuir. Mais il avait une fille qu'il aimait et c'était bien pour cela qu'elle ne lui soufflait pas directement l'idée. Il ne leur restait donc que le choix le plus douloureux, se quitter. Son coeur se serrait dans sa poitrine, lui faisant véritablement mal. Alors elle le regardait, comme si c'était la dernière fois. Elle avait désiré une conversation avec lui, mais elle venait à pene de commencer qu'elle réalisait à nouveau ce qu'il se passait. Aerys avait beau avoir essayé de la convaincre de rester auprès de Rhaegar, trop de choses se chamboulaient dans son esprit. Alors elle le regardait comme si c'était la dernière fois.

Pourtant elle lui avait promis et elle ne revenait jamais sur ses promesses. Elle l'aimerait toujours. Mais comment pouvaient-ils respecter leur promesse, que ce serait lui et elle contre le reste du monde ? Ils ne pouvaient pas. Ils auraient du réfléchir avant. Il disait que cela aurait été plus simple s'il n'avait pas bu hier et que leur nuit d'amour n'aurait pas exister.

- C'est donc à cela que tu réduis cette nuit ? Parce que tu avais bu trop de vin ? Et que fais-tu de ta promesse, toi et moi contre le reste du monde, puisque tu me dis maintenant que rien de tout cela ne peut être possible, que rien n'est certain ?

Sa voix tressautait. C'était à cela qu'il réduisait leur nuit ? Il lui avait pris sa virginité, juste parce qu'il avait bu trop de vin ? Elle relâchait les mains du dragon, profondément blessée par ce qu'il venait de lui confier. Elle détestait être aussi émotive, mais elle l'était depuis ce matin, la fatigue et toutes ces découvertes. Et il riait en plus ? Il venait caresser sa joue et, blessée, elle repoussait sa main, se relevant même du canapé presque brutalement.

- C'est donc cela ? Des promesses qui ne seront jamais assouvies, rien ? Un soir tu m'aimes et me promets monts et merveilles et maintenant tu me dis qu'au final, tu n'es sûr de rien, que tu ne peux rien y faire ? Tu me promets que ce sera toi et moi contre le reste du monde mais que nous devrons être chacun dans notre coin ? Mais pour qui tu me prends, Rhaegar ? A quoi servent les promesses si tu ne les respectes pas et n'est même pas sûr de les respecter ?

Les yeux qui devenaient rouge. Elle se maudissait de l'aimer, ça y était. Cette nuit aurait du être belle et douce mais depuis ce matin, rien ne semblait aller entre eux. Pourquoi ? Avait-elle fait quelque chose de particuliers, était-ce le revers de la médaille ?

- Comment peux-tu être si sûr maintenant que tu m'aimeras toujours puisque tu me dis que ton avenir est incertain ? Comment peux-tu m'assurer toujours m'aimer si tout ce que nous pourrons faire est de nous envoyer des lettres ? Nous avions parlés de Robert, non ? Ne devions nous pas faire en sorte que je ne l'épouse pas ? Tu sais que si je l'épouse, tout sera fini, n'est-ce pas ?

Elle ne voulait pas le menacer. Mais le faire réagir. Alors il usait de toute la douceur qui lui était possible dans un tel moment.

- Je suis une lady de la maison Stark, Rhaegar. Une fois mariée, se sera terminé.

Elle s'était avancée, avait pris son visage entre ses mains, le regardant dans les yeux à nouveau, plus sérieuse que jamais. Elle gardait le même ton, doux mais sérieux.

- Une fois mariée Rhaegar, cela devra prendre fin. Je ne tromperai pas mon mari, je ne trahirai pas mon mari. Et les dieux, les tiens comme les miens, savent ce que Robert te ferait s'il venait à apprendre ce qu'il se passe. Je me maudirai toute ma vie s'il te faisait quoi que ce soit, je ne pourrais pas vivre dans un monde où tu n'es pas.

Lui, avait choisi de tromper son épouse. Mais Lyanna en serait incapable, si fort pouvait-elle aimer Rhaegar. Sa dernière limite était le mariage et une fois franchie, cette relation secrète devrait prendre fin. Mais si c'était à lui qu'elle jurait d'être fidèle, en premier, cette union avec Robert serait-elle donc si légitime au point qu'elle respecte ses voeux ? Si tout pouvait être si simple.

- C'est bien pour cela qu'il faut réagir avant, Rhaegar... Parce qu'une fois ce mariage, tout sera fini... Et je ne veux pas te perdre. Mais je ne te comprends plus, mon tendre... Soit on trouve un moyen de s'aimer avant que je n'épouse Robert, soit tout cela doit prendre fin. Mais je ne tromperai pas Robert une fois mariée. Je ne peux pas prendre ce risque. Tu le connais...

Elle ne comprenait pas toutes les subtilités des mots et phrases, elle les prenait tel qu'ils venaient, ces mots. Et finalement, si fort pouvait-elle aimer Rhaegar, le mariage était sacré, les promesses étaient sacrées et Robert ne méritait pas ce qu'elle lui faisait déjà subir dans son dos, tout comme elle ne se serait pas rabaissée à son niveau s'il venait à la tromper. N'aurait-il pas aimé qu'elle lui soit fidèle à lui, s'ils s'étaient mariés avant qu'il n'ait Elia ? Quant à Robert, s'il voulait être condamné aux Sept Enfers ce serait son problème, mais pas le sien, en fin de compte, elle ne pouvait pas être indigne de sa maison à un tel point. Ou peut-être. Elle ne menaçait pas son amant, elle essayait juste de lui faire ouvrir les yeux, prendre conscience du peu de temps qu'ils avaient pour véritablement s'aimer. Toujours avec toute la douceur dont elle disposait dans un moment si douloureux.

- Si cela ne tenait qu'à moi, je te serai fidèle éternellement, Rhaegar. Je serai tienne, uniquement tienne. Mais tu as une épouse et mon père est décidé à me faire épouser Robert et je n'arrive pas à avoir le moindre mot là-dessus, il ne m'écoute pas. Cela ne dépend pas que de moi, parce que je ne suis qu'une femme. Et pourtant j'aurais été prête à tout pour te suivre jusqu'à l'autre bout du monde.

Aurait été. Elle plissait le nez, se reculait un instant, se redressant. Elle parlait doucement, encore et toujours, essayant de le ramener à la raison par la douceur et s'il ne comprenait pas, d'être un poil plus brutale, plus directe, plus franche.

- Je ne sais plus ce que signifient tes promesses, Rhaegar, avec tout ce que tu viens de me dire. Pourquoi m'avoir fait croire que ce serait toi et moi contre le reste du monde puisque tu me dis maintenant que ce n'est pas vrai ? Que tout ce à quoi nous serons cantonné, ce sera nous écrire des lettres ? Il me reste une année Rhaegar. Une année.

Réalisait-il qu'ils n'avaient pas toute leur vie devant eux ? Qu'ils pouvaient tomber malade, disparaître ? Qu'elle pouvait se marier et que Robert ait une santé de fer et vive vieux ? Elle ne souhaitait par ailleurs pas la mort de Robert, elle n'en voulait certes pas comme mari mais il était un homme vraiment bon, elle ne pouvait pas le nier et ne le nierait pas. Elle ne voulait pas son malheur, juste ne pas être marié à lui. Elle ne savait plus quoi faire, un pas vers lui, un pas en arrière, elle ne savait plus. Elle l'aimait tout comme elle était blessée par ce qu'il lui disait. Et puis, finalement, son idée de départ reprenait le dessus. Une dernière nuit, une toute dernière. Une dernière nuit et elle lui dirait au revoir, il ne semblait pas être si perturbé que cela à ce qu'ils se disent au revoir. C'était ainsi qu'elle l'interprétait. Elle n'avait aucune expérience dans ce domaine et voilà que celui qu'elle pensait être son âme soeur lui brisait le coeur. Comment une chose pareille pouvait devenir si douloureuse ? Sa poitrine lui faisait mal, elle se battait pour ne pas pleurer.

- Le "mal" est fait. Je t'ai offert ma virginité et on ne peut pas retourner en arrière. Et je ne veux pas retourner en arrière. Si pour toi c'était une erreur, ça n'en n'était pas une pour moi... Je croyais que c'était la même chose pour toi... Je me suis offerte à toi par amour et par désir, pas parce que tu avais bu ou parce que j'avais bu. Je ne le regretterai jamais.

Elle semblait sûre d'elle, décidée : elle ne regretterait pas de s'être offerte à lui, jamais. Au final, il ne lui avait pas pris, elle lui avait donné. Parce qu'elle l'avait aimé terriblement et n'avait pas eu envie qu'un autre que lui ne le fasse. Tout comme elle n'avait pas l'envie qu'un autre que lui passe un jour entre ses cuisses. Elle inspirait profondément. Ce serait peut-être la décision la plus dure de sa vie mais un adieu passionné serait peut-être moins douloureux qu'un adieu dans les cris qui réveilleraient ses frères et son père. Mais elle ne voulait pas lui dire adieu. Mais quels choix leur restaient-ils vraiment ?

Elle se relevait finalement, s'éloignait du canapé, s'éloignait de lui, comme si ça rendrait les choses plus faciles, alors que bien au contraire, c'était plus compliqué.

- Une dernière nuit, Rhaegar.

Sa décision semblait presque prise. Une dernière nuit. Une dernière nuit à s'aimer, à s'offrir l'un à l'autre, et ce serait terminé. Une dernière nuit à parler, une dernière nuit à se confier.

- Une dernière nuit. C'est trop douloureux. Je t'aime, mais cela devient impossible, je ne parviens plus à réfléchir, tu me déconcentres, tu me fais perdre la tête... Je t'aime tellement que j'en perds la tête et ne parviens plus à réfléchir correctement... Une dernière nuit et demain matin, nous repartirons chacun dans notre coin. Si tu me dis qu'on ne pourra jamais vivre ensemble, autant y mettre un terme que se bercer d'illusions...

Elle n'arrivait même pas à croire à ce qu'elle lui disait, car la gamine naïve au fond d'elle avait envie de croire à ce que lui, disait. De croire qu'ils s'aimeront toujours et que cela ne changerait pas, pour personne. Elle le regardait, admirait ses traits si parfaits et elle ne réfléchissait plus correctement. Le coeur ou la raison ? Pourquoi tout prenait ces proportions dramatiques alors que la veille encore, ils avaient été en osmose ? Tout avait été si parfait la veille, ils s'étaient aimés, s'étaient compris, entendus, ils s'étaient trouvés. Et les voilà maintenant. La voilà à finalement prendre une décision qui leur briserait sûrement le coeur, mais elle ne voyait simplement aucune autre issu que celle-ci. Leur promesse avait été belle, douce et réconfortante. Mais il venait de lui dire qu'elle était impossible et irréalisable. Ses traits étaient tirés par la tristesse, qu'elle essayait de contenir. Elle ne voulait pas lui donner l'impression qu'il devait toujours lui courir après, juste que ses mots avaient toujours un impacte sur la louve et qu'en cet instant, elle en était profondément blessée. Elle resserrait son peignoir. Pourquoi devait-elle l'aimer si fort ? Elle se maudissait d'être si idiote. Le pire était qu'à tout bien y réfléchir, elle n'avait aucune envie de le voir partir. Elle avait besoin de lui, de ses baisers, de ses mots, de ses caresses, de ses bras qui la serrait si fort. Elle se mordait la langue pour ne pas lui dire, juste qu'elle s'était finalement approchée à nouveau de lui. Sa raison lui disait de le faire partir, son coeur le suppliait de rester. Alors elle ne disait plus rien. Pourquoi ne lui avait-on jamais dit qu'aimer quelqu'un pouvait être si compliqué et douloureux alors qu'avant, tout semblait justement si facile avec lui ? L'aimer était facile, oui, mais se passer de lui...

- As-tu seulement déjà été mien ?

Son coeur tambourinait dans sa poitrine. Elle aurait espéré entendre un oui, tout en s'attendant à un non. Elle avait envie d'arrêter cette conversation, de retourner à leur innocence de la veille, près du lac, où ils apprenaient à se découvrir, à s'aimer. Elle voulait retourner à cet instant, le revivre. Elle ne voulait pas croire que tout ceci n'avait été qu'une erreur et que cela n'avait rien signifié pour lui. Elle ne voulait pas y croire, ne pouvait pas y croire. Peut-être était-ce pour cela qu'elle attendait encore, au fond de son coeur.

Lyanna lui était toute dévouée et cela la heurtait d'en être arrivé à ce point là. Elle qui était si sauvage et farouchement indépendante. Mais elle regardait ses traits, sachant qu'elle en était éprise à l'excès. Avait-elle été trop gourmande, en avait-elle trop voulu d'un coup avec tout ceci ? Avaient-ils épuisés leur stock d'innocence et de bons moments ? Elle ne pouvait pas y croire. Tout comme elle ne voulait pas le quitter, mais le faire réagir sur ce qui les attendaient s'ils ne prenaient pas de décisions une bonne fois pour toute. La louve était possessive et jalouse, autre problème qui la minait. Elle le voulait pour elle seule. Comme elle aurait été à lui seul.

Elle se mordait la langue de peur de lui paraître folle de changer autant d'avis. Mais elle ne voulait pas se laisser faire ni abattre. Elle essuyait les larmes qui essayaient de couler, avec sa manche. Et comme si elle répétait une prière, elle lui répétait.

- C'est toi et moi, contre le reste du monde. Maintenant et à jamais, peu importe les masques. Je te l'ai promis. Tu me l'as promis. Tu es mien, je suis tienne. Je refuse d'être à un autre et je refuse que tu sois à une autre. Ton épouse est plus légitime, et parce que j'ai trop d'honneur je ne te demanderai rien et je ne veux pas te poser d'ultimatum, je ne t'en poserai aucun, jamais. Mais si elle te fait une fille, tu n'auras pas d'héritier et devras recommencer pour en avoir un. Et cette idée seule me rend plus malade encore que l'idée de te quitter. Cela me rend malade de t'imaginer avec une autre.

Elle voulait se protéger, essayait de se protéger. C'était trop tard pour ça, maintenant. Mais elle paraissait étrange affirmée en disant cela. Tout se chamboulait dans son esprit.

- Je ne sais plus quoi faire Rhaegar. Je ne sais plus. Je ne veux pas te quitter, je ne veux pas que tu t'en ailles. J'ai besoin de toi, je t'aime et t'abandonner est la dernière chose que je veuille. Que l'on trouve une solution. Tu as toutes les cartes en main, Rhaegar.

Et voilà. C'était à lui de décider, puisqu'elle était incapable de le faire. Elle avait repris son visage entre ses mains, l'avait regardé un long moment en caressant ses joues.

- Je ne pourrais pas rester à Accalmie sagement en sachant que tu partages ton lit avec une autre. Ne me dis pas que tu accepterais de ne m'échanger que des lettres occasionnellement alors que chaque nuit, je dormirai avec un autre que toi. Je ne peux pas le croire. Pas si tout ce qu'on a pu se dire était vrai.

Parce qu'elle refusait de croire que tout ceci n'avait été qu'un rêve, Lyanna ne voulait que réveiller la passion chez son amant, du seul moyen qui lui venait à l'esprit.

- Ce n'est pas réaliste, Rhaegar. Accepterais-tu que pendant dix, vingt années, nous n'échangions que des lettres, alors que j'aurais épousé Robert ? Que chaque nuit, je dormirai dans son lit, contre lui ? Tu te satisferais vraiment que de cela, Rhaegar ? Une lettre chaque lune, sachant que chaque soir, je partagerai la couche de Robert, qu'il me touchera comme tu m'as touché ? Qu'il m'aimera comme tu m'as aimé ? Tu veux me faire croire que tu accepterais, toi, Rhaegar, que les enfants que je doive avoir, soient de Robert Baratheon, ton cousin ?

C'était horrible, ce qu'elle disait. Elle se détestait même pour jouer là-dessus. Mais elle voulait à nouveau le réveiller. Réveiller le dragon. Quitte à ce qu'il lui hurle dessus à nouveau comme plus tôt dans la journée. Il était jaloux, autant qu'elle était jalouse. Elle en était persuadée. Il était possessif, autant qu'elle était possessive. Elle en était convaincue. Elle s'en voulait de lui dire des choses pareil, de tirer sur des cordes pareils. Elle en grimaçait de dégoût.

- Alors il nous reste cette dernière nuit et tu retourneras dans la couche de ton épouse et je retournerai dans celle de Robert. Ou alors nous trouverons une décision et la seule couche que nous partagerons sera la notre.

Elle ne savait pas comment. Mais il le fallait. Elle s'essuyait le visage d'une main, soufflait. Devenait-elle folle ? Il la rendait complètement dingue. Elle n'avait jamais voulu une chose avec autant d'ardeur qu'elle le voulait lui. Mais elle avait peur, peur du temps qu'il restait avant qu'elle ne soit condamnée à être Lyanna Baratheon.

- J'ai l'impression d'être devenue complètement folle, d'avoir perdu la tête... J'ai cru tellement longtemps que mon bonheur se contenterait d'être dans les faits d'armes, de chevalerie. Mais j'ai besoin de toi. Pardonne moi si je semble perdre l'esprit, mais je ne sais plus quoi faire, je ne sais plus où j'en suis. Ton père a tenté tant bien que mal de me convaincre que nous devions rester ensemble et j'ai envie de le croire, comme j'ai envie de croire en nous. Mais attendre, comme tu le dis, une décennie, ne me paraît pas réaliste. Il ne me reste qu'une année avant mon mariage...

Elle ne savait juste plus ce qu'il convenait de faire pour parvenir à l'aimer librement.

- J'aimerais que tout soit aussi simple qu'hier. J'aimerais pouvoir t'aimer librement, comme hier. Ne me soucier de rien, juste vivre l'instant comme il nous plaît. Mais j'y ai pris goût, à cet amour libre, loin de tout.

Elle s'était mise à genou devant lui, avait pris ses mains, l'avait regardé. Elle parlait calmement, essayant de reprendre ses esprits et cesser de se battre entre son coeur et sa raison. Elle avait repris ses mains, les avait embrassée.

- Jamais je ne t'obligerai à faire un choix drastique. C'est tout ce que je sais. Ta fille et son bonheur comptent bien plus que moi et Elia était là bien avant. Je le sais. Ne crois pas que je l'ignore. J'aimerais qu'il existe simplement une solution plus facile, plus évidente, pour que l'on puisse s'aimer comme on l'entend, comme nous avons besoin de le faire. Il n'y aurait pas toutes ces règles, tous ces codes, que jamais je ne me serai posée la question. Mais ton père a raison, notre amour est risqué. Mais il vaut ces risques, à mes yeux. Et je suis prête à tous les sacrifices, pour toi.

Mais il n'y avait pas de solution facile et elle ne savait pas ce qu'il convenait de faire, Elia était enceinte à nouveau, il ne pouvait pas dissoudre ce mariage et là encore, Elia était là avant elle et plus légitime. Alors elle ne savait pas. Elle posait sa tête sur les genoux de son amant, cherchant un peu de calme à nouveau, inspirant profondément pour se calmer encore.

- Pardonne moi d'être aussi jeune et idiote...

L'immaturité, le manque de connaissance. Elle avait maintenant peur de l'avoir dégoûté. Elle se redressait pour le regarder, venant à nouveau s'asseoir à côté de lui. Elle n'osait pas s'approcher pour l'embrasser, de peur d'être envoyée paître.

- Tu m'as dis que j'avais le choix. Que tu respecterais ma décision finale. Je ne sais pas. Les cartes sont aussi entre tes mains. Si cela ne tenait qu'à moi, Rhaegar, je t'aimerai toute ma vie. Je serai à tes côtés, je te supporterai, te soutiendrai. Je t'aiderai, je t'aimerai. Je sais que lorsque tu es là, réfléchir me semble être impossible. Je ne pense qu'à tes bras, je ne pense qu'à tes baisers et cette envie de te voir sourire. Et je me sens bête, je me sens nulle, depuis ce matin, de rendre ces sourires difficiles voir impossible. J'aimerais ne pas rendre tout ça difficile comme ça l'est, j'aimerais faciliter les choses. Mais tu sais qu'il nous faut discuter de tout ce que cette relation signifie. Où l'on va, ainsi. Pardonne moi, de perdre l'esprit de la sorte. J'en suis vraiment désolée. Penses-tu que l'on devrait se quitter ? Penses-tu que l'on devrait tout arrêter ? J'aimerais que non. Mais toi ? M'aimes-tu encore, après ce qu'il vient de se passer ? J'ai tellement peur de te perdre que... Je ne sais plus quoi faire. Je ne sais plus quoi dire. Je me sens si idiote, excuse moi...

Elle avait pris son visage entre ses mains, au risque d'être repoussée, et elle avait été jusqu'à déposer quelque baisers sur son visage. Elle s'excusait entre chaque baisers, priant qu'il ne l'abandonne pas après cette légère crise. Elle n'avait pas crié, ni même haussé le ton tout du long. Mais ses propos... Elle n'avait plus qu'à voir.





Queen of Love & Beauty
it's you & i against the world, for now & for ever. No matters the words & masks. You are mine & i am yours. i promise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prince des sept couronnes
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : The Last Dragon
⚜️ CORBEAUX : 547
⚜️ DRAGONS D'OR : 306
⚜️ STATUT MARITALE : Veuf | Son coeur bat toujours pour une autre
⚜️ AVEC : Lyanna Stark
⚜️ ft. : Heath Ledger
⚜️ COPYRIGHT : ava: Talie sign: hela. crackship: Talie
⚜️ MULTIFACE : Melhavak - Ashara Dayne - Emphyria Vance
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 01/04/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Harrenhal
⚜️ MON MÉTIER : Prince Heritier
⚜️ POSSESSIONS :
She's a runner, rebel and a stunner
Condemned everywhere sayin' baby whatcha gonna

Noir Soeur, épée en acier Valyrien

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Jeu 31 Aoû - 0:01


Can you feel the love tonight

Rhaegar & Lyanna



Never let me go
C'était douloureux, beaucoup trop douloureux. Chaque mots, chaque lettre, chaque inspiration et expiration. Chaque pause et chaque reprise, ce n'était qu'un pas dans le tourments des souffrances sans nom qui tordait le cœur du prince a chaque virgule et a chaque point. Ils ne se connaissaient depuis peu et pourtant, ils étaient en train de se blesser, se faire du mal par les mots car ils auraient du s'aimer par des caresses. Ils auraient du etre la, l'un contre l'autre, la respiration calme et appaisé, le cœur en paix d'etre enfin réuni. Mais il n'en était rien, tout cela n'était plus qu'une douce illusion, le doux songe d'une nuit calme et paisible dans les bras d'un amour visiblement embelie et bercer de paroles naïves et niaise. Le cœur du dragon se brisait dans une danse inarrêtable de mots un peu plus violent a chaque fois pour l'ame déjà en peine du prince. Pourquoi tout cela n'était il pas écrit dans les livres ? Pourquoi n'était ce pas écrit que l'amour pouvait etre aussi violent et douloureux ? Trahis, le dragon s'était plongé dans le silence, se maudissant d'avoir été trop honnete. Se maudissant de n'avoir été qu'un homme trop naif pour croire que l'amour et la rédemption existait pour les dragons de la maison Targaryen. Tout cela n'était que poudre aux yeux, un mythe pour enfant et une douce promesse amère pour appaiser l'esprit. Un jour tout ira mieux se disait souvent le prince, un jour mon malheur prendra fin et je serais heureux, songeait le dragon, un jour j'ai été trop idiot pour croire a cela, pleurait le poete mélancolique. Aucune larme ne coula sur les joues pale du prince, pas une larme n'osa quitter l'humidité de ses yeux brillant tel des pierres que l'on passait sous l'eau. Immobile, brisé, désabusé, Rhaegar demeurait silencieux devant Lyanna qui était maintenant devant lui, pressant ses mains porcelaine abimé par l'effort contre ses joues. Voyait elle la peine et la douleur ? Voyait elle le crie de detresse dans son regard perdue et attristé ? Attristé était un bien pietre mot, mais en cet instant, alors qu'il ne raclait la gorge le prince ne voyait d'autre mot a mettre.

-Ne m'abandonne pas...

Un souffle, une prière, un murmure presque inaudible entre les lèvres du dragon qui ne quittait le regard de la louve. L'argent de ses yeux pupilles contrastait avec le rouge du reste de ses yeux. Son cœur en miette sombrait en poussière devant cette image d'une tristesse sans nom. Quel monstre était il pour faire ainsi pleurer la femme qu'il aimait ? Pourquoi avait il fallu qu'en cet instant, les mots sélectionné ne soient pas les bon pour la louve ? Si seulement, si seulement tout pouvait etre différent. Si seulement, il pouvait remonter le temps, etre moins naif et moins idiot. Toutefois, sans doute aurait il fait les même choix et dit les même mots car devant le monde trop cruel, le dragon avait préféré se bercer d'illusion. Toutefois en cet instant, il regrettait de ne pas avoir été plus adulte et plus reflechi car en cet instant, il n'avait peur que d'une chose de la perdre elle. Sa louve, sa muse, son inspiration, sa joie, son cœur, son amour, sa moitié. Elle était sa folie et sa raison, son amour et sa tristesse, sa passion et son calme... En si peu de temps, elle était devenue si importante pour lui, qu'il refusait d'imaginer un avenir sans elle, ou un avenir ou elle n'était pas a lui. Elle était sienne et il était sien, ils se l'étaient promis, ils se l'étaient jurer. Qu'importe les masques, qu'importe les mots, elle et lui contre le reste du monde. Peu importe ce qu'ils en penseraient, il était prince, au diable les convenance, au diable les politesse, il faisait ce qu'il voulait. Jamais il avait été ainsi, mais les mots de la belle, l'avait autant blesser que réveillé. Possessif, jaloux, dépendant a n'en plus finir, le prince avait glissé ses mains sur ses joues blanche sans quitté son regard un seul instant. Son doux regard de poete brisé et blessé, fut accompagné tout d'abord sans un mot, d'un baiser, puis d'un autre, et encore un autre, chaque fois plus hatif, plus brouillon, plus passionel alors que l'une de ses main avait abandonné sa joue pour se glisser sur sa taille peu vetue.

-Je suis tien, et tu miennes... Personne ne changera cela, personne.

Un murmure entre deux baisers pour affirmé ce qu'il disait, la voix du poete était ferme, délicate et brisé, mais sans appel. Sur de lui, personne ne semblait etre capable de le faire changer d'avis en cet instant, alors que finalement il se détachait de la louve pour glissé du divan a son tour. Devant elle, il n'était personne, il n'était qu'un homme, un poete et un barde tout au plus, mais c'était tout ce qu'il voulait etre. Il voulait etre Rhaegar, juste Rhaegar, toutefois si cela semblait impossible, le prince voulait croire une dernière fois en une illusion. A genou devant elle comme elle l'avait été un peu plus tot, le dragon baissa la tête pour venir la poser sur genoux. Fermant les yeux et inspirant calmement, le poete soupira une dernière fois avant de murmurer une nouvelle fois.

-Pardonne moi ma naïveté et mon ignorance mais je ne puis imaginer un jour Robert te toucher. Je ne puis imaginer un homme autre que moi, t'aimer comme je le fais ou te toucher comme je le fais. J'ai été idiot, mais je ne suis pas devin, je ne sais pas tout et sur l'instant j'étais perdu. Cepedant je sais une chose. Mon amour pour toi n'est pas résumé a un verre de vin abusé, chaque caresse, chaque mots, chaque soupire, chaque rire et chaque sourire, ils étaient reel. Ils étaient pour toi et uniquement toi, je ne veux personne d'autre que toi, et je ne veux destiné cela a personne d'autre que toi. Ma muse, mon amour, ma louve, ma folie et ma raison.

Sans explications, les mots avaient abandonnés les lèvres de Rhaegar, dans une douce mélodie sincère et pure. Il n'avait pas réfléchi, il n'avait pas songé a comment articuler ses mots, ils les avaient juste dit tel qu'il les pensait dans son esprit torturé par l'idée de la perdre après cette dernière nuit qu'elle voulait leur offrir. Une nuit c'était trop peu, ce n'était pas assez pour l'aimer et la chérir comme il le souhaitait, pour elle c'était l'éternité qu'il souhaitait. Qu'importe les coûts, qu'importe les mots, le dragon possessif et fou d'amour, ne pouvait se contenter d'une nuit sans se laisser périr. Il n'avait que trop gouter au fruit défendu pour le voir partir ainsi sans en prendre davantage.

-Qu'importe si c'est une fille ou un garçon, plus jamais je ne toucherais mon épouse car ce n'est pas elle que je veux. Je n'ai pas encore la solution, mais tu n'épouseras pas Robert, je ne peux le permettre. Je trouverais un moyen, je te le jure. Je trouverais un moyen pour que nous soyons ensemble, il ne peut etre autrement. Je ne veux pas que ce soit autrement.

Egoiste, le prince dragon était, mais il avait finalement relever la tête pour de nouveau regarder la louve. Attrapant ses deux mains, il s'était redressé, l’entraînant dans sa danse pour l'attiré dans ses bras. Une douce étreinte, tendre mais désespéré alors que le poete ne put retenir une larme de couler. Finalement, le dragon lachait, le dragon craquait comme le faible qu'il était et qu'il avait toujours été. Etait ce une larme de rage ou de tristesse ? Lui même ne le savait pas alors qu'il resserait son étreinte sur la louve comme pour s'assurer qu'elle ne disparaitrait pas, qu'elle resterait toujours dans ses bras. Elle était sienne et il était sien. Elle était sienne et il était sien, se répétait mentalement le dragon pour ne pas ceder davantage a la tristesse qui perlait contre ses yeux. Cachant son visage dans la nuque de la belle, Rhaegar soupira. Elle était reelle, elle était toujours la. Lyanna était toujours la et son odeur ne le quittait pas.

-Ne m'abandonne pas, Lyanna...

Sa voix se brisait dans la douleur alors que son esprit tentait en vain de le raison, mais cela était aussi douloureux qu'une morsure de l'étranger. Une horrible et terrible morsure de l'étranger comme s'il essayait de lui arrachait sa moitié si durement acquise et trouvé. Pourquoi les dieux agissaient ils de la sorte ? Tout cela n'était ce donc qu'un jeu malsain pour amuser des forces supérieurs dont ils n'étaient que des marionnettes ? Des pantins comme on en animait pour faire sourire les enfants au coin des rues ? La gorge de Rhaegar se noua alors qu'il serra entre ses doigts de chevalier le fin vêtements de soie de Lyanna. Toutefois, il quitta le cou protecteur de la jeune fille pour retrouvé l'acier de ses yeux avant qu'elle ne sente les larmes du faible couler contre sa nuque si ce n'était pas déjà fais. Droit, le dragon se tenait, redoutant la suite de cette nuit qui ne devait qu'etre douceur et amour.

-Donnes nous tu une chance ? Ou bien nos chemins se sépareront demain matin comme s'ils ne s'étaient croisé ?

Le prince redoutait les mots qui quitterait les lèvres de la nordienne, mais il devait poser la question. Il devait savoir, alors que ses mains caressaient son dos seulement couvert d'un maigre tissus. Il revait de bien plus, de pouvoir juste de nouveau parcourir ses courbes, sentir sa peau réagir sous la pulpe de ses doigts, apprecier la douceur éclatante de son corps, l'aimer et l'honorer comme si rien d'autre n'importait. Mais il ne faisait rien, pas maintenant, pas alors que son cœur battait avec rage et fureur dans sa poitrine meurtrie par la situation. Pauvre idiot, lamentable et fragile, qu'avait il fait pour naitre ainsi, en ce monde et en ce temps ? Pourquoi son regard avait il du se poser sur la louve a cet instant de sa vie ? Triste ironie, terrible histoire, cruelle romance qui le faisait saigné et souffrir, s'il tenait encore sur ses jambes, sans doute était ce simplement parce que son orgueil était la seule chose qui ne voulait tomber. Pauvre fou, pauvre homme, pauvre dragon qui n'avait que trop rever de cet amour, et qui gardait pour lui les pleurs de le voir s'enfuir.



   Je mettrai le monde a feu et a sang pour deux personnes... Rhaenys & Lyanna

   



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Nord
Voir le profil de l'utilisateur

You see her beauty, but not the iron underneath.
⚜️ SURNOM : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord, la sauvage, chevalier d'aubier rieur, chevalier mystère.
⚜️ CORBEAUX : 1124
⚜️ DRAGONS D'OR : 987
⚜️ STATUT MARITALE : Elle est fiancée, mais éprise d'un autre. Elle est actuellement enceinte de jumeaux.
⚜️ AVEC : Fiancée à Robert Baratheon, éprise du prince Rhaegar Targaryen. Elle est enceinte de Rhaegar Targaryen et attend deux garçons.
⚜️ ft. : Jessica Brown-Findlay
⚜️ COPYRIGHT : ROGERS. (avatar et signature) | Talie (aesthetic, crackship gif)
⚜️ MULTIFACE : Oberyn Martell ⚜️ Sigryd ⚜️ Janna Tyrell ⚜️ Shyra Caron
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 29/12/2016
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal.
⚜️ MON MÉTIER : Chevalier en secret, elle porte une armure offerte par le Roi, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.
⚜️ POSSESSIONS :
I can't help falling in love.


Nyra, sombrelouve noire, trouvée et offerte par Rhaegar.



Les jumeaux.

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Jeu 31 Aoû - 1:17


Can you feel the love tonight ?

rhaena



a song of ice and fire.
Pourquoi les choses devaient-elles être aussi dures ? Elle aurait tant aimé retourner à l'innocence de la veille, la découverte pure et simple de deux âmes égarées qui, enfin trouvées, pouvaient se reposer. Pouvaient ne former qu'un avec les dieux seuls pour témoins.

Ne m'abandonne pas, c'était ce qu'il lui disait. Cela lui fendait le coeur. Il était, des deux, le plus âgé, il aurait du être le plus sage. Mais il lui avait confié hier. Il lui avait dit, lui avait parlé. Un peu de douceur dans sa vie, qu'elle se sentait honteuse de lui retirer, surtout quand elle aurait aimé l'aimer librement. Mais il fallait réfléchir à tout ça, il fallait parler. Si Yoren ne disait rien, elle savait que d'autres le prenaient moins bien, Berena lui en avait voulu : un homme marié, vraiment ? Serena lui en voulait elle aussi, pour les même raisons : un homme marié et père, tu es fiancée. Mais on ne contrôlait pas ses sentiments, elle n'avait pas pu contrôler la foule de sentiments et d'émotions qu'elle avait ressentie et qu'elle continuait à ressentir aujourd'hui.

Elle n'avait jamais rien ressenti de tel, un tel degré de mal-être quand elle savait ce qu'il fallait pour être à nouveau heureuse : baisser les armes. Abandonner cette idée de remettre de l'ordre dans leur vie. Elle avait longtemps été égoïste, elle avait désormais un fiancé qui l'aimait, elle avait un entourage qui la détesterait pour ce qu'elle faisait.

Elle s'était attendue à ce qu'il lui en veuille mais il l'avait embrassée. Elle ne répondait pas à sa supplication, elle ne savait quoi dire, elle avait tant parlé là, elle avait une boule dans la gorge. Et à son tour, il lui rappelait leur promesse. Il était sien, elle était sienne, peu importait les masques, peu importait ce monde, peu importait tout ce qui les entourait, c'était lui et elle contre le reste du monde. Elle en avait envie, la petite fille naïve au fond d'elle en mourait d'envie, que les choses soient aussi simples que ça. Mais on lui avait tant rabâché qu'elle ne devrait pas faire ce qu'elle faisait...

Hier ils s'étaient aimés, maintenant ils se déchiraient. Mais elle avait l'impression que c'était ce monde, qui essayait de les déchirer. Elle serrait les dents alors, en songeant à cela. Non, ce monde ne les aurait pas. Les codes, la société, rien ne les aurait. Personne. Elle ne devait pas se laisser abuser par les règles qu'on essayait de leur imposer, c'était lui et elle contre tout ça, qu'ils le veuillent ou non.

Voilà qu'il s'agenouillait devant elle, lui donnant l'impression qu'il se confessait. Si dans un premier temps elle fut distante, elle venait ensuite passer ses mains, dans un geste tendre et affectueux, dans les cheveux de son amant, comme pour les retirer de son visage, le caresser avec douceur.

Lyanna s'évertuait toute fois à garder le silence alors qu'il répondait à tout ce qu'elle avait pu lui dire. Et voilà qu'il lui promettait de ne plus jamais toucher Elia. Elle se pinçait les lèvres, irait-il jusqu'à se priver d'un héritier ? Elle se sentait égoïste, de risquer de le priver de ça. Elle continuait juste à caresser ses cheveux, comme si elle essayait de le calmer lui aussi. Il était blessé, elle le voyait, elle l'entendait et se détestait pour ça, elle qui pourtant, n'aspirait qu'à le voir sourire.

Puis il se levait, la levant avec elle, elle glissait ses bras autour de lui, le serrant doucement par la taille tout contre elle. Il lui redemandait de ne pas l'abandonner, cela lui sonnait aux oreilles comme un supplice, une demande qui lui donnait mal au coeur. Elle ne savait pas quoi répondre, les cartes étaient aussi entre ses mains, à lui, et la décision lui revenait aussi. Elle ne voulait pas l'abandonner, elle le devait. Mais elle se disait à nouveau, pourquoi céder à ce que ce monde veut ? Pourquoi céder tous les caprices à ce monde ? Elle qui joutait déjà, contre l'avis de ce monde, elle qui portait des pantalons, qui avait toujours agis à sa guise ? Qui manier l'épée et la dague, qui montait à cheval ? Devait-elle maintenant, à presque quinze années, commencer à ployer le genou face aux règles idiotes qu'on leur imposait ? Elle ne voulait pas.

Elle relevait les mains vers lui, après cette étreinte douloureuse. Elle essuyait ses larmes avec ses pouces, s'en voulant de les avoir fait couler, c'était encore pire que tout ce qu'elle avait vu avant et le voir pleurer ainsi, lui donner la même envie, fondre en larmes. C'était communicatif et elle ne comprenait pas pourquoi cette envie de pleurer, "juste" parce qu'il pleurait aussi. Mais c'était bien là, présent.

Leur donnait-elle une chance, alors ? Ou est-ce que ce serait leur dernière nuit ? Elle grimaçait. Elle ne savait toujours pas quoi répondre. Son coeur ou sa raison ? Sa raison s'effaçait peu à peu, quand elle était avec lui, quand elle le voyait. Elle inspirait profondément, posant d'abord son front contre le torse de son tendre ami. Elle fermait les yeux quelque instants puis finissait par se redresser. Elle n'avait pas envie de prendre de décision, elle qui pourtant détestait qu'on en prenne pour elle, elle qui tenait farouchement à sa liberté et ses choix, lui qui le savait bien désormais. Elle se contentait d'abord d'un baiser timide, contre ses lèvres, puis d'un autre. Une dernière nuit ? Etait-ce ce que serait cette nuit là ? Elle y réfléchissait, ou essayait en tout cas. Elle passait ses mains fraîches sous la chemise de son amant, d'abord, se détachant un peu de lui ensuite pour pouvoir la lui retirer. La lumière dans ses appartements était nettement meilleure que celle qu'ils avaient hier, puisqu'ils n'avaient eu pour se voir que le clair de lune. Elle le redécouvrait, en quelque sortes, aimant toujours ce qu'elle pouvait apercevoir, sinon plus encore. Il n'était pas Robert, il n'était pas Brandon. Il était Rhaegar Targaryen. Il était beau, il était parfait, et il était sien, tout comme elle était sienne.

Elle n'avait plus hésité ensuite, lorsqu'elle avait défait le noeud qui retenait son peignoir, pour le laisser tomber au sol ensuite, dévoilant sa peau pâle et nue. Elle n'avait aucune pudeur, aucune timidité, surtout pas face à lui, en qui elle avait confiance, bien plus qu'il ne semblait le croire, et à nouveau, elle prenait son visage entre ses mains pour l'embrasser, prenant à nouveau les devants dans cette passion qu'elle essayait de raviver.

Elle ne lui dira pas un mot, cette fois, en tout cas, pas maintenant. Parce qu'elle n'en savait toujours rien mais que l'issu dans les deux cas serait la même. Ils s'aimeraient dans les deux cas, mais dans l'un, il devrait s'en aller pour toujours. Et cette idée qu'il puisse s'en aller l'angoissait tellement, qu'elle l'embrassait avant d'autant plus d'avidité, se tenait contre lui un peu plus fort. Elle était désespérée, c'était même peu de le dire. Mais elle finissait par arrêter d'harceler ses lèvres, pour descendre ses baisers contre son cou, fiévreusement, ses mains se promenant contre le torse musclé de son amant, le découvrant à nouveau avec un certain plaisir, celui de laisser ses doigts se promener sur sa peau chaude et ne pas réfléchir à ses gestes outre mesure.

- Aimons-nous ce soir, nous verrons plus tard... Je n'en peux plus de ce qu'il se passe. Aimons-nous, nous sommes bien plus doués pour cela...

Le doute planerait dangereusement au dessus de leur têtes. Mais elle reprenait ses baisers, elle les descendait peu à peu, sur son cou, son épaule, son torse. Mais elle n'était pas vraiment sûre de ce qu'elle était entrain de faire, tandis qu'elle descendait ses baisers.

- Aimons-nous comme si c'était la dernière fois. Nous ne sommes pas devins et ce soir pourrait être le dernier, pour mille et une raisons.

Après tout, demain, Brandon affronterait Aerys et qui savait seulement ce qui arriverait aux Stark pour ça ? Elle était hésitante dans sa démarche, alors qu'elle était là, devant lui, descendant puis remontant ses baisers.

Tant de choses qu'elle aimerait lui dire, comme le fait qu'elle ne l'abandonnerait jamais. Mais elle gardait le silence, ne voulant pas en rajouter une couche. Elle ne disait rien, elle le regardait juste. Comme la veille, elle avait juste envie qu'il soit là, contre elle, qu'il ose la toucher, qu'il soit le seul à pouvoir la toucher ainsi. Elle n'avait envie de rien ni de personne d'autre, que lui. Mais elle ne lui disait pas, ne sachant pas trouver les bons mots pour le lui dire. Le prouver en revanche, serait peut-être plus simple ? Elle ne savait pas. Alors pour éviter de dire une bêtise, elle gardait le silence, quitte à ce qu'il s'imagine le pire, peut-être pourrait-il aussi s'imaginer le meilleur.

A nouveau, elle inspirait. Pourquoi perdre autant de temps là-dessus ? Elle-même avait dit qu'ils devaient s'aimer comme si c'était la dernière fois. Si c'était vraiment la dernière fois, aurait-elle voulu lui cacher ça ? Non. Elle voulait tout lui dire, tant pis si les mots étaient brutaux ou peu poétiques.

- Je ne t'abandonnerai jamais. Ni maintenant, ni demain, ni... jamais. Tu es ce que j'ai de plus cher en ce monde, ce que j'ai de plus précieux. J'ai cru être au piège à cause de tous ces sentiments et je me rends compte, qu'en fait, tu es ma liberté. Celle d'aimer, celle d'agir comme je le souhaite, celle de faire ce qui me semble être bon, pas parce que la société l'a dit, mais parce que mon coeur le dit. Tu me rends meilleure, tu me rends plus grande. Et je te l'ai promis, je te l'ai juré, que ce serait toi et moi contre le reste du monde, peu importe les masques et les mots. Alors je ne laisserai pas ce monde nous séparer. Personne ne sait ce que l'on vit, nous, si. Alors je ne laisserai rien ni personne nous séparer. Je ne t'abandonnerai pas Rhaegar. J'en suis sûre maintenant, je le sais, je le sens. Soyons forts ensemble. Le monde est dur là-dehors, il est cruel. Mais tant que l'on est ensemble, rien ne peut nous abattre, sinon le temps et la vieillesse.

Elle paraissait si sûre d'elle, alors qu'ils se connaissaient depuis si peu de temps. Mais c'était comme s'être finalement trouvé, on ne pouvait pas noter ça dans le temps, ça n'était pas quantifiable, ils s'étaient trouvés, comme deux bouts d'âme séparées trop longtemps et se trouvant enfin. Et personne ne pouvait le comprendre, sinon eux, parce qu'ils le vivaient. Ils seraient jugés, mais tant pis. Le voir aussi mal, elle ne pouvait pas le supporter, pas quand elle savait ce qu'il fallait faire pour qu'il aille mieux, et plus égoïstement, pour qu'elle aille mieux. Il lui avait promis qu'il trouverait un moyen, il avait apaisé ses craintes. Mais si Elia ne lui donnait aucun héritier, comment comptait-il faire ? Ils verraient quand ils y seraient. Elle comprenait enfin qu'il valait mieux vivre là, maintenant. Comme elle l'avait toujours fais, vivre sans penser aux conséquences. Elle ne laisserait personne lui monter la tête à nouveau.






Queen of Love & Beauty
it's you & i against the world, for now & for ever. No matters the words & masks. You are mine & i am yours. i promise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prince des sept couronnes
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : The Last Dragon
⚜️ CORBEAUX : 547
⚜️ DRAGONS D'OR : 306
⚜️ STATUT MARITALE : Veuf | Son coeur bat toujours pour une autre
⚜️ AVEC : Lyanna Stark
⚜️ ft. : Heath Ledger
⚜️ COPYRIGHT : ava: Talie sign: hela. crackship: Talie
⚜️ MULTIFACE : Melhavak - Ashara Dayne - Emphyria Vance
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 01/04/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Harrenhal
⚜️ MON MÉTIER : Prince Heritier
⚜️ POSSESSIONS :
She's a runner, rebel and a stunner
Condemned everywhere sayin' baby whatcha gonna

Noir Soeur, épée en acier Valyrien

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Lun 11 Sep - 20:06


Can you feel the love tonight

Rhaegar & Lyanna



Never let me go
Dans les ténèbres de la tristesse et de la douleur du dragon, une faible lueur éclairait son chemin. Une faible lueur, la lueur d'une étoile, trop haute pour être atteignable mais qui pourtant brillait pour lui offrir une dernière nuit, une dernière fois avant l'abandon, la solitude et la mélancolie du poète. La tragédie d'un amour trouver trop tard, aime trop vite, perdu trop tôt, mais qu'il ne pouvait se résoudre à voir partir comme cela. Il l'avait chercher pendant trop longtemps, espérer trop souvent pour laisser échapper celle qui lui offrait ce doux sentiments de bonheur, d'amour et de pleinitude. Comme le monde était cruel en cet instant, mais quels choix avaient ils? Il était marié à une femme qu'il se devait de respecter, elle était fiancée à un homme dont elle ne pouvait se séparer car elle n'était qu'une femme. Tragédie courante dans les histoires, trop réel pour plaire au prince qui pourtant avait toujours été friant de ce genre d'histoire.

À nue devant lui, la louve se mouvait, l'embrassant à moulte emprise alors que sa respiration était calme, soulevant doucement son torse à chaque inspiration. Le temps d'une respiration appréciant cet instant comme ci s'était le dernier, le prince avait fermé les yeux pour essayer de s'imprégner de ce sentiment, cette sensation qu'il n'allait peut être jamais sentit de nouveau sur sa peau. Tous l'or du monde ne pourrait acheter la douce satisfaction de ses baisers sur lesquels il.ne pouvait mettre de mots. Il n'y avait pas vraiment de mots pour cela au final, ce n'était qu'une sensation perdue au fil du temps, une sensation douce et agréable qui réveillait chez le dragon les plus bas de ses instincts d'homme. Ce n'était malgré tout pas le sujet, sûrement pas et il ne voulait pas véritablement en arriver là après les mots qu'ils avaient échanger. En aucun cas il ne voulait réduire celle qu'il aimait et le dernier instant qu'elle leur offrait, à une passe perdue au fil du temps.

Toutefois, était ce vraiment la dernière fois qu'ils allaient pouvoir s'aimer, défiant le monde de leur arrogance amoureuse ? L'étoile perdue dans l'océan de tristesse et le flot de sentiments du prince, devint soudainement plus éclatante, plus vive, éclairant de nouveau l'avenir incertain qui planait sur le nouveau couple qui n'avait que pour qualité d'être fou de s'aimer ainsi. S'aimer si fort, si vite, cela n'avait rien de normal, ils n'étaient que des fous, mais Rhaegar s'en fichait bien en cet instant alors que silencieux, il avait de nouveau attrapé le visage de la louve entre ses mains légèrement abimé par les joutes et bien avant par les entraînements à l'épée. Caressant les joues de la louve de ses pouces, son regard précieux encré dans l'ocean d'acier des siens, il cherchait la certitude, que cette tempête, c'était ensemble qu'il la traverserait comme ils se l'étaient promis. Il était sien et elle était sienne, pour rien au monde les autres pourraient changer leur bonheur égoïste.

-Aimons nous, maintenant, demain, peut importe, aimons nous aussi longtemps qu'il nous sera donner de le faire. Je t'aime Lyanna, je t'aime comme je n'ai jamais aimé et comme je n'aimerais jamais personne d'autre. Tu es ma folie et ma raison, mon équilibre malgré tout.

Remplaçant les traîtres larmes qui avait roulé sur ses joues, c'était maintenant un sourire qui s'était timidement installer sur ses lèvres. Le coeur battant, rien ne semblait pouvoir embranler son petit sourire amoureux. Par tous les dieux, comme il l'aimait, cette maudite louve du Nord, cette Muse pour le poète qu'il était, il l'avait dans le sang, dans chacun de ses mots et dans chaque pensée. Qu'importe le danger que cela indiquait, le prince sautait dans cela sans songer aux conséquences. Au diable les répercussions tant qu'il vivait l'instant présent, cette instant insensé mais qui lui procurait tant de bien. Sans ajouter un mot, c'était avec passion que le dragon avait prit possession des lèvres de la belle louve du Nord. Passant un bras dans son dos, il l'avait rapproché de lui, pour sentir son corps contre le sien. Jaloux et possessif, sans doute était ce qui animait cette fougue nouvelle, encore touché des mots dit plus tôt. Il l'aimait trop, beaucoup trop pour songer qu'un autre homme que lui pouvait la toucher comme il l'a touchait actuellement.

La louve n'avait pas tord dans ses propos, elle avait même plus tôt raison et cela avait profondément surpris le dragon. Toutefois il s'était gardé de dire cela, se contentant de lui offrir un sourire alors qu'il avait enfin abandonné ses lèvres. C'est un murmure qu'il abandonna, un murmure doux et suave, mais solanele.

-Que les dieux m'en soient témoins, jamais je ne t'abandonnerais. Je serais toujours là, pour te soutenir, pour affronter ce monde qui n'est pas pour nous. Qu'importe ce qui se passera, je serais toujours là.

Le prince l'avait rencontrer juste avant le début du tournoi et pourtant, à ce jour, il était prêt à se damné pour elle. Sans doute était ce son obsession pour une muse qui le poussait à tant s'accrocher à elle, lui qui avait pourtant toujours été quelqu'un de solitaire, cela lui faisait presque étrange de se rendre compte à quel point il était dépendant d'une personne, en si peu de temps. Sans dire plus, l'homme avait prit la main de la jeune fille pour venir s'installer sur le lit de la demoiselle.



   Je mettrai le monde a feu et a sang pour deux personnes... Rhaenys & Lyanna

   



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Dame du Nord
Voir le profil de l'utilisateur

You see her beauty, but not the iron underneath.
⚜️ SURNOM : She-Wolf, Lady Lyanna, Lya, Wolf Girl, The Wolf Maid, Nymphe du Nord, la Muse du Nord, la sauvage, chevalier d'aubier rieur, chevalier mystère.
⚜️ CORBEAUX : 1124
⚜️ DRAGONS D'OR : 987
⚜️ STATUT MARITALE : Elle est fiancée, mais éprise d'un autre. Elle est actuellement enceinte de jumeaux.
⚜️ AVEC : Fiancée à Robert Baratheon, éprise du prince Rhaegar Targaryen. Elle est enceinte de Rhaegar Targaryen et attend deux garçons.
⚜️ ft. : Jessica Brown-Findlay
⚜️ COPYRIGHT : ROGERS. (avatar et signature) | Talie (aesthetic, crackship gif)
⚜️ MULTIFACE : Oberyn Martell ⚜️ Sigryd ⚜️ Janna Tyrell ⚜️ Shyra Caron
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 29/12/2016
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Port-Réal.
⚜️ MON MÉTIER : Chevalier en secret, elle porte une armure offerte par le Roi, un heaume et un bouclier avec un Barral Rieur.
⚜️ POSSESSIONS :
I can't help falling in love.


Nyra, sombrelouve noire, trouvée et offerte par Rhaegar.



Les jumeaux.

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Mar 19 Sep - 23:53


Can you feel the love tonight ?

rhaena



a song of ice and fire.
Elle ne comprenait pas tout ce qu'il se passait. Juste qu'elle n'avait plus la force mentale et physique de le repousser et lui demander de partir, car il n'était plus temps pour ça. Il était trop tard, maintenant. Peut-être que son grand coeur la perdrait, peut-être que son affection pour ce dragon la perdrait. Mais dès lorsqu'elle avait ressentie à quel point il avait besoin d'elle, elle ne pouvait plus continuer à le repousser. Elle ne comprenait pas pourquoi il avait besoin d'elle à un tel point, qu'il la tienne, qu'elle le sente sangloter, juste qu'il avait besoin d'elle et qu'elle ne pouvait pas se défiler, elle ne le pouvait plus. Alors elle le tenait à son tour, contre elle.

Elle devait arrêter d'écouter ce que disaient les autres. Elle devait continuer à faire ce qu'elle avait toujours fait : foncer tête baissée sans réfléchir aux conséquences de ses actes. S'accorder à être heureuse, quitte à ce qu'on qualifie ça d'égoïste. Qu'importait ce que les autres pensaient d'elle, elle n'y avait jamais accordé un seul crédit, rien.  Pourquoi est-ce que cela aurait du commencer maintenant ? Elle avait toujours été l'idiote, l'impulsive, la gamine irresponsable qui n'avait peur de rien, ni des loups dans la forêt, ni des sauvageons descendants du Mur, ni des vilains dragons du Sud. Cela ne commencerait pas maintenant. L'idée même qu'on entre dans cette pièce et les surprenne ne lui traversait pas l'esprit, car tout ce à quoi elle pensait, c'était lui. Combien elle était chanceuse de l'avoir trouvé, alors qu'elle n'avait pas eu à le chercher. Cette évidence même dans cette rencontre. Elle devait arrêter de se monter la tête à cause de ce qu'on pourrait dire si cela venait à s'apprendre, pour plutôt profiter tant qu'on ne le savait pas. Chérir ces moments, les vivre. On ne pouvait pas les lui retirer, alors pourquoi se monter la tête et tout gâcher ?

Elle soutenait son regard, les larmes lui montant à nouveau, le coeur déchiré de le voir dans un tel état. Qui pouvait seulement douter de l'affection qu'ils éprouvaient l'un pour l'autre, s'ils se rendaient malade rien qu'à l'idée de se quitter ? Ils pleuraient, pauvres fous qu'ils étaient, rien qu'à l'idée de se quitter. C'était à se demander comment allait être les jours après le tournoi, quand ils devraient repartir à leur vies. Aimons-nous aujourd'hui, demain, lui disait-il. Il faisait ce qu'il pouvait et elle se sentait cruelle de lui imposer ça. Ils auraient du apprendre à mieux se connaître, finalement, peut-être aurait-elle compris à quel point il avait besoin d'elle, pas juste ce qu'elle pensait, mais qu'il avait besoin de bonheur dans sa vie. De douceur, peut-être. Elle le comprenait là, sur le tas, de la manière qui lui semblait être la plus horrible.

Elle avait ensuite répondu à son baiser, le tenant tout contre elle, si fort qu'il lui était permis. Elle en avait même oublié la louve qui était juste à côté d'eux pourtant, cette boule de poils noire qu'il lui avait offert. Elle aimait tellement être tenue si fort, qu'elle aurait aimé qu'il n'arrête plus. Il finissait par se reculer, lui parler, lui promettre ce qu'elle lui avait promis. Et les choses redevenaient simple, enfin. Peut-être avaient-ils du passer par là, mettre les choses au clair, mais elle espérait que cela n'arriverait plus jamais. Elle se le répétait encore et encore, plus personne ne pourrait lui mettre quoi que ce soit dans la tête. Elle le laissait les guider jusqu'au lit, allant jusqu'à s'installer à la place où elle avait pour habitude de dormir... Ou presque, puisqu'elle avait l'habitude de dormir en plein milieu. Mais elle s'était placée à droite, l'entraînant avec elle.

Elle n'avait pas froid,n'était pas pudique non plus, mais il était tard, il faisait noir dehors et elle se glissait sous ses couvertures épaisses et moelleuses. C'était presque un appel, que ses couvertures faisaient. Appel auquel elle ne cédait qu'à moitié, la nuit était encore jeune et elle voulait profiter des instants qu'ils avaient, il venait juste d'arriver.

- Tu me rejoins, alors ?

Un petit sourire espiègle. Il fallait effacer leur dispute, penser à autre chose. Sourire à nouveau, ils avaient encore des quantités de choses à vivre et elle ne voulait pas rester là-dessus, elle qui avait pourtant si mauvais caractère quand elle s'y mettait, ne voulait pas rester là-dessus. C'était trop douloureux et les choses pouvaient être si facile entre eux, qu'elle ne voulait que tendre la main à ces choses faciles, comme, tout simplement, s'aimer.

- Je veux pouvoir te serrer dans mes bras, pendant que je le peux encore.

Car qui savait seulement ce qui allait se passer demain au tournoi. Et même plus simplement encore après. Elle espérait aussi qu'il resterait avec elle cette nuit, jusqu'au levé du jour, ils dormiraient bien mieux encore dans un lit que dehors, encore que leur nuit avait été plutôt douce et agréable, sous cette couverture et surtout, dans les bras l'un de l'autre. Elle avait passé sa vie à dormir seule et il n'avait fallu qu'une nuit pour prendre goût à dormir avec lui. Mais plus encore, à parler jusqu'à pas d'heure. Elle se rendait aussi compte à ses dépends qu'elle se devait de mieux le connaître, pour ne pas répéter certaines erreurs. Le connaître mieux, oui.

Elle l'avait entraîné avec elle en fin de compte, un sourire plus espiègle encore sur les lèvres. Elle n'en n'avait pas terminé avec lui. Elle n'en n'aurait jamais terminé.





Queen of Love & Beauty
it's you & i against the world, for now & for ever. No matters the words & masks. You are mine & i am yours. i promise.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Prince des sept couronnes
Voir le profil de l'utilisateur


⚜️ SURNOM : The Last Dragon
⚜️ CORBEAUX : 547
⚜️ DRAGONS D'OR : 306
⚜️ STATUT MARITALE : Veuf | Son coeur bat toujours pour une autre
⚜️ AVEC : Lyanna Stark
⚜️ ft. : Heath Ledger
⚜️ COPYRIGHT : ava: Talie sign: hela. crackship: Talie
⚜️ MULTIFACE : Melhavak - Ashara Dayne - Emphyria Vance
⚜️ DÉBUT DE MA CONQUÊTE : 01/04/2017
⚜️ TU PEUX M'Y TROUVER : Harrenhal
⚜️ MON MÉTIER : Prince Heritier
⚜️ POSSESSIONS :
She's a runner, rebel and a stunner
Condemned everywhere sayin' baby whatcha gonna

Noir Soeur, épée en acier Valyrien

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen Dim 1 Oct - 11:12


Can you feel the love tonight

Rhaegar & Lyanna



Never let me go
Il n'avait pas résister aux mouvements de la louve pour le rejoindre dans son lit. A quoi bon? N'était ce pas son objectif que de venir se glisser entre ses draps pour passer la nuit avec elle? Si les mots qu'ils s'étaient échangés étaient encore récent et douloureux, le prince faisait de son mieux pour songer a autre chose. Il s'était passé beaucoup de chose en cette journée, beaucoup trop pour le prince dragon qui ne s'était pas attendu a cela. Impulsif et insouciant en ces instants, il n'avait songé aux conséquences de ses actes que lorsqu'il avait manqué de perdre sa bien aimée. Par deux fois, en cette journée, il avait failli perdre celle qu'il aimait par sa faute. Aussi agé pouvait il être du haut de ses 21 ans, il n'avait jamais aimé auparavant, jamais ressentit cette sensation de satisfaction pur et de bonheur. De ce fait, il devenait tout, sauf un homme mature, adulte, un prince droit et noble capable d'avoir la tête sur les épaules. Il n'était plus qu'un jeune homme maladroit, en manque d'affection, découvrant au même rythme que sa louve les méandres de l'amour. Aussi pathétique était il, Rhaegar se rassurait en sachant qu'avec cela, il se sentait vivant, il se sentait plus joyeux et beaucoup plus combattant. Si auparavant sa seule motivation était Rhaenys, sa petite princesse, son rayon de soleil, aujourd'hui il avait une deuxième personne pour qui se battre, une deuxième personne qui lui donnait les ailes qui lui manquait pour s'imposer et oser défier le roi. Caressant le visage de la louve alors qu'il s'était installé face a elle, il lui souriait tendrement, songeant a encore la remercier d'exister.

-Parle moi de toi ma bien aimée.


Sa voix était douce alors qu'il prenait possession du regard d'acier de la belle louve du Nord. Son regard qu'il avait d'abord trouvé froid quand il l'avait rencontrer au bord du lac, s'entrainant a l'insu de tous pour les joutes. Aujourd'hui, son regard était tout ce qu'il y avait de plus beau aux yeux du dragon, il était unique et chaleureux. Cette pensée lui arrachant un leger rire, car après tout, n'était ce pas ce que l'on disait des yeux targaryen? Leur arrogant et unique regard Améthyste. Il secoua doucement la tête pour chasser cette pensée alors qu'il observait de nouveau Lyanna. Tant de question a son sujet, ils avaient beaucoup parlé et pourtant, il n'avait pas l'impression de la connaitre. Le mystère planait encore entre eux, alors qu'ils apprenaient encore a se découvrir et sans doute était ce pour cela qu'ils avaient été maladroit, se blessant sans le savoir dans cette danse particulière. Une louve et un dragon, comme elle l'avait dit plus tot. Malgré tout leur amour, s'apprivoiser serait sans doute quelque chose de long, mais peu lui importait. Tant qu'ils s'aimaient et qu'ils s'appartenaient, le prince se fichait bien du temps que prendrait le fait de se connaitre parfaitement et de ne plus se blesser pour rien.

- D'ou est venue l'envie de combattre? Je ne connais pas grand chose du Nord, mais cela ne semble pas etre quelque chose courant. Sur l'ile aux ours cela semble différent de ce que Jorah Mormont m'avait raconté, mais a Winterfell, ce n'est pas pareil. Je suis simplement curieux de savoir ce qui a fait que tu es toi.

Replaçant une meche rebelle derrière l'oreille de la louve, il joua quelques instant avec, avant de laisser ses mains caresser la nuque de Lyanna. Sans ajouter un mot de plus, Rhaegar captura les lèvres de la belle pour un tendre baiser avant de la laisser parler si le souhaitait. La regardant, il laissa toutes fois ses mains vagabonder sur les courbes de la muse, caressant la peau nue et délicate de la nymphe qu'il aimait tant.

-Je ne me lasserais jamais de te dire o combien tu es belle, ma bien aimée.

Les mots s'étaient échapper de ses lèvres dans un tendre murmure alors qu'il n'avait guère mis fin a l'agissement de ses mains d'artiste. Malgré le fait qu'il soit combattant, Rhaegar avait toujours eu les mains fine et les doigts long. S'il ne manquait aucunement de force dans ses dernières, elles étaient toutefois loin d'étre aussi rude que n'importe quels mains de chevalier. Artiste avant tout, sans doute était ce pour cela qu'il était aussi dextre et délicat de ses doigts.
 



   Je mettrai le monde a feu et a sang pour deux personnes... Rhaenys & Lyanna

   



Soirée CB:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Message Sujet: Re: Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen

Revenir en haut Aller en bas

Can you feel the love tonight | ft Rhaegar Targaryen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» [EXPRESS] Rhaegar Targaryen & Rhealla Targaryen
» Lys & Lloyd ஜ Feel the love
» Hunter → We can't fall any further, If we can't feel ordinary love
» Don't cry tonight. ft. Daenerys Targaryen.
» Never let you down. ft. Rhaegar Targaryen

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De Cendres et de Fer :: Westeros :: Le Conflans :: Flashback-